5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

[Live] Elections en Grèce, la suite

8 mai 2012

Live ! Politique Société élections Grèce

768 mots   725       Comments

Après le live de ces derniers jours, OkeaNews propose de nouveau un live pour la suite des élections législatives grecques.

Pour rappel, le résultat de l’Aube dorée ne doit pas occulter 3 faits majeurs de ces élections :
1. Les 2 grands partis historiques ont été fortement désavoués ;
2. Le grand vainqueur est le Syriza, qui a grignoté les voix du PASOK.
3. Une grande partie de la population n’a pas participé aux élections, des voix sont donc encore disponibles pour la suite.

Les résultats officiels des législatives grecques ont été publiés hier en fin de journée. Je vous propose les graphiques toujours si clairs de notre ami Olivier Berruyer  :

Résultats des législatives 2012

La projection de ces résultats au niveau du parlement (rappel : +50 sièges au premier parti, ND) :

Le nouveau parlement grec

Hier, la Nouvelle Démocratie n'a pas été en mesure d'utiliser son mandat pour former un gouvernement de coalition. Le mandat est donc passé dans les mains de Tsipras, leader du SYRIZA (Front de Gauche français moins les communistes).

Jean-Luc Mélanchon à d'ailleurs communiqué sur les résultats grecs ici :

- "Le peuple grec vient de mettre en minorité les politiques d'austérité imposées par l'Union européenne. Et il a clairement choisi la gauche pour affronter la finance et l'austérité.

Cette résistance populaire s'est exprimée massivement grâce aux votes pour les partis de l'autre gauche grecque, qui dépassent les 30 %. Je salue tout particulièrement le résultat de la coalition Syriza, partenaire du Front de Gauche français depuis plusieurs années. En devenant la première force politique de gauche, elle remet à l'ordre du jour en Europe l'invention de la gauche d'après la social-démocratie et le libéralisme.

Je m'insurge contre le mensonge qui consiste à mettre cette percée de la gauche sur le même plan que le score minable des néo-nazis (6,9 %). Cette fascination morbide et nauséabonde pour l'extrême droite fait écho en France à la place médiatique honteusement disproportionnée qui a été donnée à Marine Le Pen entre les deux tours de l'élection présidentielle française."

Comme toujours, le live est à l'heure grecque :

8 Mai 2012 – 10:30

Le KKE ne parlera pas au Syriza. De manière surprenante, le PASOK souhaiterait que Syriza prenne les commandes. Des rumeurs concernent les Grecs Indépendants qui seraient prêts à s'allier à Syriza.

8 Mai 2012 – 11:30

Sondage post-électoral sur le vote des jeunes :

Syriza : 16%
Aube dorée : 13%
Nouvelle démocratie : 12%
Grecs indépendants : 11%
Pasok : 10%
KKE : 8%
Gauche démocratique : 8%

8 Mai 2012 – 11:45

Une rumeur court selon laquelle Tsipras pourrait gouverner une coalition de 4 partis pour modification de la loi électorale sur le bonus des 50 sièges alloués au premier parti.

8 Mai 2012 – 12:50

Le mandat de Tsipras (Syriza) commencera à 14h. Il souhaite utiliser les 72h pour ce mandat. 3 jours d'intenses négociations en prévision !

8 Mai 2012 – 13:25

La stratégie de Tsipras semble être de profiter des 3 jours de mandats pour tenter de rassembler d'autres forces de gauche afin d'être en mesure d'arriver premier en cas de nouvelles élections. Et donc d'obtenir les précieux 50 sièges de bonus.

8 Mai 2012 – 21:55

Suite à un petit problème de connexion internet, Okeanews est resté sans voix une bonne partie de la journée.

Les quelques nouvelles :

Mikis Theodororakis se place du côté de Tsipras, qui a d'ailleurs évoqué son plan d'action en cas de victoire :

1. Annulation immédiate des mesures d'austérité, en particulier celles concernant les coupes dans les salaires et les pensions ;

2. Annulation des dispositions du programme d'austérité qui exterminent les droits des travailleurs.

3. Moratoire sur le remboursement de la dette.

4. Des changements immédiats à la loi électorale [50-sièges en prime] et l'annulation de la loi de protéger les ministres de rendre des comptes.

5. Le contrôle public des banques et l'ouverture d'un audit sur la situation des banques.

6. Mise en place d'une commission internationale pour auditer la dette publique.

7. La coopération à l'échelon européen.

"La crise n'est pas grecque, elle est européenne», a-t-il dit.

Tsipras a exhorté Venizelos (PASOK) et Samaras (ND) d'envoyer des lettres à l'UE expliquant que leurs engagements de sauvetage ne sont plus valables.

Personnellement, je trouve que c'est juste EXACTEMENT ce que la Grèce doit faire depuis 2 ans.

Et si la lumière venait de Tsipras et de Syriza ?

Même si une coalition n'est pas possible, c'est un message fort pour les futures élections !

Sur ce, bonne nuit et à demain 🙂