5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Kedikoglou, qui a annoncé la fermeture de l'ERT, en était-il un employé fictif ?

20 juin 2013

Polémique Politique Antonis Samaras ERT Grèce

L'arroseur arrosé ?


617 mots   518       Comments

Dans un article publié aujourd'hui, l'ancien directeur de l'ERT Giorgos Kogiannis décide de rétablir la vérité en dévoilant un document qui prouve que l'actuel porte parole du gouvernement, Simos Kedigoglou, qui a eu la responsabilité d'annoncer la fermeture de l'ERT,  avait été recruté par la radio-télévision publique pour une durée indéterminée et comme fonctionnaire titularisé, à un moment où il était quasiment impossible d'avoir des contrats supérieurs à deux mois. Si S. Kedigoglou a justifié la fermeture de l'ERT en partie pour cause "d'opacité dans la gestion des contrats", il pourrait bien en avoir été l'un des bénéficiaires.

Le document prouvant le recrutement de Kedikoglou en 1995

Le document prouvant le recrutement de Kedikoglou en 1995

Dans une déclaration qu'il a donné le soir du 11 juin, le soir de la fermeture de l'ERT, le porte parole du gouvernement Simos Kedikoglou a justifié cette décision en disant notamment que « l'ERT est un cas typique d'opacité et d'un incroyable gaspillage de l'argent public(...). Les contrats sont régis d'une manière opaque.».

L'ironie de cette déclaration ne porte pas tant préjudice à l'équipe de l'ERT qui n'a pas tardé à répliquer en dévoilant que Simos Kedikoglou, qui déplore la corruption au sein de l'ERT, a été lui même engagé en tant que journaliste à l'ERT en 1995, à l'époque où son père Vasilis Kedikoglou était un membre du parlement alors majoritairement en faveur du PASOK. Le leader de SYRIZA  Alexis Tsipras, a également pointé du doigt ce mensonge suite à une déclaration faite par le bureau de Kedikoglou:

« Comme précédemment noté par ses collaborateurs, M. Kedikoglou n'a jamais été nommé à l'ERT. Au contraire, il a travaillé avec l'ERT sur un contrat à durée déterminée court et son premier travail a été en tant que traducteur en allemand de minuit jusqu'à 6 heures du matin durant la Guerre du Golf. L'ERT cherchait des journalistes qui maîtrisaient les langues étrangères, ce qui était plutôt rare à cette époque, pour des traductions en direct et M. Kedikoglou parle couramment anglais, français et russe.. »

Il convient de noter que si Kedikoglou, selon ses collaborateurs, parle couramment anglais, français et russe, on peut se demander comment il pouvait traduire de minuit à 6h du matin, à l'heure "de grande écoute", une langue qui, semble-t-il, ne lui est pas familière....

Dans un article publié aujourd'hui par tvxs.gr, l'ancien directeur de l'ERT Giorgos Kogiannis décide de rétablir la vérité en dévoilant un document qui prouve que le recrutement de Kedikoglou pour une durée indéterminée a été ratifié – ce qui signifie que Kedikoglou a été engagé par l'ERT en tant que fonctionnaire titularisé.

Kogiannis a également déclaré que le recrutement de Kedikoglou s'est fait à une période où des centaines d'employés de l'ERT avaient des contrats de deux mois et étaient payés avec beaucoup de retard. À cette époque, un décret du ministre de l'intérieur avait donné la permission de recruter de façon temporaire des fonctionnaires, et certains journalistes ont accumulé des contrats à durée déterminée durant 25 ans (ce qui sous entend que les journalistes faisaient constamment face au risque d'être licenciés s'ils ne suivaient pas la ligne du gouvernement).

En 1995, des contrats à durée indéterminée étaient quasi inenvisageables pour les fonctionnaires grecs, ce qui signifie que Kedikoglou a jouit d'une opportunité particulière, spécialement créée pour lui. Kedikoglou a été ensuite subventionné par l'ERT pour suivre une formation par la BBC, avant de rejoindre finalement une émission télé sur la chaîne privée MEGA.