5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Elections : les 12 mesures "sécurité et immigration" de la Nouvelle Démocratie

14 juin 2012

Politique élections Grèce Immigration Nouvelle Démocratie programme Sécurité

1112 mots   399       Comments

OkeaNews vous propose la traduction (merci à Antoine !) du programme de la Nouvelle Démocratie (disponible en grec à cette adresse) sur la sécurité et l'immigration. Une politique très fortement sécuritaire et pas vraiment étonnante quand on connait le virage à (la) droite (de la droite) effectué par le parti conservateur dernièrement.

A. Samaras ( source Wikipédia)

Le président de la Nouvelle démocratie (ND), Antonis Samaras, a présenté avant-hier, le 12/06/2012, lors d’une allocution spéciale à la « Fondation du monde hellénique», douze mesures pour la sécurité des citoyens et la gestion de l'immigration clandestine.

« La protection du citoyen est le fondement de la démocratie ; il ne peut y avoir de « cité » libre si celle-ci est incapable de protéger ses citoyens de la peur. Sans sécurité règne la peur, qui entraîne la suppression de la liberté. Les habitants d'Athènes, du quartier d’Aghios Panteleïmonas, de Patras et d’autres villes, le savent », a déclaré Samaras.

« Il y a quelques années encore prédominait l'idée selon laquelle la surveillance policière était une mauvaise chose, mais maintenant que celle-ci fait défaut, la criminalité, qu'elle soit ordinaire ou organisée, fait rage. On ne peut se sentir libre quand, à cause du crime et de l’impunité, on a peur pour sa famille » a-t-il ajouté.

Mais il existe aussi une dimension économique, a indiqué Samaras, car sans sécurité, la croissance est selon lui impossible et l'économie parallèle florissante ; ll ne peut y avoir de production organisée quand on chasse des entreprises, qu’on bloque des ports [grèves], etc. « La sécurité constitue la condition primordiale du développement. Nous nous sommes leurrés pendant des décennies », a-t-il proclamé.

Il a ensuite présenté les douze mesures de renforcement sécuritaire :

1. Modifier la législation relative à la détention et à la condamnation d'un malfaiteur, et adopter les règles qui prévalent en Europe. Actuellement, des « encagoulés » sont arrêtés puis relâchés pour cause de doutes, et lorsqu'ils sont interpelés à nouveau en possession de cocktails Molotov, ils affirment que ceux-ci ont été placés dans leurs affaires par les policiers, et on les relâche à nouveau. Il faut pouvoir autoriser la prise de photographies et de vidéos lors d’incidents de cette nature. Afin également de protéger le citoyen.

2. Recourir à des méthodes de police qui ne mettent pas de vies humaines en danger. La gestion d'individus violents, comme ceux appartenant au black bloc, constitue un problème entièrement différent ce qui concerne les autres manifestants. Etablir l'usage de canons à eau mobiles pendant la durée des troubles.

3. Rétablir la présence des policiers dans les quartiers. Cela implique trois choses : 1) libérer la police des tâches bureaucratiques, 2) coordonner l'action des unités de police mobiles, 3) utiliser des hélicoptères pour filmer les incidents

4. Coordonner et renforcer les différents départements pour lutter contre le crime organisé, lequel a de multiples visages. Remédier au problème que posent les règles d'intervention des policiers.

5. Changer entièrement la prise en charge pénale. La « clémence » déplacée a généré l'impunité. Maintenir en détention, pendant une durée suffisante, ceux qui sont soupçonnés d’être coupables.

  • Décongestionner les prisons.
  • Expulser les détenus étrangers
  • Ouvrir immédiatement les établissements pénitentiaires disponibles

6. S’attaquer à ce que l'on appelle la « petite criminalité », laquelle constitue habituellement un tremplin vers la criminalité grave. Eloigner les toxicomanes des quartiers qu’ils ont investis dans les villes.

7. Élaborer un concept de sécurité intérieure allant des menaces envers la sécurité publique jusqu'aux mécanismes de répression préventive à long terme.

8. Immigration clandestine. Il n’y a pas seulement des immigrés économiques, mais aussi des individus résidant clandestinement dans le pays. Mettre en place une meilleure surveillance des frontières à l'aide d'obstacles naturelles, comme la construction de la grande clôture sur le [fleuve frontière] Evros, et une assistance technologique, comme des caméras infrarouges pour informer les autorités. Meilleure collaboration avec la FRONTEX [Agence européenne de surveillance des frontières].

9. Création de centres d'accueil, où seront acheminés ceux qui viennent de passer clandestinement la frontière, et ceux qui sont arrêtés pour infraction.

10. Formuler une grande initiative du sud de l’Europe pour une politique d'asile commune et une politique d'expulsion commune des immigrés clandestins. L'UE doit clarifier les choses avec la Turquie. Intégrer cette question dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Europe.

11. Démanteler le commerce parallèle, lequel constitue le moyen de subsistance de plusieurs centaines de milliers d’immigrés. Déclarer la guerre au commerce parallèle, qui détruit quotidiennement le commerce légal.

12. Samaras s'est engagé à abroger immédiatement la loi Ragousi, qui « a fait du pays un pôle d’attraction pour les immigrés clandestins», en demandant « d’expulser les clandestins interpellés et inciter les autres à retourner chez eux »

Le président de la Nouvelle démocratie a évoqué les récents cas de personnes se faisant justice elle-même. Il a mentionné le Syriza, déclarant que celui-ci veut faire l’inverse de ce que réclame la société. Le Syriza voudrait selon lui désarmer la police et favoriser le rapprochement familial pour les immigrés clandestins. Il promettrait également des titres de voyage, ce qui entraînerait, au lieu d’ouvrir la porte de l’Europe aux immigrés, l'exclusion des Grecs de l’Europe, en raison, le cas échéant, de l’abrogation certaine par les Européens du traité de Schengen

«Il semble que le Syriza, en plus de nous faire sortir de la zone euro, veuille également nous faire exclure de l'espace Schengen », a-t-il déclaré, ajoutant que le Syriza propose le contraire des mesures avancées par ND, même en ce qui concerne la « mise à jour » des « encagoulés ».

« La Grèce a été envahie par les immigrés clandestins. Nous allons y mettre un terme. Nous demandons le soutien de la société, pour que la Grèce devienne un pays sécurisé et démocratique », a conclu Samaras.


En cadeau bonus et après le clip de campagne scandaleux de Nouvelle Démocratie, le dernier en date :

Et celui de la jeunesse de la Nouvelle Démocratie (officiellement validé par plusieurs cadres du parti) :