5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Lettre de Michel Volkovitch et réponse de Xavier Gorce (caricature Le Monde)

30 mai 2012

Mythe Polémique Témoignages Grèce lettre mythe

1334 mots   871       Comments

Le monde a publié cette caricature qui a fait réagir M. Volkovitch, traducteur, de manière vive. Okeanews partage donc cette réaction, car si l'humour est une chose merveilleuse, il peut également être une arme de destruction massive quand il est dédié de manière quasi permanente à une population devenue la risée des médias pour des raisons mensongères.

Comme M. Volkivitch, OkeaNews se sent concerné par cette caricature qui n'a aucun sens humoristique mais participe encore à ces mythes ignobles qui semblent vouloir prospérer à l'heure où la Grèce pourrait bien choisir son propre avenir.

Je partage pleinement le sentiment de M. Volkovitch, car les grecs ont de l'humour, à revendre même, mais cette "caricature" n'est que l'expression d'un préjugé à la limite d'une attaque contre une population entière qui lutte pour s'en sortir.


Hier en ouvrant mon journal, Monsieur, j’ai trouvé ça :

Le Monde - "Caricature"

J’ai cru recevoir une gifle. Les Grecs, un ramassis de branleurs… J’ai cru entendre le gros rire d’Angela Merkel suivie par des millions de nantis du monde entier. Je ne savais pas que Le Monde pouvait courtiser un tel public de beaufs.

Non, les Grecs ne passent pas leur temps à glander. Tous les Français n’ont pas un béret et une baguette sous le bras. Et les dessinateurs n’ont pas tous du talent. Connaissez-vous les Grecs ? Moi qui depuis trente ans les fréquente et les traduis, je peux vous l’assurer, et une étude publiée dans Le Monde le confirme : ils ne bossent pas moins que les Allemands. Ou que les Français. Ou qu’un dessinateur fort bien payé, sûrement, pour pondre son dessin du jour en un quart d’heure. Ils bossent dans des conditions souvent plus difficiles que nous, ou s’ils ne bossent pas, c’est qu’ils passent leur temps à chercher du boulot en vain.

Les Grecs, voyez-vous, sont très attentifs au regard de l’étranger, surtout dans le creux de la vague où ils se trouvent. Le moindre signe de compréhension, d’encouragement, est précieux pour eux, accablés qu’ils sont du mépris glacé des puissants. Votre petit crobard, de ce point de vue, est d’une cruauté aussi gratuite qu’imbécile.

J’ai toujours eu un problème avec votre humour, mais là on touche le fond. Attaquez-vous plutôt aux grands de ce monde, à vos riches et arrogants nouveaux patrons par exemple, ou à Mme Lagarde, qui gagne près de quarante fois le SMIC et ne paie pas d’impôts tout en accusant les Grecs de ne pas payer les leurs. S’acharner sur les victimes et non sur les bourreaux, c’est nul, c'est lâche.

Allez donc vous faire voir, Monsieur le manchot. Mais pas chez les Grecs.

Michel Volkovitch

Traducteur

Copie de cette lettre à tous mes amis concernés, Grecs ou Français.


Réponse du dessinateur, Xavier Gorce (plus quelques annotations - le surlignage en gras dans le texte a été rajouté) :

Chère Michel,

Mon dessin ne vous a pas fait rire. C'est votre droit. Voici mes explications :

1 – le dessin n'est pas un article mais un angle humoristique sur un sujet qui peut être douloureux. Ce qui compte c'est qu'il soit juste ET drôle. Pour la drôlerie, on sait bien que l'humour est une valeur très subjective : ce qui fait rire les uns etc…

Pour le côté humoristique, chacun jugera. Le problème est justement qu'il n'est PAS juste (voir plus loin).

