5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : l'actualité complète de la semaine du 11 au 16 novembre 2012 [avec #rbnews]

17 novembre 2012

Radiobubble News Grèce OkeaNews rbnews

3826 mots   433       Comments

OkeaNews vous propose une nouvelle semaine d'actualité chargée et inquiétante, comme d'habitude, en partenariat avec RadioBubbleNews.

Les évènements marquants de la semaine du 11 au 16 novembre

Walid , enchaîné et torturé, ses tortionnaires restent libres : 

La semaine a commencé avec la suite des évènements sur le cas de Walid, un travailleur migrant égyptien qui avait été kidnappé et torturé par son employeur grec sur l'île de Salamine près du Pirée. Comme nous l'avions mentionné dans la semaine dernière, les auteurs de cette attaque vicieuse raciste ont été laissés libres avec des restrictions par le tribunal du Pirée, alors que Walid a été arrêté par la police car il n'a pas de papier de séjour légal en Grèce et a été privé d'une grande partie des soins indispensables bien qu'en détention. Le samedi 10 Novembre, l'Inspection du travail a décidé de fermer la boulangerie appartenant au tortionnaire. La communauté égyptienne a pour sa part annoncé qu'elle organiserait une deuxième manifestation le vendredi devant l'ambassade d'Egypte à Athènes pour demander une protection adéquate à leurs concitoyens contre les attaques racistes. Damian Mac Con Uladh, notre invité de la semaine dernière, journaliste pour « Athens News » et l' « Irish Times », a publié un article de blog sur la façon dont la police grecque a évité de répondre à ses questions se rapportant à l'affaire de Walid, que vous pouvez lire sur son blog: www. damomac.wordpress.com

Les grèves et les actions syndicales se multiplient :

Les grèves et les actions syndicales se répandent dans le secteur privé ainsi que pour les travailleurs du secteur public en Grèce, principalement à cause des salaires impayés, mais à cause des conditions de travail. Le samedi, la communauté de Radiobubble a rapporté des cas de grèves dans MEVGAL, une entreprise laitière importante en Grèce, ainsi que dans les magasins de vente au détail Fokas à Thessalonique. En outre des grèves parmi les salariés du secteur privé ont été signalées par la communauté cette semaine incluant la station Radio Flash, le service client de Vodafone et les travailleurs des chantiers navals de Skaramanga.

La solidarité se développe encore :

Comme l'aiguillon de la crise se fait sentir par une partie de la population de plus en plus importante de la société grecque, divers mouvements de solidarité se développent pour combler les lacunes. Le samedi, le mouvement a été Atenistas collectait des vêtements pour les sans-abri à Athènes et les associations de médecins ont annoncé qu'elles allaient fournir des services gratuits tous les mercredis pour ceux qui n'ont pas d'assurance sociale ainsi que des vaccinations gratuites pour tous les enfants. D'autres actions de solidarité ont été signalés par la communauté Radiobubble cette semaine comme les leçons privées gratuites pour les écoliers et les adultes proposées par les élèves de l'École polytechnique d'Athènes, le groupe anarchiste Nosotros et la plate-forme web # tutorpool.

L'actualité complète de la semaine

Vote du budget 2013

Le dernier jour de la discussion du budget de 2013 a eu lieu au Parlement le Dimanche 11 Novembre tandis qu'une nouvelle manifestation avait lieu sur la place Syntagma, ainsi que dans d'autres villes en Grèce. La protestation de la place Syntagma était plus petite que celle organisée le 7 Novembre lorsque le troisième mémorandum était voté. Il était également plus pacifique. Cependant, alors que la manifestation se dispersait, un petit groupe de manifestants a réussi à renverser les barrières de contrôle des foules sur l'esplanade du Parlement et a été repoussé par la police anti-émeute.

Le budget a été voté par 167 voix contre 128 et 4 députés ont voté « présents ». Un député du parti de la Nouvelle Démocratie a été radié suite à sa décision de voter « présent » sur la partie du budget du Travail.

Un nouveau sondage accablant pour le gouvernement et les institutions

Le même jour, un sondage d'opinion réalisé par Kapa pour le journal To Vima a été publié. Le sondage confirme la tendance récente selon laquelle, si des élections avaient lieu aujourd'hui, SYRIZA recueillerait le plus grand nombre de voix, suivi par la Nouvelle Démocratie, tandis que le parti néo-nazi l'Aube Dorée serait la troisième force politique au Parlement.

