5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La liste suisse de Christine Lagarde : le secrétaire du PASOK démissionne et remet en cause l'attitude de Venizelos

4 octobre 2012

Polémique Politique Société Christine Lagarde Evangelos Venizelos Grèce scandale

935 mots   588       Comments

Christine Lagarde avait envoyé aux autorités grecques, en décembre 2011, alors qu'elle était encore ministre des finances françaises, une liste de 2000 noms de citoyens grecs ayant des comptes en banque en Suisse. Depuis le début de la semaine, la liste était activement recherchée et l'actuel ministre des finances grecques a demandé une nouvelle copie aux autorités françaises. Retour sur un nouvel acte du théâtre politique grec.

La liste qui comporte des noms de clients grecs de la filiale de HSBC à Genève avait été envoyée à Yiorgos Papakonstantinou, ministre des finances des 2009 à 2011. Lundi, M. Papakonstantinou a indiqué une nouvelle fois avoir transmis cette liste à la brigade financière grecque, la SDOE.

Mais cette liste a(vait) disparu.

S'exprimant à la télévision Mega lundi, Papakonstantinou a dit qu'en 2011 il avait demandé à Kapeleris d'enquêter sur les 15 plus gros déposants de la liste. Après son remplacement en tant que chef de la SDOE en mai 2011, il a fourni une copie complète du CD à son successeur, Yannis Diotis.

"J'ai noté les montants les plus importants et envoyé les noms de SDOE pour le contrôle ... On m'a dit que les résultats préliminaires ont montré des problèmes avec les déclarations fiscales, alors j'ai laissé la liste à la SDOE" a déclaré M. Papaconstantinou au Financial Times de dimanche.

Papakonstantinou a églement indiqué que les données sur les dépôts bancaires ont été obtenus illégalement par les autorités françaises, ce qui présente des problèmes juridiques concernant l'utilistion du CD.

Pour sa part, Diotis a indiqué que son service n'était pas en mesure d'utiliser le CD légalement.

Pourtant, en utilisant les données obtenues de la même manière, les autorités espagnoles ont  soulevé 6 milliards d'euros et d'impôts impayés par des fraudeurs du fisc.

Le mois dernier, le vice-ministre des Finances George Mavraganis a dit aux députés que le gouvernement ne pouvait pas chercher à obtenir des données des détails de déposants étrangers auprès des banques suisses, car le gouvernement suisse déclare que les CD sont le produit d '"espionnage industriel" et l'objet de poursuites judiciaires.

Mais qu'est devenue cette liste ? Entre lundi et hier, tous le médias se posaient la question. Et certains invités de chaînes de télévisions qui ont eu la clef USB de la liste entre les mains de dire :"Je n'en connais pas le contenu".

De quoi avoir des doutes.

Mais la liste a été retrouvée : dans les mains d'Evangelos Venizelos, dernier ministre des finances du gouvernement de Papandréou et actuel patron d'un PASOK en panne. Venizelos a déclaré aux journalistes qu'il a été informé de l'existence de la liste par Diotis en Août 2011. Diotis avait alors dit à Venizelos que la liste lui avait été donnée  «officieusement» par l'ancien ministre des Finances George Papaconstantinou.

De l'avis du chef de la SDOE, l'information contenue dans la liste était «en aucun cas un fichier qui est entré en possession du service par le biais des procédures légitimes» et ne pouvait donc faire l'objet d'un traitement juridique par la SDOE ni rendu public.

Selon Diotis, agir différemment aurait constitué une infraction criminelle grave.

Venizelos s'est dit d'accord avec l'opinion de Diotis sur cette question, mais a également souligné l'importance de parvenir à un accord avec la Suisse pour la taxation de l'argent déposé par les citoyens grecs dans les banques suisses. Il a dit que le tollé entourant la liste tend à exposer le pays au niveau international et à "annuler nos efforts pour un accord bilatéral avec la Suisse sur la fiscalité des comptes bancaires des citoyens grecs."

Clap clap. Remercions Mr Venizelos pour cette mascarade. Il a en main une liste de noms qui permettrait sans doute de récupérer quelques milliards et la laisse dormir car elle n'est pas "juridiquement recevable".

Mr Venizelos semble continuer à prendre ses citoyens pour des buses. Clap clap (x2).

D'ailleurs, un ancien ministre du PASOK et actuel secrétaire du parti, Mr Yiannis Ragousis, a annoncé son intention de démissionner, affirmant que sa décision était fondée sur la manipulation d'Evangelos Venizelos sur la "Liste de Lagarde".

Ragousis a indiqué :

"En tant que membre du gouvernement qui a subi à plusieurs reprises le fait accompli et a été obligé d'approuver des coupes dans les salaires et les retraites pour que la Grèce puisse rester sur pied, je considère que tout ce qui a été confirmé par la fameuse "Liste de Lagarde" est politiquement immoral et très injuste pour la société."

Ragousis ajoute que la question est caractéristique de "la détermination - ou de son absence - pour lutter contre l'évasion fiscale avec la même rigueur que celle qui a été appliquée pour la réduction des revenus et la mise en place de nouvelles taxes".

Nous pouvons remercier Mr Ragousis. Enfin un peu d'honnêteté dans les débats actuels.

Ce nouvel acte de la pièce du théâtre politique grec montre encore une fois le niveau d'une partie de la classe politique en Grèce. Je ne peux m'empêcher de repenser à l'accueil réservé à Evangelos Venizelos par François Hollande.

Nous verrons la suite donnée à la liste des 2000, mais en attendant, cette caricature de Venizelos arrive à point nommé :

Venizelos : "J'aime le pouvoir et je veux devenir le chef !" (source :  http://www.enikos.gr)