5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La troïka revient en Grèce avec de nouvelles mesures d'austérité

1 juillet 2013

Hot Doc austérité BCE Europe FMI Grèce mesures salaires santé travail troïka

La troïka revient avec un nouveau paquet de mesures d'austérité. La liste est encore longue... Vers la voie du repos éternel ?


539 mots   1079       Comments

La troïka revient aujourd’hui à Athènes : une nouvelle semaine des passions commence. Et on sait bien qui sera crucifié : dans tous les cas, ce ne sera ni les banquiers ni le président de l’Union des industriels de Grèce. La raison pour laquelle les lieutenants exigent que de nouvelles mesures d’austérité soient adoptées est, une fois n’est pas coutume, le « trou » budgétaire dont la cause est à rechercher dans les déficits des caisses de sécurité sociale et, notamment, de l’EOPYY. Et les nouvelles mesures d'austérité à venir vont encore faire -très- mal.

TroikaJuin2013

Voici comment évolue le cercle vicieux : la récession fait baisser les chiffres d’affaires, ferme des entreprises, multiplie le chômage. Tout ceci réduit les recettes du Trésor et des caisses de sécurité sociale.

Alors, la troïka impose de nouvelles mesures qui, à coup sûr, renforcent la récession et, donc, augmentent les déficits du Trésor et des caisses, et rebelote.

Jusqu’à ce que la Grèce se transforme en un immense camp de travail, aux horaires chinois et aux salaires bulgares.

Ou en un immense cimetière.

Jetez un coup d’œil sur une liste de mesures que la troïka emmène dans ses bagages. Nous en avons sélectionnés les plus caractéristiques – et ça sent véritablement le sang.

Ainsi :

Réduction des pensions principales.

Réduction des pensions auxiliaires.

Réduction du salaire minimum.

Réduction des dépenses pour soins médicaux et hospitaliers.

Réduction des allocations.

Réduction des budgets alloués aux médicaments, hospitalisations et dépenses de santé.

Et

Simplification des procédures de sortie du travail – c’est ainsi qu’un représentant de la troïka appelle les licenciements

Augmentation du plafond des licenciements

Facilitation des licenciements collectifs

Augmentation de la flexibilité des horaires

Et

« Disponibilité » (désaffectation ou pré-licenciement) de 12500 fonctionnaires, dans l’immédiat

« Disponibilité » de 12500 fonctionnaires supplémentaires d’ici décembre

Licenciement de 4000 fonctionnaires, d’ici la fin de l’année

Et

Le « haratsi » (impôt « extraordinaire » sur la propriété immobilière/son nom est issu de la langue turque et renvoie aux « impôts » ottomans décidés quand bon semblait aux « autorités ») demeure en vigueur et est recouvré en 4 tranches et non pas en 5.

Et si vous vous imaginez que le gouvernement résistera, marchandera, tiendra sa promesse de ne pas accepter de nouvelles mesures, ne manquez pas de jeter un coup d’œil sur ceux qui, dès aujourd'hui, participeront à la réunion de préparation des négociations avec les corbeaux créanciers :

Giannis Stournaras, Kyriakos Mitsotakis, Adonis Georgiadis, Giannis Mihelakis et certains vice-ministres à titre d’observateurs, sans droit de parole – pour la formation (plus d'informations sur ces ministres par ici). Il va sans dire que la réunion sera présidée par Stournaras et suivie par l’architecte de la Nouvelle Grèce (le nouveau terme utilisé par le Premier Ministre durant tout le week-end de congrès de son parti), Antonis Samaras.

Voilà. Bas les pantalons ou… l’unique 3e voie est celle du Repos éternel.

Avec koutipandoras.gr