Le sondage a cependant confirmé les données accablantes pour le gouvernement et l'opposition, avec plus des deux tiers des personnes sondées qui ont exprimé une opinion négative sur la performance du gouvernement, tandis que plus de la moitié déclarent ne pas faire confiance à SYRIZA pour gouverner le pays si le gouvernement actuel devait échouer.

Aussi accablantes sont les réponses concernant les institutions de l'État et du système politique dans son ensemble. Les personnes sondées ont indiqué que leurs deux sentiments principaux concernant la politique sont la colère et la déception. En outre, sur une liste de 16 institutions clés pour le fonctionnement de la vie publique grecque, aucune n'a rassemblé plus de 50% de réponses positives à la question: "avez-vous confiance à cette institution pour le progrès et la prospérité dans notre pays?" Les institutions pour lesquelles les personnes sondées se méfient le moins étant l'armée, les entreprises privées et l'église, tandis que les institutions les médias, les partis politiques et les syndicats font partie des institutions dont les personnes sondées se méfient le plus.

Seulement un peu plus de 10% ont répondu qu'ils faisaient confiance au gouvernement, alors que moins de 10% ont déclaré qu'ils font confiance au parlement.

Un sondage inquiétant sur l'immigration et le nationalisme

Un autre point du sondage Kapa est un ensemble de questions relatives à l'immigration et au nationalisme. Bien que la majorité des personnes sondées a dit qu'elle croyait que la flambée du taux de criminalité est lié au phénomène d'immigration et approuve l'opération Xenios Zeus, seule une petite minorité a répondu que tous les immigrants devraient être renvoyés chez eux, avec près de 47% disant que seuls ceux qui sont en Grèce illégalement devraient être expulsés.

Enfin, alors que l'écrasante majorité des personnes sondées a indiqué qu'elle étaient en désaccord avec la question «La Grèce appartient aux chrétiens grecs» et «Tous les non Grecs sont des barbares», les chiffres qui étaient d'accord avec ces déclarations (25% et 16% respectivement) sont bien au-dessus du pourcentage des intentions de vote recueillis par l'Aube Dorée, ce qui montre que les éléments de l'ultra-nationalisme imprègnent également les autres parties du spectre politique grec.

 La réunion de l'Eurogroupe : pas de prise de décision

La réunion de l'Eurogroupe tant attendue a eu lieu le lundi 12 Novembre à Bruxelles, mais aucune décision n'a été prise concernant le versement de la tranche de 31,5 milliards d'euro. L'Eurogroupe a décidé de prolonger la période d'ajustement budgétaire de la Grèce à 2022 au lieu de 2020, ce qui signifie que la Grèce doit apporter sa dette à 120% du PIB en 2022, même si les projections présentées dans le projet de rapport troïka qui a été diffusé le même jour montre un nombre beaucoup plus élevé de 134%.

La réunion de l'Eurogroupe a souligné le fossé grandissant entre le FMI et ses partenaires de l'UE sur la question de la viabilité de la dette grecque, avec un échange tendu entre Christine Lagarde et Gerhardt Schäuble lors de la conférence de presse. Une nouvelle réunion de l'Eurogroupe est prévue pour le 20 Novembre, alors que le Parlement allemand doit se prononcer sur la question du versement de la tranche d'aide le 19 Novembre.

Il est prévu que la tranche sera décaissée le 26 Novembre. Pendant ce temps la Grèce a émis des bons au trésor pour 5 milliards d'euro au cours de la semaine pour couvrir son déficit de financement, alors que le Premier Ministre A. Samaras et le ministre des finances Stournaras avaient affirmé à plusieurs reprises que les caisses de l'Etat serait vide de 16 Novembre. Commentant le rapport troïka, le syndicat GSEE a déclaré que la projection officielle du chômage de 29% en 2013 signifie que le chômage réel sera de 35%.

Facebook, l'Aube Dorée, l'Italie et une association sportive

Les militants antifascistes grecs ont remporté une mince victoire, lundi, alors que Facebook a fermé les comptes de tous les députés et les membres de l'Aube Dorée, ainsi que d'autres comptes ayant des des symboles nazis, pour avoir violé la politique de l'entreprise sur le discours de haine.

Le même jour, cependant, il a été annoncé qu'une branche de l'Aube Dorée s'installait en Italie.

En outre, une association sportive près de la ville crétoise de Chania a indiqué que ses bureaux avaient été saccagés et vandalisés par des symboles nazis portant la signature de l'Aube Dorée.

