5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Allons voir les taxis chez les grecs : la suite

29 mai 2013

Allons voir chez les Grecs Chronique étymologie France Grèce la suite OkeaNews

L'envers de la chronique


1275 mots   1003       Comments

Vous êtes allés voir les taxis chez les grecs ? Okeanews vous propose de revenir en détail sur la chronique, en précisant l'étymologie grecque des mots rencontrés au fil du texte. Les mots n'ont pas été choisis, ils sont venus d'eux même lors de l'écriture, et ont tapé à la porte de la rédaction pour se faire comprendre. Nous avons entendu leur requête et proposons de partager avec vous une étymologie rigoureuse et des explications... pas toujours sérieuses !

Allons voir les taxis chez les grecs, l'envers de la chronique

Allons voir les taxis chez les grecs, l'envers de la chronique

Aéroport

Du grec ancien aêr (air) + … ça me fait mal de devoir vous le dire, mais ce mot est un demi-traitre. Sa seconde moitié ne vient pas du grec mais du latin portus (passage). Passons, donc.

Crise

Du grec ancien krisis, dérivé du verbe krinein : trier, séparer, trancher un différent, juger.

Krisis :

  1. Acte ou faculté de distinguer
  2. Par suite : action de choisir, choix, élection
  3. Action de séparer, contestation
  4. Décision, jugement
  5. Entrée dans la phase critique de la maladie.

Alors, je ne peux pas vous l’assurer, je n’y étais pas, mais il est possible qu’au moment de la création du mot « krisis », un type en toge se soit exclamé (en grec ancien bien sûr) « Non, vraiment les gars, je le sens pas ce mot-là… » Tout le monde s’est esclaffé, le mot a été adopté quand même, et le type en toge s’en est retourné chez lui tête baissée. Le voilà aujourd’hui réhabilité. Merci la troïka. D’après les Grecs anciens, nous serions donc dans « la phase critique de la maladie ». Je vous laisse méditer là-dessus…

Econome, économiser

Du grec ancien oikos (maison) +nomos (loi) oikonomos : celui qui fixe les règles de la maison. Dorénavant, quand on vous traitera de radin, corrigez, et manifestez votre préférence pour le mot « économe ». Ensuite, il sera temps de rajouter : « Voyez-vous, il se trouve que c’est moi qui ai la lourde responsabilité de fixer les règles qui régissent mon domicile. C’est la raison pour laquelle j’ai le devoir de ne pas dépenser le budget de la maisonnée à tout va, comprenez-vous ? » L’adversaire vous dira « oui » pour préserver sa dignité, mais il n’y aura rien entendu, et repartira tout confus.

Electronique

Du grec ancien êlektron (ambre jaune). Ah. Etrange n’est-ce pas ? Que vient faire l’ambre jaune dans cette histoire ? Apprenez que  les Grecs anciens, à qui on ne la faisait pas, avaient découvert que quand ils frottaient l’ambre jaune, elle attirait à elle les objets légers. Bien sûr, ils n’avaient pas encore mis le mot « électricité statique » dessus, mais ils avaient déjà pigé le truc. Alors qu’on ne nous rebatte plus les oreilles avec Môssieur Thomas Edison. Inventeur de l’électricité d’accord, mais s’il n’y avait pas eu les Grecs pour frotter de l’ambre dans les heures d’ennui, il n’aurait rien inventé du tout. Pardonnez-moi, mais il fallait que quelqu’un le dise.

Esthétique

Du grec ancien aisthêsis (sensation) et par extension aisthêtês (homme sensible) et aisthêtikos (relatif à la sensation). Le rapport avec notre « esthétique » française, me direz-vous ? Eh bien, je n’en sais pas beaucoup plus que vous, mais ce que je peux vous dire, c’est qu’en grec ancien, l’homme sensible était celui qui était capable de ressentir la beauté. Mon ami Kostas (le vrai) vous dirait (mais c’est peut-être parce qu’il est musicien) que c’est la sensation qui est à l’origine du beau et le beau qui est à l’origine de la sensation. Qu’est-ce qu’un tableau sans yeux pour le voir, une musique sans oreilles pour l’écouter, un excellent vin sans papilles pour le goûter, le doux parfum d’une fleur sans nez pour la sentir ? Comment créer de la beauté sans le médiateur de nos sens ? Oui je sais, ça devient un peu philosophique, mais que voulez-vous, la langue grecque est ainsi faite qu’elle pousse à philosopher. Bien entendu, je n’ai pas la réponse à ces questions, mais vous pourrez toujours en causer avec votre esthéticienne, qui elle, en matière d’esthétique, en connait un rayon.

