5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Une alternative à Evia : quand de jeunes grecs créent une éco-commune

16 septembre 2012

Alternatives Environnement Grèce

736 mots   561       Comments

Une alternative très intéressante : traduction d'un article de JOANNA KAKISSIS sur l'éco-commune de Telaithrion à Evia (Eubée).


 

Apostolos Sianos, 31 ans, a quitté son emploi de Web designer à Athènes pour aider à établir l'éco-commune de Telaithrion. (Photo Joanna Kakissis / NPR)

Pour faire face à la pire récession de leur pays depuis un demi-siècle, de nombreux jeunes Grecs quittent le pays pour des emplois à l'étranger. Mais Apostolos Sianos, un Athénien de 31 ans, a décidé de renverser la tendance.

Il y a deux ans, il a quitté son emploi lucratif de conception de sites web à Athènes pour aider à établir un éco-commune, appelée le projet Telaithrion , à Aghios, village ancestral de sa famille sur l'île d'Evia (Eubée). L'idée était d'apprendre aux gens à être auto-suffisants à une époque où l'argent et les opportunités se tarissent.

"Cela signifie qu'ils peuvent apprendre des choses simples comme faire son propre pain ou des choses plus complexes comme la construction de leur propre maison," dit Sianos, qui a aidé à construire les yourtes de la commune - ces grandes tentes rondes des nomades d'Asie centrale. Environ 20 personnes vivent sur la commune en continu, et Sianos estime que plus de 2.500 personnes - dont un grand nombre venus de l'étranger - l'ont visité au cours des deux dernières années.

Julia Friedrich, 26 ans, a visité récemment l'éco-commune. Elle a voyagé de Berlin pour passer une semaine à apprendre les bases  de l'agriculture biologique, ce qu'elle veut essayer chez elle en Allemagne. «J'ai apporté mon sac de couchage et mon matelas», dit-elle, montrant le coin de la yourte où elle dormait. «Il y a des matelas et quelques couvertures et oreillers, donc il y a tout ce qu'il faut pour passer une bonne nuit."

Friedrich avait passé la journée à nettoyer des noix avec Myrto Vournia, 24 ans , qui a quitté son faible salaire comme serveuse à Athènes pour travailler sur la commune. «Nous allons faire un dîner avec [les noix] ce soir», dit Vournia, qui a vécu ici pendant un mois. «Plus tard, nous préparerons des tomates séchées au soleil."

Julia Friedrich, 26 ans, a voyagé de sa maison à Berlin pour passer une semaine sur l'éco-commune, où elle a appris à propos de l'agriculture biologique et la recherche de nourriture.

Julia Friedrich - Photo Joanna Kakissis / NPR

Ceux qui visitent la commune apprennent aussi le fourrage pour les noix et les légumes verts sauvages, la restauration des meubles mis au rebut et même la fabrication de leur propre dentifrice (un mélange d'argile, de bicarbonate de soude et de menthe poivrée).

Sianos et ses partenaires ont choisi Aghios comme site de leur projet, en partie parce qu'ils voulaient trouver suffisamment de terres pour éventuellement étendre la commune avec une école qui enseigne un mode de vie durable dans une économie sans argent.

"Nous avons cherché dans toute la Grèce», dit Sianos. "La plupart des gens a qui nous avons parlé nous ont dit:« N'allez pas quelque part où vous ne connaissez personne. "

Son père, Giorgos, a déjà vécu sur Aghios. Avant la récession qui a frappé il y a cinq ans, le père de Sianos a quitté son entreprise d'importation à Athènes pour revenir au village où il avait grandi. Il a présenté son fils aux villageois conservateurs d'Aghios.

«Au début, ils étaient sceptiques parce que les Grecs ruraux ont tendance à se méfier», dit-il. "Cela a aidé qu'ils me connaissaient déjà. Alors, les gens du pays l'ont accueilli avec chaleur, et certains villageois ont prêté leurs champs à cultiver."

Giorgos Sianos stocke désormais dans sa taverne les produits frais de la commune, qui sont végétaliens et correspondent à 80% de leurs besoins alimentaires.

Dionysis Papanikolaou, un chimiste de 30 ans du nord de la Grèce qui a vécu sur la commune depuis six mois, plante de la sauge, du romarin et de la lavande. Il dit que travailler ici lui a appris à trouver son propre chemin.

"Je ne pense pas qu'un pays peut offrir des possibilités", dit-il. «Je veux dire que c'est à l'individu de saisir les opportunités ou de créer des opportunités pour lui-même."

Titulaire d'un doctorat en chimie, Papanikolaou pourrait travailler n'importe où dans le monde. Mais il dit qu'il veut rester en Grèce. Il dit que c'est une terre qui ne fait que commencer à être cultivée.

source : www.npr.org

Traduction : Okeanos