Poursuite des grèves dans la fonction publique

Les fonctionnaires du syndicat ADEDY ont poursuivi leur grève le mardi 13 Novembre et ont organisé une manifestation devant le ministère de la réforme administrative concernant les plans de licenciements issus du vote du troisième mémorandum.

La mobilisation des fonctionnaires et divers types d'action ont été menées par les travailleurs municipaux et s'est ensuite propagée à travers le pays à d'autres secteurs de l'Etat. La communauté Radiobubble a observé toutes les actions de la semaine : d'occupation et de grève dans les universités d'Athènes, de Thessalonique et de la mer Egée, dans les bâtiments municipaux à Athènes, Xanthi, Patras, Macédoine de l'Ouest, et Heraklion, ainsi que dans le palais de justice de Pyrgos (Péloponnèse) et dans les préfectures de Macédoine et de l'Epire.

Manifestation Pan-Européenne du 14 novembre

Le syndicat des fonctionnaires ADEDY a participé à la grève pan-européenne du mercredi 14 Novembre avec un arrêt de travail de trois heures et une marche à Athènes, mais aussi à Thessalonique et d'autres villes en Grèce comme Ioannina et de Corfou.

Les manifestations étaient généralement de petite taille et paisible, et les manifestants brandissaient des drapeaux des autres pays européens touchés par l'austérité pour marquer leur solidarité.

Voir les photos okeanews de la journée ici.

Une enseignante suspendue pour afficher des drapeaux d'élèves étrangers, sur demande de l'Aube Dorée

Une enseignante de maternelle de l'île de Leucade a été suspendue mercredi à la suite d'une plainte déposée par le député Barbarousis de l'Aube Dorée qui avait reçu une lettre par un parent d'élève.

L'institutrice avait demandé aux enfants de dessiner des drapeaux de leur pays avant les vacances du 28 Octobre et a affiché tous les drapeaux dans la salle de classe, y compris ceux élaborés par les enfants d'immigrants qui avaient dessiné les drapeaux de leur pays d'origine.

La Fédération grecque des enseignantes et des enseignants a condamné la suspension de l'enseignante, en disant :

«Dans les écoles publiques grecques n'y a pas de place pour ces soi-disant protecteurs de tout ce qui est sacré dans ce pays. Les écoles sont un vecteur de démocratie, de communauté, de tolérance à la différence et à la culture de messages antiracistes. La Fédération des enseignantes et des enseignants exige que toute action disciplinaire à l'encontre de notre collègue se termine et qu'elle soit rendue disponible immédiatement à son école et ses élèves. "

L'enseignante a été ré-intégrée jeudi.

Accusations contre le député de l'Aube Dorée Barbarousis

Le même jour, des accusations ont été pressées contre le même député de l'Aube Dorée Barbarousis pour l'agression qu'il a mené sur les immigrants dans le marché en plein air de la ville occidentale de Messologgi.

Les charges sont  violence illégale, dommages non provoqués, fausse déclaration d'autorité et en comprennent en particulier l'activation de la loi sur la discrimination raciale.

L'assaut avait été mené il y a plus de deux mois, en parallèle avec une autre attaque similaire menée par deux autres députés de la l'Aube Dorée à Rafina, près d'Athènes.

Aucune accusation n'a été pressée contre les deux autres députés jusqu'à présent.

Retour arrière sur le droit de vote des étrangers

Toujours mercredi, le Conseil d'Etat a rendu une décision dans laquelle il jugé inconstitutionnels plusieurs points de la loi de 2010 sur les droits de citoyenneté et le droit de vote pour les résidents étrangers. La décision a spécifiquement dit que l'octroi du droit de vote aux résidents étrangers exigerait une modification de la Constitution grecque.

Le plus inquiétant est le fait que le Conseil d'Etat a jugé que les exigences pour la naturalisation des immigrés de deuxième génération sont insuffisantes pour prouver des liens étroits avec la Grèce. Ces exigences comprennent que la deuxième génération d'immigrants qui demandent la citoyenneté doivent être nés en Grèce de parents qui étaient tous deux résidant légalement dans le pays depuis au moins cinq ans ou qu'ils aient passé au moins 6 ans dans le système éducatif grec.

Le Premier ministre Antonis Samaras s'était engagé à repousser cette loi au cours de la campagne électorale avec un argument alambiqué que les immigrants naturalisés conduisaient à une augmentation du taux de criminalité.