2 – Pour ce qui est de la justesse, le dessin – si l'on veut qu'il soit un apport et pas seulement un sujet de rire entre-soi – doit aller aussi à rebrousse-poil des idées entendues de la pensée dominante. La pensée dominante n'est pas la même selon le public auquel on s'adresse. Et ce dessin, qui pourrait être nauséabond dans un journal "de droite", me semble pouvoir être intéressant destiné à un public prétendument plutôt de gauche : il prend le contre-pied de la vision "de gauche" d'une Grèce et d'un peuple grec victimes des marchés. Or, d'après ce que je lis (je confesse que je ne suis jamais allé en Grèce), la part de responsabilité de la situation n'incombe pas qu'au système ou aux élites grecques : c'est toute la société qui vit au-delà de ses moyens, qui travaille au noir ou biaise avec l'impôt. Les plus riches certes – et donc les plus responsables – mais aussi l'ensemble des citoyens… ou je suis très mal informé.

Effectivement, il semble que vous soyez très mal informé, comme beaucoup de citoyens d'ailleurs: je vous invite à venir lire OkeaNews plus souvent ou à aller consulter le blog de Panagiotis Grigoriou. Il n'a jamais été dit qu'il n'y a pas de fraude en Grèce. Elle est présente d'ailleurs dans bon nombre d'autres pays. D'ailleurs, un futur article d'OkeaNews (traduction) reviendra sur cette fraude, puisque les données officielles indiquent que si ~27% du PIB grec serait issu du travail au noir elle serait de ... 17% en France. Rapporté en valeur absolue, il semble qu'il serait bon que nous balayions devant notre porte avant de pointer du doigt le cas grec.

Je connais bon nombre de personnes qui ont toujours payé leur impôts (sans parler des fonctionnaires prélevés à la source), sauf que désormais, avec les mesures d'austérité implémentées ils ne peuvent plus les payer.

3 – Pour la part mea-culpa, on ne peut peut-être pas aller jusqu'à dire que les Grecs son fainéants mais ne pas payer de taxes et d'impôt c'est également récupérer de l'argent indu, donc, à bénéfice égal, travailler moins… entre fainéantise et "arnaque", la différence est sur la nature de l'économie : le fainéant économise du temps de travail et l'arnaqueur triche sur l'argent. Mais le temps et l'argent, n'est-ce pas la même chose ?

Rien n'est plus faux  : 

Et concernant la "paresse" grecque, là aussi, tout faux : 

Donc oui, le raccourci est provocateur, cinglant, en partie injuste, peut-être cruel et peut donc heurter mais c'est mon boulot.

J'assume donc le dessin et j'accepte sa critique, mais, personnellement, je le trouve assez juste dans le fond… et drôle dans la forme.

Pour ce qui est de ma rémunération ou du temps passé à faire un dessin, rien ne vous permet d'en juger. Et, cliché pour cliché, n'est-ce pas une vraie beauferie que d'imaginer un dessinateur qui touche des ponts d'or pour balancer un gribouillis fait en deux temps trois mouvements ? C'est ce qu'on reprochait à Picasso. Non pas pour me comparer à lui un seul instant – loin s'en faut – mais pour montrer la stupidité de ce genre d'argument digne du café du commerce.

Pour ce qui est des puissants, je crois les assaisonner assez souvent par mes dessins.

Vous pouvez également aller vous montrer où bon vous semble.

Bien à vous

Xavier Gorce

Dessinateur

(vous pouvez aussi faire circuler cette réponse auprès de vos amis, grecs, français ou autres…)

 


La semaine dernière, j'ai rencontré Costas(prénom modifié) : 20 ans de bons et loyaux services dans la marine grecque. Il a connu le port de Toulon pour y avoir travaillé pendant 2 ans. 20 ans qu'il travaille et il m'avoue avoir un deuxième boulot. Par envie, aussi, car il aime travailler : le soir, il dépanne des ordinateurs.

Avant la crise, son salaire était de 1500€ par mois, désormais, il est de 1000€. Son deuxième travail, de "bonus", est devenu indispensable. Son programme de la semaine : démarrage de son premier boulot à 7h30 jusqu'à 15h (sans interruption, comme une majorité de grecs). Ensuite, il rentre chez lui, fait une pause et commence son deuxième travail de 17h à 22h ou 23h.  Et parfois un 3ème boulot le samedi.

Arrêtons les mythes !