5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Dimitris Melissanidis porte plainte et réclame 500 000 euros à Unfollow

14 mai 2013

Médias Aegean Oil Dimitris Melissanidis enquêtes Grèce journalisme menaces plaintes pressions Unfollow

Unfollow poursuit son enquête et répond, non sans ironie, aux tentatives d’intimidation de Dimitris Melissanidis, fondateur d’Aegean, et auteur de la plainte.


896 mots   897       Comments

Menaces de mort, plaintes, poursuites… Le journalisme indépendant a la vie dure en Grèce ! Lefteris Charalampopoulos, journaliste pour le magazine UNFOLLOW en fait l’amère expérience depuis qu’il s’en est pris au géant Aegean, en février 2013. Mais rien ne l’arrête, et il continue de publier des enquêtes sur ce dossier sensible. La rédaction d’UNFOLLOW est derrière lui : le 6 avril 2013, elle répondait, non sans ironie, aux tentatives d’intimidation de Dimitris Melissanidis, fondateur d’Aegean, et auteur de la plainte

Texte original en grec publié chez Unfollow le 6 avril 2013. Traduction pour Okeanews par Aleka.

Dimitris Melissanidis et son fils Giorgos

Dimitris Melissanidis et son fils Giorgos

Hier, la plainte déposée par Dimitris Melissanidis suite à notre reportage intitulé « Contrebande du pétrole : la loi du silence va être brisée », publiée dans le numéro 14 de UNFOLLOW (en février 2013) est arrivée entre nos mains. Mr. Melissanidis demande 500 000 euros à l’auteur du reportage, Lefteris Charalompopoulos. Le motif de la plainte est prolixe, mais il est résumé dans l’allégation que Mr. Melissanidis n’a aucun rapport avec Aegean Oil.

Si, comme le soutient Mr. Dimitris Melissanidis, il n’a aucune relation avec Aegean Oil, c’est une heureuse nouvelle, parce qu’alors, le représentant du magazine d’entreprise Aegean News, en sa qualité de fondateur du groupe Aegean, ne verra assurément pas le moindre désagrément à ce que nous publions dans le n° 16 de UNFOLLOW les décisions paradoxales prisent par l’Organisme de Régulation des Energies relativement à Aegean Power. A fortiori parce que Mr Giorgos Melissanidis, c’est-à-dire son fils, faisait partie du groupe d’actionnaires d’Aegean Power.

C’est donc avec anxiété que nous attendons les plaintes de Mr. Dimitris Melissanidis et celle de la MME qui avait alors salué l’entrée d’Aegean sur le marché de l’énergie électrique, se référant en tout premier lieu à son nom et aux interviews qu’il avait données sur le sujet.  Avec anxiété, nous attendons de nouvelles plaintes pour notre reportage qui prouve que la compagnie Aegean Power et leurs copropriétaires Messieurs Vassilis Milonis et Giorgos Melissanidis doivent 90 000 000 euros à l’Etat grec. Le titre de ce reportage est « Aegean Power/Hellas Power : Les associés V. Milonis et G. Melissanidis et le rôle du R.A.E » ; et c’est Lefteris Charalampopoulos qui le signe.

Le fait que la plainte contre nous ait été déposée le 1er avril est surement accidentel, et sans relation aucune avec le tirage du n° 16 de UNFOLLOW, destiné à paraître le surlendemain, soit le 3 avril. Nous sommes certains que personne ne connaissait notre intention de publier une recherche au sujet des agissements d’Aegean Power, puisque nous en gardions jalousement le secret : à part ça, les seuls que nous avons dérangé, c’étaient l’Organisme de Régulation de l’Energie, DEI, (le successeur de) DESMIE, GENOP, des juristes, des députés, des ministres, des procureurs, le premier ministre, et le délégué/commissaire municipal à la concurrence (τον κοινοτικό επίτροπο περί ανταγωνισμού) . Normal que personne ne connaisse nos intentions de publier une telle recherche, surtout en ce qui concerne le maintien de la discussion pour la vente de l’OPAP, dont l’un des candidats est Giorgos Melissanidis. Douter de la tentative d’intimidation dont nous avons fait l’objet ne semble pas avoir le moindre fondement.  Le fait qu’il y a deux mois, Lefteris Charalampopoulos, l’auteur du reportage, ait reçu des menaces de mort au téléphone de la part de Mr. Dimitris Milissanidis [lire ou relire ici], menaces contre lesquelles il a déposé plainte, nous le considérons comme n’ayant aucun rapport avec une quelconque tentative de nous bâillonner. N’ont aucun rapport non plus les menaces nocturnes reçues par notre auteur dernièrement.

Nous le répétons : nous attendons une nouvelle plainte de Mr. Dimitris Melissanidis. Si c’est pour que nous l’aidions dans son entreprise philanthropique, nous trouverons 500 000 euros supplémentaires à lui céder. Surtout si le prix de l’OPAP a augmenté, nous aspirons de cette manière à l’aider dans son entreprise de développement.

Pour ce qui est d’éventuelles nouvelles menaces téléphoniques, nous aimerions autant les éviter. Maintenant, ce sont les plaintes et les poursuites qui « parlent ». Le reste, c’est l’affaire de la Justice, auprès de laquelle, en dehors des plaintes et des poursuites, les détails de notre enquête du n° 16 d’UNFOLLOW sur Aegean et sur la R.A.E ont été déposés.  Nous sommes certains qu’elle accomplira son devoir.

De la même manière, nous sommes sûrs du sens du devoir de nos équipes ministérielles, auxquelles a été posée la question du SYRIZA-EKM pour explorer le détail des pistes qui étaient ressorties de notre recherche. Nous aimerions croire que d’autres partis – ou aussi les députés qui, bien qu’ils aient été élus par les partis au pouvoir, gardent néanmoins l’indépendance de pensée nécessaire à la Démocratie – ouvriront une enquête publique pour ces données.

UNFOLLOW continue sur la voie du journalisme indépendant.