Une réunion pour la coopération entre l'Allemagne et la Grèce tourne au vinaigre à Thessalonique

Une réunion à Thessalonique le jeudi 15 Novembre entre des maires allemands et grecs pour promouvoir la coopération bilatérale a pris une mauvaise tournure lorsque des employés municipaux ont pris d'assaut le lieu de réunion après les commentaires du sous-ministre allemand du travail et des affaires sociales, Hans-Joachim Fuchtel.

Fuchtel avait déclaré que les autorités locales en Grèce sont en sur-effectif  en particulier:

-"Il y a des études et des recherches qui ont montré que pour faire fonctionner l'administration locale, 3 000 travailleurs sont nécessaires en Grèce pour faire le travail effectué par 1 000 Allemands."

Les manifestants ont jeté du café, des bouteilles d'eau, des oeufs aux fonctionnaires allemands et la police antiémeute a dû chasser les manifestants dans les couloirs de l'immeuble.

Trois personnes ont été arrêtées vendredi pour avoir provoqué des affrontements, dont un enseignant qui a été arrêté devant son école.

 L'Organisation Internationale du Travail (ILO) demande à la Grèce de respecter ses engagements sur les conventions de travail

L'OIT a publié un rapport qui contient des observations sur les mesures d'austérité prises en Grèce concernant les droits des travailleurs.

Tout en notant que ces mesures ont été prises dans le contexte d'une crise extrêmement grave, le comité de l'OIT sur la liberté syndicale

- "a trouvé qu'il y avait un certain nombre d'interventions répétées et approfondies sur la négociation collective libre et volontaire et un déficit important dans le dialogue social» et «s'attend à ce que les partenaires sociaux soient pleinement impliqués dans la détermination de toutes les modifications ultérieures dans le cadre des accords conclus avec la Troïka qui touchent à des questions de base sur les droits de l'homme, la liberté d'association et la négociation collective et qui sont les fondamentaux de base même de la paix et de la démocratie sociale. "

Les recommandations du rapport de l'OIT appellent la Grèce à respecter ses engagements sur les conventions internationales du travail et de prendre les mesures correctives appropriées.

 Nouvelle parade des motards antifascistes

Une nouvelle parade des motards antifascistes a eu lieu à Athènes jeudi soir, partant de l'université polytechnique et se poursuivant dans une grande partie du centre-ville.

La participation a été plus élevée que dans le cortège précédent, avec des témoins indiquant entre 250 et 400 motos avec chauffeur et passager.

Le cortège a pris fin de manière pacifique et aucun incident n'a été signalé.

Faux espoirs pour la liberté de la presse en Grèce

La semaine avait pourtant commencé avec une évolution positive en ce qui concerne la censure, puisque les journalistes Arvanitis et Katsimi qui avaient été suspendus par la télévision nationale NET pour avoir parlé de manière critique du ministre de l'ordre public, Nikos Dendias, ont été réintégrés ce mardi.

Cependant, ce vendredi, le procureur d'Athènes a donné un double coup à la liberté d'expression, d'abord en faisant appel de l'acquittement de Kostas Vaxevanis qui a publié la liste de Lagarde il y a trois semaines, puis en appuyant sur des accusations de blasphème contre les producteurs de la pièce Corpus Christi à la suite d'une plainte déposée par Serapheim du Pirée ainsi que cinq députés de la l'AUbe Dorée.

Vaxevanis s'est dit "stupéfait" par les nouvelles et attribue le passage à des efforts concertés de la part du système judiciaire pour réduire la presse au silence :

"C'est absolument sans précédent. Le tribunal n'a même pas encore rédigé sa décision de mon innocence et le bureau du procureur ordonne déjà un nouveau procès. Ils ont non seulement agi illégalement, en recourant à la violence lors de mon arrestation le mois dernier, ils ont non seulement ridiculisé la Grèce en tentant de censurer la presse, mais en plus, ils veulent renverser le jugement et font ce qu'ils peuvent pour obtenir le résultat qu'ils veulent."

En marge, l'homme d'affaires grec et descendant d'une famille notable Vardis Vardinogiannis a poursuivi vendredi le site Jungle Report. Le site avait publié en mai un article impliquant les intérêts des entreprises de la famille dans l'appropriation des terres qui a abouti à l'assassinat d'un chef de l'administration locale près d'Héraklion en Crète dans les années 1960.

