5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Jour de violence raciste, encore

12 juin 2012

Société AubeTarée Grèce racisme violence

518 mots   422       Comments

Aujourd'hui, je suis allé faire quelques courses à la supérette de mon quartier. Devant le magasin, un jeune homme, baissant la tête, attendant que le quidam lui apporte de quoi manger ou un peu d'argent. Son état physique n'est pas au mieux. Des bandages -inégaux- sur son flanc gauche et son épaule. Des habits en guenille qui semblent avoir déjà fait un long voyage. Un regard où se mêlent crainte et intelligence. Un visage fatigué. Un visage perdu aussi.

Je suis ressorti avec un peu de pain, quelques gâteaux, une bouteille d'eau et quelques fruits. Je ne suis pas le seul à donner. Je m'en réjouis. Il est noir ébène et assez grand. Il est noir ébène et discret, et il baisse la tête. J'ignore d'où il vient, de quel pays en guerre il est parti, qui il a laissé là bas et quelles difficultés il a enduré avant de se retrouver à Athènes. Il est noir ébène et il fait partie de ces réfugiés perdus dans l'enfer grec.


Ce matin, à 3h du matin, les néonazis de l'Aube tarée ont encore montré leur courage et leur haine : ils se sont mis à 20 pour tabasser des pêcheurs égyptiens dans leur sommeil. 4 égyptiens ont réussi à s'enfuir après leur réveil. Mais celui qui dormait sur le toit de la maison n'a pas pu s'échapper. Selon la plainte, il a été battu sans aucune pitié. Il a été transféré à l'hôpital dans un état très sérieux. Double fracture de l'os maxillaire inférieur et nasal.

5 hommes et une femme ont été arrêtés par la police pour violence et blessures graves. Ils ont été reconnu par les victimes de l'attaque. La vidéo après l'attaque :

Hier, des membres de l'Aube tarée ont aussi attaqué un chef de cuisine moderne d'origine albanaise.

Et hier, encore, ils ont annoncé que s'ils étaient élus, ils "dégageraient les immigrants des hôpitaux et des crèches pour faire de la place aux grecs".

Et demain, probablement, où peut-être même ce soir, ils attaqueront encore ailleurs. Ils se déchaîneront avec une simple excuse de couleur ou d'origine ethnique ou géographique. Ils ont déjà prévenu un quartier d'homosexuel il y a quelques semaines en distribuant des tracts indiquant : "On s'occupe des immigrés, vous êtes les prochains". Et ensuite ?

Il y a quelques jours, les néonazis ont terrorisé tout un quartier en les obligeant à prendre leurs tracts et à chanter leurs slogans fascistes. Les habitants du quartier sont pourtant grecs en grande majorité...


Alors, je repense à ce jeune homme, noir ébène. Si humble, si discret. Si perdu. Et blessé. Par un exil  difficile et sans doute par de mauvaises rencontres en Grèce.

Je pense à lui et à tous ceux qui subissent les mêmes agressions.

Car nous avons tous le même sang. Il a la même couleur quelque soit notre origine.

Et il a encore coulé aujourd'hui.

[ezcc]