5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Salonique : une foire internationale sous haute tension

6 septembre 2012

Economie Politique Société actions appel Athènes Aube Dorée austérité budget bus chaine chômeurs cour européenne défense démocratie Droits de l'homme ERT euro Gouvernement Grèce grève grèves lutte sociale manifestation manifestations MAT mesures Mine d'Or Mordorandum Nouvelle Démocratie parlement PASOK police procès refus répression retraite retraites rumeurs salaire salaires Salonique santé Semaine sondage Syriza tensions travail travailleurs troïka UE vote Weimar

620 mots   473       Comments

La foire internationale de Salonique, une des plus importantes de Grèce, ouvre ses portes ce samedi dans un climat de tension. Entre les nouvelles annonces de coupes dans les salaires et les retraites et les rumeurs de nouvelles demandes de la troïka, dont le retour de la semaine de travail à 6 jours, les annonces de grèves et de manifestation se multiplient.

Le Syriza a été le premier à démarrer les hostilités en appelant dès la fin aout à une manifestation dans la deuxième ville du pays pour le jour de l'ouverture de la foire. Les syndicats ainsi que PAME se sont joints à l'invitation.

Le Syriza, toujours, a offert en "cadeau"  un balle en caoutchouc utilisée lors des dernières manifestation à Halkidiki au ... ministre de la protection du citoyen. Une manière de rappeler le climat de répression qui règne depuis l'arrivée de l'austérité en Grèce

Une manifestation anti-fasciste est également prévue demain, veille de la foire, à 18h30, devant la statue de Venizelos ainsi que 3 jours d'actions contre la poursuite du projet de la mine d'or de Halkidiki.

Cet après midi, la police manifestait contre les coupes dans les salaires à Athènes.

Des grévistes ont bloqué pendant quelques heures ce matin le convoi des bus de la MAT (police anti-émeute) qui partait en renfort à Salonique, avec quelques tensions entre les deux groupes de forces de police.

Cette nuit, des retraités ont campé devant le bâtiment de l'EOPPY (assurance santé) à Salonique pour protester contre la réduction des salaires et les coupes dans la santé.

A Salonique, la foire se prépare et une très forte présence policière est déjà visible, à l'avant veille de l'ouverture. Aujourd'hui, des policiers cadraient le centre ville et une forte présence policière était déjà observable hier soir, selon des contacts sur place : "10 policiers à chaque coin de rue".

En marge de ces manifestations, le Barreau d'Athènes et la chambre technique de Grèce font appel à la Cour Européenne des droits de l'homme pour dénoncer le premier mordordanum.

Alors que les dernières nouvelles laissent entendre que la troïka souhaite faire passer la semaine de travail à 6 jours dans le privé "pour augmenter la productivité du pays" et refuserait de couper le budget de la défense, le porte parole du gouvernement, Simos Kedikoglou, avait indiqué lundi que le nouveau plan d'austérité serait finalisé au début de la semaine prochaine.

Tout porte à croire que ce weekend à Salonique sera crucial dans la poursuite de la lutte sociale qui ne fait que (re)commencer après les vacances d'été. Car les nouvelles mesures signeraient la poursuite d'une politique sans avenir économique. Un rapport de la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE) a montré que les salaires ont retrouvé leurs niveaux de 1978 et le chômage celui de 1958 en Grèce. Des chiffres qui montrent à quel point la politique européenne actuelle en Grèce est contre-productive.

Le dernier chiffre du chômage est tout simplement catastrophique : le nombre de chômeurs a augmenté de 358 334 (+41,8%) par rapport à juin 2011 et de 50 666 par rapport à mai 2012 (+4,3%).

Un dernier sondage (Pulse pour le quotidien ToPontiki) concernant les intentions de vote montre également un résultat inquiétant : si la Nouvelle Démocratie (25%) et le Syriza (24%) sont stables, l'Aube Dorée, avec 10.5%, fait un bond spectaculaire tandis que le PASOK, avec 8.5%, poursuit sa chute historique, malgré son nouveau logo. Le parti néonazi fraîchement entré au parlement poursuit son ascension, malgré toutes les agressions, procès et le passé violent de ses membres.

La Grèce, une nouvelle république de Weimar ?