Le rapport Jungle note que les événements décrits dans le message original, qui a été supprimé par Google, a été mentionné à plusieurs reprises dans les principaux journaux grecs il y a plus de 15 ans, ainsi que par le New York Times dès 1966.

L'ambassade américaine alerte ses ressortissants sur les attaques racistes, la police grecque demande la liste des magasins tenus par des immigrants

L'ambassade américaine à Athènes à mis à jour jour ses consignes de sécurité pour les citoyens américains qui visitent la Grèce en incluant un avertissement spécial sur les attaques racistes contre les personnes de couleur.

Le tweep et journaliste @AnemosNaftilos a rapporté que des sources de l'ambassade américaine ont confirmé des cas de détentions d'Afro-Américains par la police grecque dans des opérations de ratissage de migrants.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, interrogé sur l'avertissement aux voyageurs lors d'une conférence de presse, a déclaré que «l'Etat fait preuve d'une tolérance zéro concernant les attaques racistes dont il condamne sans réserve et prend toutes les mesures nécessaires pour les empêcher», ce qui a provoqué l'hilarité générale sur Twitter.

Dans un développement connexe inquiétant, il a été signalé que la police de Perama près du Pirée a exigé de la municipalité une liste des magasins appartenant à des immigrants de la région. Le parti communiste soumis à une question au Parlement pour demander des explications sur cette décision.

Commémoration de la révolte des étudiants contre la junte : l'Aube Dorée ré-écrit l'histoire, certains députés de la Nouvelle Démocratie … aussi.

La commémoration de trois jours de l'insurrection de l'Université polytechnique d'Athènes contre la junte a commencé jeudi et a continué ce vendredi 16 Novembre. Il s'agit d'un évènement majeur de l'histoire grecque moderne, le 17 Novembre étant traditionnellement célébré comme le jour où la jeunesse grecque a défendu la démocratie.

Le soulèvement de trois jours, qui s'est terminée de façon spectaculaire avec l'arrivée des des tanks dans l'Université le 17 Novembre 1973, est connu pour avoir entraîné 24 décès avérés et 16 décès non confirmés, mais probable, tandis que 30 cas sont toujours en cours d'examen par la Fondation Nationale de la Recherche.

Le seul parti politique qui nie officiellement ces décès est l'Aube Dorée Golden Dawn, dont la branche de Kalamata(Péloponnèse) a distribué des dépliants et des affiches cette semaine appelant le massacre un "conte de fées".

Il faut toutefois noter que des députés qui actuellement appartiennent à la majorité gouvernementale de la Nouvelle Démocratie, comme Adonis Georgiadis, ont également nié le massacre de Polytechnique en 2009 avant de rejoindre la Nouvelle Démocratie.

La commémoration du soulèvement de Polytechnique se termine souvent assez mal, avec des manifestations de l'université à l'ambassade américaine qui se terminent souvent par des affrontements entre la police et les manifestants.

Cette année cependant les ennuis ont commencé dès jeudi, avec des étudiants appartenant au syndicat affilié à PASOK repoussés par les autres élèves alors qu'ils convergeaient vers l'Université.

Le vendredi, le vice-ministre de l'Education a également été chahuté et “douché” avec de l'eau et du café par les étudiants après avoir déposé une gerbe de fleurs au monument des victimes et a dû quitter l'université sous des huées et les chants des élèves.

La manifestation finale pour la commémoration du massacre de Polytechnique a lieu aujourd'hui. En plus des mesures de sécurité renforcées autour de l'ambassade américaine, où la démonstration se terminera, la police a annoncé une protection spéciale pour les ambassades d'Allemagne et d'Israël, où le parti communiste a l'intention de manifester contre le bombardement de Gaza par Israël.

 

Texte(anglais - disponible en version pdf ici) : @irategreek

Traduction/titrage :  @Okeanews

Pour revivre l'actualité complète de la semaine dernière, c'est par ici.


A venir :

Samedi 17 novembre : manifestation de commémoration de la révolte des étudiants contre la junte (voir l'ensemble des évènements rapportés par la communauté radiobulle)

Dimanche 18 novembre : manifestation à Skouries contre la mine d'or de Chalkidiki

Et tout au long de la semaine :  des informations sur l'actualité inquiétante de la Grèce via les tweets d'@Okeanews (disponibles sur la page d'accueil du site)


Pour cette journée du 17 novembre, la carte des personnes tuées lors du soulèvement contre la junte (source : le blog de @damomac - a lire)