5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Margarita Papandréou dénonce l'austérité et envisage de poursuivre deux journaux en diffamation

8 mars 2013

Médias Société austérité Grèce

1038 mots   454       Comments

Dans une lettre envoyée au quotidien EnetEnglish, la version anglaise du journal Eleftherotipia, Margarita Papandréou revient sur les allégations la concernant suite à la publication de la Liste Lagarde, qui avait été diffusée par Kostas Vaxevanis dans son journal HOTDOC.  Suite à la publication de cette liste, To Vima et Proto Thema avaient publié des articles qui indiquaient que Margarita Papandréou avait un compte en Suisse crédité de 500 millions d'euros. Margarita est sortie de son silence, envisage de poursuivre les deux journaux en diffamation, dénonce l'austérité et propose ses idées qui font écho à une position exprimée par la gauche radicale Syriza.

Margarita Papandreou (Eurokinissi)

Margarita Papandreou (Eurokinissi)

Margarita Papandréou est la mère de Georges Papandréou, ancien premier ministre grec démissionné peu après sa proposition de référendum et remplacé au pied levé par le technocrate non élu Lucas Papademos en 2011. Veuve d'Andreas Papandréou, premier ministre grec des années 80 et père du "socialisme grec", elle est d'origine américaine.

Dans sa lettre envoyée à EnetEnglish, elle indique avoir pris connaissance du contenu des articles de ToVima et ProtoThema lors d'un appel téléphonique et dénonce ces accusations :

Il y a plus d'un mois, alors que je sortait du lit, mon portable a sonné. La voix m'a dit: "Margarita, il y a des articles dans To Vima et Proto Thema sur vous. Vous les avez lus ? " J'avais arrêté de lire les journaux grecs ou de regarder le  journaux télévisés grecs parce qu'ils n'ont cessé de mentir et de cracher la haine, la peur et l'anxiété. Je ne veux pas de cette rage et de cette tristesse dans mon cœur. Je sais que nous valons mieux que cela. L'appelant m'a dit que j'étais censé détenir un compte en Suisse pour un montant de 550 millions de dollars!

J'ai crié : "C'est une blague ? "

(...)

Je lui ai répondu, "Holy Cow"[la vache], en utilisant l'argot de mon enfance, "Un autre énorme mensonge!"

Peu de temps après le coup de téléphone de mon ami, j'ai eu une des journaux du dimanche entre les mains. C'était là, avec une photo assez gentille, "La mère de Georges Papandréou impliquée dans la liste Lagarde." Le deuxième titre à côté de ma photo était "en tant que bénéficiaire d'un compte de 550 millions de dollars". Depuis bon moment déjà la famille Papandréou a été ciblée comme le vautour de toute la crise économique en Grèce. L'objectif plus spécifique a été mon fils, Georges, qui, en tant que chef du gouvernement, a obtenu un prêt du Fonds monétaire international - ce qui était essentiel pour éviter la faillite. Il a également commencé les réformes qui étaient nécessaires pour nous faire sortir de la crise.

J'ai essayé de réfléchir à ce que je ferais, ce que ma réaction devrait être concernant cette fausse accusation. Puis je suis arrivée à penser, rêver peut-être, à ce que je pourrai faire pour la Grèce, si j'avais ce genre d'argent ? Avant je regardais la vengeance ou option d'attaque, je laisse mon esprit vagabonder, imaginer des choix différents. Mon mari était Andreas chef du département d'économie à l'Université de Californie à Berkeley. En plus de développer l'un des meilleurs départements d'économie, en concurrence avec celle de Harvard, il a été considéré comme un membre du groupe de haut économistes américains: Galbraith, Samuelson, Kaysen, Tobin et d'autres.

Cela a déteint sur moi. Je suis toujours une amatrice pour remettre tous les morceaux ensemble et comprendre le vocabulaire ...  flogged toxic financial derivatives, financial cliff, robo signing, expansionary fiscal expansion, austerity.  Ah, je connais bien le dernier [terme, austérité]. Nous la vivons aujourd'hui. J'aimais ce mot, quand je pensais que cela signifiait la maîtrise de soi, la simplicité et l'auto-discipline. Comme enfant, il convenait à ma propre philosophie de développement. Il vient du mot "austère", et les synonymes de ce mot pour décrire la situation de nos citoyens qui y sont confrontés aujourd'hui : dure, implacable, morose, punition sévère. C'est cette dernière. Nous sommes punis. Pas à cause de quelque chose que nous avons fait - même si nous faisons partie du problème, mais pour un système, le système capitaliste qui a mal tourné. Ou peut-être est-ce juste cela: l'exploitation de la majorité si les quelques-uns du dessus peuvent devenir riche.

Je ne vais pas analyser tout cela. Je laisse cela aux professionnels. Mais ce que je sais, c'est que le chemin de l'austérité ne fonctionne pas. Et ce qui est parfaitement logique pour moi est que vous ne pouvez pas demander à un pays de rembourser sa dette, en ayant la corde au cou. (...) Dans le train de l'austérité, chaque magasin qui est obligé de fermer met ses employés sur la paille. Chaque nouvelle taxe retire de la nourriture de la bouche des enfants . Et la plupart de cet argent provient des classes moyennes et inférieures. (...) POURQUOI NOUS?"

Margarita Papandreou est également en désaccord avec son fils Georges Papandréou sur la politique de l'austérité. 

"Au lieu de recevoir de l'argent étranger pour rembourser notre dette, nous ne devrions payer que lorsque notre économie sera de nouveau en plein essor", dit-elle, faisant écho à une position exprimée par l'opposition de la gauche radicale Syriza.

Elle ajoute : "Je voudrais proposer un plan de développement national qui tirerait parti de nos ressources naturelles et humaines. Il aurait une vision, par exemple, que notre pays devienne le centre de santé dans le monde. Et je serais sévère sur les réformes et les changements nécessaires de nos institutions".

La mère de Georges Papandréou a également indiqué qu'elle envisage de poursuivre  en diffamation les deux journaux grecs concernant leurs articles sur la liste Lagarde. Il est à noter que ces deux journaux ne sont réputés ni pour leur indépendance, ni pour la véracité de leurs informations.