5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un député Aube Dorée : "Le festival aura lieu ou on vous brûlera tous"

11 juin 2013

Brèves Aube Dorée festival Grèce junte Metaxas

L'Aube Dorée compte célébrer par la force les "grandes" heures du fascisme grec


397 mots   1084       Comments

L'Aube Dorée va toujours plus loin dans la communication de choc, celle qui fait scandale, mais celle qui fait parler du parti néonazi grec. Cette fois, les néonazis sont allés jusqu'à imposer un festival visant à célébrer les heures noires de la Grèce comme s'il s'agissait de quelque chose de grand: la dictature de Metaxas, à la tête du pays de 1936 jusqu'à sa mort en 1941. Ils tiennent à ce que le festival tombe un 4 août, date à laquelle Metaxas, jusqu'alors premier ministre, impose son commandement absolu.

« Le festival, on le fera les 3 et 4 août et on va tous vous brûler si quelqu’un ose se mettre en travers de notre chemin » a déclaré le député Aube Dorée Dimitris Koukoutsis se référant au festival du parti néonazi prévu à la date anniversaire de la dictature de Métaxas. S’il n’y avait pas eu la junte « nous n’aurions même pas eu de toilettes dans notre pays » lance-t-il tout en ajoutant que de nombreux députés de la Nouvelle Démocratie « ferment maintenant les yeux ».

De son côté, Michalis Arvanitis qui s’est aujourd’hui déclaré offensé parce que la députée Liana Kaneli ne l’a pas salué dans les couloirs du Parlement, a dit dans un autre délire néo-nazi entre autres choses que « les communistes sont les déchets et les avortements de la race grecque »

Dans le même temps à Kalamata, une forte opposition à la mise en œuvre de ce festival s’est exprimée. Selon « l’Ethnos », le conseil municipal a déposé une demande pour discuter de la question lors de leur prochaine réunion qui aura lieu le mercredi. Deux des quatre factions ont demandé d’ajouter la question à l’ordre du jour du conseil municipal et ont demandé l’annulation du festival pour la raison que "cette action est une insulte aux milliers de victimes et à ceux qui sont morts des atrocités nazies en Grèce".

Les mouvements antiracistes ont déjà appelé à des manifestations, tandis que le maire, Panagiotis Nikas, même s’il n’a pas pris une position claire sur le déroulement du festival, a précisé dans ses déclarations que les évènements qui risquent de provoquer des tensions doivent être évités.