5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

"ceux qui ne s'adaptent pas meurent", selon le nouveau ministre de la santé Adonis Giorgiadis

26 juin 2013

Opinion Politique Adonis Georgiadis Antonis Samaras Fascisme Grèce Nouvelle Démocratie PASOK

Le nouveau gouvernement de Samaras le Grand et du Roi Venizelos : pour le pire et pour le pire ?


959 mots   916       Comments

A la veille du 14ème jour sans radiotélévision publique en Grèce, la nouvelle crise politique, conséquence directe de la sortie de la Gauche Démocratique (DIMAR) de Kouvelis de la coalition a été so-lu-tion-née. Tout va bien donc. Et puis il faut avouer, un gouvernement composé des frères ennemis de toujours, la Nouvelle Démocratie et le PASOK, ça a plutôt de la gueule. Surtout avec une petite touche d'extrême droite. Nous pouvons être certains que tout va changer, et pour le mieux. La télévision publique va pouvoir revenir sur les ondes, la Grèce est guérie, sauvée, Samaras le Grand et le Roi Venizelos prennent les commandes. Ah oui, le fou du Roi, Adonis Georgiadis, le nouveau ministre de la santé aime faire la promotion de livres "d'histoire" antisémites. Et son premier tweet en tant que ministre est déjà un succès...

A voir la tête de la plupart des gens a qui j'ai demandé ce qu'ils pensent du nouveau gouvernement (bah oui, ERT, c'est, pour beaucoup, déjà de l'histoire ancienne, alors que le 15ème jour sans radiotélévision publique en Grèce vient de commencer), le réflexe naturel semble être de se taper le front avec sa main. "C'est un gouvernement de fascistes", "La Grèce est morte" etc. Si rien ne change côté finances, avec Stournaras fidèle à son poste de technocrate -non élu mais aux supers pouvoirs- au ministère, ni concernant "l'ordre public" toujours géré de mains de miel par le ministre policé N. Dendias, qui ignore toujours les rapports nombreux concernant la violence -impunie- policière, le gros changement vient de la santé.

Le nouveau ministre de la santé en pleine pub pour des livres

Le nouveau ministre de la santé en pleine pub pour des livres

La santé gérée par un nationaliste fasciste de "l'ex" extrême droite, prompt à vendre des bouquins d'histoire comme "Les Juifs toute la vérité" sur les chaines privées et jamais avare de commentaires ouvertement racistes, cela vous tente ? Et bien c'est fait, et ça se passe en Grèce, en 2013.

Et le premier tweet de Giorgiadis ministre donne déjà envie de se défenestrer :

"Ceux qui ne s'adaptent pas meurent" - Adonis Giordiadis, ministre de la santé - Twitter, le 26 juin 2013

"Ceux qui ne s'adaptent pas meurent" - Adonis Giordiadis, ministre de la santé - Twitter, le 26 juin 2013

Nous attendons avec impatience les applaudissements des chefs des autres gouvernements Européens  devant l'avancée démocratique majeure qui vient de s'opérer à Athènes. J'entends déjà les message de soutien : "Félicitations pour cette fin de crise politique", "la Grèce reste un partenaire privilégié et vient encore de montrer qu'elle a toute sa place dans la zone euro", "nous apportons tout notre soutien dans cette nouvelle étape de gestion de la crise" etc.

Youpi.

Nous attendrons avec la même impatience les messages de soutien venant des mêmes pour la réouverture de l'ERT, qui rappelons le, n'est plus sur les ondes en Grèce depuis 15 jours malgré la décision du Conseil d'Etat de la ré-ouvrir immédiatement (je note d'ailleurs au passage que pour beaucoup de médias français, la décision du Conseil d'Etat était de fait présentée comme une ré-ouverture de l'ERT : loupé chers collègues, n'oubliez pas que vous êtes dans la Grèce troïkane de Samaras, sans aucun mauvais jeu de mot).

D'ailleurs pour l'ERT, tout va bien, il y a maintenant un ministre, P. Kapsis,  qui va se charger personnellement du cas de la radiotélévision publique grecque. Fils d'un ministre qui était aussi directeur de Ta Nea, son frère est lui commentateur sur Mega TV. Deux médias privés réputés pour leur totale indépendance vis à vis des gouvernements successifs...

Dommage de ne pas avoir choisi un journaliste indépendant ou venant de l'ERT, par exemple. Mais pour étatiser la radiotélévision publique qui sera donc complètement indépendante, pluraliste et qui proposera sans doute un programme culturel novateur, il faut quelqu'un du métier, si possible du privé. Nous verrons ce que fera P. Kapsis, il a indiqué vouloir parler avec les employés de l'ERT. Cela tombe bien, après calcul, les employés de l'ERT ont estimé que le coût de la fermeture de l'ERT serait de 300 000 euros.

Pour le clin d’œil, deux heures après l'annonce de la liste des 41 nouveaux membres du gouvernement, la nouvelle ministre adjointe de la santé Sofia Voultepsi était déjà l’ancienne ministre adjointe. Le remaniement dans le remaniement. Peut-être que l'idée de travailler avec un patron qui faisait la promotion de livres antisémites y est pour quelque chose ?

Le plus "drôle" dans cette histoire de nouveau gouvernement, c'est que le Roi Venizelos, qui n'est pas tout blanc dans l'affaire de la liste Lagarde, puisqu'il l'a laissée se reposer une bonne année sans rien faire alors qu'il était ministre des finances, est désormais calife adjoint et ministre des affaires étrangères. Il doit être fier le bougre, avec maximum 7% dans les sondages, il devient le N° 2 du gouvernement et la bonne parole à l'étranger.

Dans le nouveau gouvernement, vous avez aussi Dimitris Avramopoulos, ministre de la défense. Wikipedia dit qu'il serait pote avec Erdogan. Je n'irai pas demander à Erdogan.

Et pour les autres ministres et sous ministres, nous verrons, mais si l'ancien gouvernement était gratiné, celui la annonce des journées d'actualités épuisantes.

Et la dernière en date : Kouvelis est sorti de la coalition mais donne son support au gouvernement. Logique.

Le théâtre politique grec dans toute sa splendeur.