Organisation

Du grec ancien organon :

  1. Instrument de travail
  2. Machine de guerre
  3. Instrument de musique
  4. Organe du corps
  5. Matière sur laquelle on travaille.

Et même, chez Sophocle, ouvrage, œuvre. Vous aurez remarqué qu’en français, lorsqu’on utilise le suffixe « -iser », bien pratique pour les néologismes comme standardiser (rendre standard), alphabétiser (rendre alphabète), actualiser (rendre actuel), privatiser (rendre privé), homogénéiser (rendre homogène), vulgariser (rendre vulgaire), pérenniser (rendre pérenne) etc… c’est pour se dispenser de la lourde tournure périphrastique « rendre » (dans le sens de « Faire passer quelqu'un, quelque chose à un nouvel état, les faire devenir tels » selon la définition du Larousse).

« Organ-iser » reviendrait donc à « rendre (quelque chose) organe ». Pour l’instant, ça ne veut rien dire, mais vous allez comprendre. Réfléchissons un instant aux différents sens du mot organon. Quel est leur point commun ? Eh bien ils ont tous une place ou un rôle bien précis. « Organiser », ça serait donc remettre chaque chose à sa place, dans le rôle qui lui est destiné.

Phonétique

Du grec ancien phonetikos  (vocal) adjectif dérivé du nom phonê  (voix). Vous savez tous que le phonéticien étudie le son des langages en général. Mais pourquoi la phonétique a le mot « voix » pour étymologie ? Pas la peine d’aller chercher très loin. Que faites-vous avec votre voix ? Vous produisez des sons. C’est ce qu’étudie le phonéticien.

Stratégique

Du grec ancien stratêgia :

  1. Commandement d’une armée,
  2. Aptitude à commander une armée,
  3. Ruse militaire.

Comme ça, la prochaine fois que vous adopterez une stratégie commerciale, amoureuse, professionnelle etc… vous pourrez désormais chanter sans retenue : « J’avais un camaraaaaaade, de meilleur il n’en n’est paaaas ! » En revanche, maintenant que vous savez ce que veut dire le mot « stratégie », vous n’aurez plus qu’à sourire quand vous entendrez parler de « stratégie militaire ». Eh oui, une stratégie militaire, c’est une ruse militaire…militaire !

Taxi

Du grec ancien taxai (mettre en ordre) qui a donné taxis (ordre, taxe). Les taxis dont vous avez soupé dans cette chronique s’appellent « taxis » du nom du « taximètre », l’appareil à mesurer la taxe, placé dans chaque taxi. Les langues évoluant toujours dans le sens de la flemme, nous n’avons retenu que le début du mot. (Idem pour « cinématographe » > « cinéma » > « ciné » et dans dix ans « ci » voire « 6 », mais en texto, du latin textum. On dirait qu’on s’éloigne, mais non : c’est une racine commune au verbe grec tecton. Balle au centre, avantage Hellas).

Tricycle

Du grec ancien treis (trois) + kuklos (cercle). Un tricycle est donc un « trois-cercles » en grec. Inutile de préciser (j’espère) que les « cercles » font allusion aux roues.


Reconnaitrez-vous ce(s) mot(s) grec(s) venu(s) du français ?

[mp3j track="Devinette grecque@https://www.okeanews.fr/wp-content/uploads/2013/05/Devinette01.mp3" width="100%" height="30px"]

Réponse dans la prochaine chronique !

Vous pouvez lire ou relire "Allons voir les taxis chez les Grecs : τα ταξιά" en cliquant ici. Bon voyage !