5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le racisme et l'homophobie de l'évêque Amvrosios

23 mai 2013

Hot Doc Aube Dorée Fascisme racisme xénophobie

"Aimez-vous les uns les autres", dit le Christ... "Mais pas si l’autre est juif, homosexuel ou travesti !", précise l’Evêque Emvrosios : racisme et obscurantisme d'un évèque proche des adorateurs de la junte et de la dictature


1599 mots   1093       Comments

Si la nouvelle loi antiracisme passe, c’est décidé, l’évêque Amvrosios fera sonner les cloches de Kalabrita. Mais pas pour la célébrer, non. Pour sonner le glas de la liberté d’expression. Car d’après lui « cette loi sera un bâillon posé sur la bouche des honnêtes grecs ». C’est ce qu’il a développé cette semaine dans son réquisitoire haineux et obscurantiste.

l’évêque Ambrosios

L’amour du prochain déborde de l’œuvre de l’évêque Amvrosios, Métropolite de Kalabrita et Aigalia, dans laquelle il attaque tout ce qui ne lui ressemble pas comme un miroir… Sans doute pour le bien du prochain, à condition que le prochain ne soit ni un nudiste, ni une prostituée, ni un homosexuel, ni un franc-maçon, ni un juif, ni un adultère, ni un témoin de Jéhovah, ni un anarchiste, ce qui somme toute, ne fait plus beaucoup de prochains à aimer…

Mais ça, Monseigneur Amvrosios n’a pas le temps d’y penser : il est en croisade... contre l’article 3 du projet de loi anti-racisme. Là où un croyant lambda aurait vu un prochain, lui flaire l’hérésie et la perversion, et il compte bien démolir avant même qu’il soit bâti ce futur temple de dépravation et de débauche :

Réveillez-vous, raïas !
Réveillez-vous, diacres !
Réveillez-vous, popes !
Réveillez-vous, frères évêques !
Réveillez-vous, archontes du peuple !

Ainsi commence Métropolite de Kalabrita et Aigalia; ô, ton emphatique de la hargne guerrière… Mais il nuance tout de même, histoire qu’on ne s’y trompe pas :

Avant toute chose, nous devons dire que nous sommes opposés par définition à toutes formes de racisme ou de violence contre nos frères humains pouvant offenser la dignité humaine de quelque manière que ce soit, chose que nous condamnons sans équivoque

Et il fait bien de préciser, c’est vrai qu’on pourrait s’y tromper, surtout en lisant ce qu’il rajoute immédiatement après :

Mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit d’aimer notre patrie, de parler d’elle, et de donner notre opinion sur ce qui se passe autour de nous. Or, le projet de loi actuellement promu au Parlement porte atteinte aux droits fondamentaux. Il bâillonne les grecs respectueux des lois, alors qu’il ne prend aucune mesure contre les criminels étrangers qui, pour beaucoup, ravagent notre pays et sont souvent une menace pour notre vie.

« Nihil novi sub sole ! », comme le disait l’Empire adverse, « rien de nouveau sous le soleil », si le pays va mal, c’est la faute aux métèques. Mais pas que. Parce qu’il y a pire que les métèques, il y a ceux qui les protègent :

Avec ce projet de loi, ils tentent de faire taire les Grecs ! De leur interdire d’avoir une opinion ! De leur interdire aussi de s’exprimer librement et d’exposer publiquement leur opinion.

C’est sûr qu’une opinion comme celle de Monsieur l’Evêque, ç’eût été dommage de s’en priver. Mais voyons plus précisément ce que Monseigneur Amvrosios redoute de ne plus pouvoir dénoncer :

Nous sommes d’avis qu’à partir de maintenant, tout ce qui se passera de travers autour de nous, sera inatteignable, parce que sous la protection de la loi, et nous ne pourrons plus nous exprimer librement. Voilà le genre de chose que nous ne pourrons plus contester :
-  Le nudisme est autorisé !
- L’homosexualité, la prostitution et toute sorte de perversion, domineront autour de nous impunément, entraînant nos jeunes vers le déclin moral et la misère !
- Les trafiquants de drogues circuleront librement, mais personne ne pourra rien dire, sinon il sera qualifié de raciste.

Il est exact que l’homosexualité est protégée par l’article 3 de la loi, ce qui, visiblement, le scandalise (on l’imagine bien brandir les versets sur Sodome et Gomorrhe dans une main et le crucifix dans l’autre), mais pour ce qui est du nudisme, de la prostitution et du trafic de drogue… rien n’apparait dans l’article3 sur le sujet… Mais essayons, pour comprendre, de rentrer dans la tête de notre évêque :

1. Homosexualité = Perversion = Nudisme = Prostitution = Transexuels
2.  Criminalité = étrangers = trafiquants de drogue.

Maintenant on y voit plus clair. De cette surprenante équation, voici ce qui résulte :

Ainsi le péché et la perversion agiront à leur aise !

