5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Mesures d'austérité : Samaras s'adressera à la nation prochainement

23 septembre 2012

Billet d'Humeur Antonis Samaras austérité Grèce parlement

371 mots   346       Comments

Le Premier ministre Antonis Samaras a prévu de faire un discours à la nation dans les prochains jours afin de renforcer le soutien du public pour le dernier paquet d'austérité, tout en avertissant ses députés qu'ils seront éjectés de la Nouvelle Démocratie s'ils ne votent pas pour le nouveau paquet d'austérité au parlement.

Le gouvernement garde encore un espoir qu'il sera en mesure d'adopter les mesures par le parlement avant la réunion de l'Eurogroupe le 8 Octobre. Pour améliorer les chances d'acceptation de l'ensemble des mesures, toutes les coupes budgétaires seront combinées dans un seul projet de loi, ce qui empêche les députés de voter pour une coupe et pas d'autres. Les débats sur les mesures seront également limités à 48 heures.

Samaras a l'intention de faire respecter la discipline de son parti en menaçant ses 128 députés d'expulsion de la Nouvelle Démocratie s'ils votent contre le paquet de mesures (ce qui  donne une bonne idée de sa vision démocratique, voir sa dernière petite phrase ici). Cependant, des sources ont indiqué que Samaras et ses collaborateurs sont plus préoccupés par la réaction de la population. Une des raisons pour laquelle le débat sera limité à 48h est de minimiser le potentiel de rassemblements devant le Parlement. 

Dans son allocution à venir, Samaras devrait tenter de convaincre les électeurs que les nouvelles coupures sont une partie nécessaire de la stratégie de sortie de crise, mais que cela sera aussi le dernier plan d'austérité à être adopté par le gouvernement. Sa troisième tâche sera de donner de l'espoir pour qu'il y ait de «la lumière au bout du tunnel", selon des sources.

Un sondage récent pour le journal Ependitis de samedi a indiqué que 68% des Grecs pensent que le pays se dirige dans la mauvaise direction. La même enquête montre que le SYRIZA a une légère avance sur la Nouvelle Démocratie, avec 20,8% du soutien contre 19,6% pour les conservateurs, tandis que toutes les enquêtes d'opinion placent l'Aube Dorée à la troisième place, devant le PASOK qui poursuit sa chute historique.