5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

L'emploi en Grèce : 22.5% de chômeurs en avril, 400.000 salariés non payés

13 juillet 2012

Economie Société chomage crise Emploi Grèce

679 mots   583       Comments

Le rapport officiel de l'autorité grecque des statistiques concernant le chômage est sorti le 12 juillet 2012. Les résultats qui comparent différents indices sur le mois d'avril depuis 2007 sont bien sûr catastrophiques. De plus, selon les données officielles de mars 2012 du ministère du Travail et des inspecteurs du travail (SEPE), 400.000 employés dans le secteur privé travaillent mais restent sans salaire en moyenne de un à cinq mois.

Le rapport officiel du 12 juillet (voir fin d'article pour le PDF) propose 3 définitions intéressantes permettant une autre lecture des graphiques :

  - Les employés sont les personnes âgées de 15 ans ou plus qui, durant la semaine de référence ont travaillé, même pour une heure seulement, pour un salaire ou un profit, ou qui travaillaient dans l'entreprise familiale, ou bien qui n'étaient pas au travail mais avaient un emploi ou une entreprise dont ils étaient temporairement absents.

  - Les chômeurs sont les personnes âgées de 15 à 74 qui étaient sans travail pendant la semaine de référence (ils n'ont pas été classés comme ayant un emploi), sont actuellement disponibles pour travailler et étaient activement à la recherche de travail dans les quatre semaines précédentes ou avaient déjà trouvé un emploi pour commencer dans les prochaines trois mois.

  - Les inactifs sont les personnes qui ne sont ni classés comme ayant un emploi, ni comme chômeurs.

Les nombre d'employés, de chômeurs, d'inactifs et le taux de chômage (2007 - 2012) :

Employés, chômeurs, inactifs et taux de chômage

Les taux de chômage par genre (2007 - 2012) :

Taux de chômage Hommes/Femmes

Le taux de chômage par tranche d'âge (2007 - 2012) :

Taux de chômage par tranche d'âge

L'évolution du taux de chômage entre 2010 et 2012 :

Evolution du chômage par mois depuis 2010

Le constat est sans appel : les femmes et les jeunes (15-34 ans) sont les plus fragilisé par la crise :

- le chômage a doublé en 2 ans et presque triplé en 4 ans ;

- le chômage des jeunes est passé de 22.3% en 2008 à 51.5% en 2012 (!) ;

- le taux de chômage des hommes était de 5% est 2008. Il est de 20% en 2012 : multiplié par 4 !

- le taux de chômage des femmes était de 11.8% est 2008. Il est de 26% en 2012 ;

En considérant la définition du terme "employé", c'est à dire une personne ayant travaillé (même une heure) sur la semaine de référence, on se rend bien compte que ces tableaux ne reflètent pas la dure réalité de la situation grecque. Dans ce nombre d'employés se trouve une part (à définir) de personnes dans une grande précarité : une heure de travail par semaine ne nourrit pas son homme, mais cela le place dans la case "employé"...

De même que ce chiffre de 400.000 salariés n'ayant pas de salaire depuis 1 à 5 mois. Un de mes amis attend toujours 8 mois de salaires cumulés. Depuis début 2011, son employeur en souffrance lui paye au lance pierre une partie de ses salaires. Mais depuis 5 mois, aucun salaire ne lui a été versé. Aucun. Et son cas n'est pas isolé, loin de là.

Les chiffres donnent une image générale de la situation de l'emploi en Grèce. Mais ces chiffres faussent la réalité :   les histoires des salariés montrent à quel point leur situation est dramatique. Il ne faut pas oublier que les indemnités de chômage sont de 359€ par mois depuis le dernier mordorandum. Pendant un an, pas plus, et quelque soit le salaire d'avant la perte d'emploi. Un loyer sur Athènes pour un T2 est d'environ 250€/300€. Un café entre 2€ et 4€.

Bienvenue dans la grande dépression...


Le document PDF de la Situation de l'emploi en Grèce - Rapport du 12 juillet 2012

https://www.okeanews.fr/wp-content/uploads/2012/07/A0101_SJO02_DT_MM_04_2012_01_F_EN.pdf