C’est simple, mais il fallait y penser.

Attention, l’évêque pousse plus loin son raisonnement :

Une lecture plus attentive du projet de loi nous amène à conclure que :
-  Il est interdit à l’évêque d’enseigner à ses fidèles
- Il est interdit au prédicateur d’exposer la loi de l’Evangile
- Il est interdit au prêtre d’informer ses paroissiens des différents courants idéologiques de l’époque, des hérésies etc…et d’attirer leur attention là-dessus.

Les conséquences du projet de loi une fois éclaircies, notre Nostradamus des temps modernes y va de ses prédictions :

« Les marchands de chair harcèleront impunément leurs enfants », « Le trafic de drogue aura lieu à la sortie des écoles, où les trafiquants vendront leur marchandises. », avant d’en revenir à la partie « rationnelle » de son réquisitoire.

Il commence par rappeler le contenu exact du projet de loi incriminé :

Loi (article 3) : « Quiconque, intentionnellement, publiquement, oralement ou par voie de presse, par internet ou par tout autre moyen ou procédé, encourage, stimule la violence ou incite à la haine contre une personne ou un groupe de personne avec pour motif l’identité, la race, la couleur, la religion, l’ascendance, l’origine nationale ou ethnique, l’orientation sexuelle ou le genre sexuel, sera puni d’une peine d’au moins 6 mois d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller de 5000 à 20000 euro »

Non sans ironie, il demande à « ceux qui connaissent un peu de grec d’expliquer » :

Quelle relation peut avoir l’orientation sexuelle avec le racisme ? Ne pouvons-nous pas avoir un avis sur les perversions sexuelles ?

Quelle relation peut avoir « l’identité sexuelle » d’une personne avec le racisme ? C’est-à-dire que nous ne pouvons pas juger par nous-même s’il est socialement acceptable qu’une personne change de sexe par opération chirurgicale ?

Ne reste plus qu’à demander au parlement de remplacer le mot « racisme » par « discrimination », peut-être que les choses lui paraîtront plus claires…

Mais l’évêque ne s’en tient pas là, et il fait appel à tout pour convaincre… la paranoïa, l’empathie, l’anecdote… Morceaux choisis :

A notre avis et en un mot : Nous, le clergé, on veut notre anéantissement. Sous prétexte de racisme, ils nous interdisent d’enseigner la loi morale, et même dans l’enceinte sacrée ! Si nous essayons, ils peuvent nous arrêter !

Pendant qu’on se fera tabasser par les étrangers, c’est nous qui payerons les pots cassés.

Comme nous en a informé Joseph Kondilakis, physicien nucléaire, courageux défenseur de l’orthodoxie : "Un albanais a frappé un élève grec, et c’est le grec qui a été expulsé."

En guise de résumé, il fait la liste de tout ce qu’il est désormais interdit d’enseigner à l’église. Parmi ces enseignements : « Les juifs et le lobby juif », « Le génocide perpétué par le nombre toujours croissant d’avortements », « La légalisation du mariage homosexuel ».

Nous ne résistons pas à vous soumettre l’intégralité de sa conclusion :

Jusqu’à aujourd’hui, les gens des milieux douteux, où règnent l’illégalité et l’impudeur , jugés comme des « marginaux », des « anormaux », des « dégénérés », des « marchands de chair », « lie de la société » par l’orthodoxie chrétienne, tout ceux-là étaient jusqu’à présent des exemples à éviter !

Malheureusement, après l’adoption du projet de loi, ils auront tout le loisir de sévir impunément et avec insolence ! C’est-à-dire qu’ils seront libres de faire ce qu’ils veulent et comme ça leur chante !

Au contraire, les honnêtes chefs de famille, les gens de vertu et d’humilité, les personnes morales et dignes, seront forcées de porter un bâillon sur la bouche. Et tout ça se produit au nom de la Démocratie. En avant donc, mes frères, venez à Aigia, venez essayer le bâillon qu’on va vous faire porter ! Venez choisir le style, la couleur et la taille de votre bâillon ! Voici quelques modèles disponibles ! Et bien sûr c’est complètement gratuit !

L'évêque Amvrosios n'en est pas à sa première sortie du genre : c'est un hardant défenseur de l'esprit de la junte et de la dictature, comme il l'a prouvé dernièrement lorsqu'il a salué un ancien général de la junte comme un «héros» lors du service funèbre. Le mouvement des jeunes de la Gauche démocratique avait à l'époque  publié un communiqué le qualifiant de "prédicateur de la haine."

Cette semaine, c'est une député du Syriza qui a vertement critiqué l'évêque : "en le [Amvrosios] voyant être aux petits soins envers les néonazis en leur fournissant des conseils, son intervention extrêmement obscurantiste ne nous surprend pas".

Avec koutipandoras