5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

[Live !] Elections législatives en Grèce

6 mai 2012

Live ! Politique Société élections Grèce

2279 mots   515       Comments

Aujourd'hui est un jour d'élections pour la Grèce et la France. Entre le deuxième tour des présidentielles qui va départager Hollande et Sarkozy et le premier tour des législatives grecques de 2012, nous verrons quelle(s) couleur(s) politiques se dégageront de ces scrutins.

Les élections grecques peuvent être suivies via twitter avec les hashtag #ekloges et #Greece2012. 32 partis sont en "compétition" pour ces élections.

Le live (l'heure est à l'heure Grecque, sauf précision) :

6 Mai 2012 – 17:00

A la différence de la France, il n'est pas possible de voter à distance ou de donner une procuration. Les grecs qui sont donc partis chercher un avenir meilleur dans un autre pays (ou dans une autre région) et qui n'ont pas la possibilité de revenir n'ont pas la possibilité de voter.

Il semble que des problèmes aient eu lieu avec des membres de l'Aube Dorée, ce "parti" néo-nazi, qui auraient intimidé d'autres electeurs à Athènes.

6 Mai 2012 – 17:30

Petite méthode pour suivre les élections (traduction de cette source)  :

Le vote et les suffrages

- Rentre au parlement tout parti obtenant à minima 3% des suffrages ;
- Le parti avec le plus de votes obtient automatiquement un bonus de 50 sièges : il est donc plus facile d'obtenir la majorité ;

En termes pratiques, le parti ayant le plus de votes doit obtenir entre 36,4% et 42,69% du vote populaire pour contrôler une majorité absolue au parlement. Mais le seuil réel dépend à la fois sur le nombre de parties qui parviennent à entrer au Parlement (le pourcentage de voix valables requis pour un gouvernement à parti unique devient plus élevé si le nombre de partis dépassant le seuil augmente de 3% ) ainsi que le décompte des voix des partis qui ne sont pas entrés au Parlement (dans ce cas, un gouvernement à parti unique est plus facile atteint).

Par exemple, dans un Parlement de huit partis, le parti leader devra obtenir environ 40,4% du vote populaire.

La formation d'un gouvernement

C'est là que l'histoire se corse. Si un seul parti peut former un gouvernement majoritaire, le processus est assez simple. Comme la circulaire explique, "Dès que le Président du Parlement a annoncé les résultats officiels au Président de la République, celui-ci ... nomme le gouvernement ... ainsi que le Premier ministre qui est le chef du Parti à la majorité absolue des sièges au Parlement. "

Sur la base des derniers chiffres de vote, cependant, il semble peu probable qu'un seul parti aura une majorité suffisante.

Dans ce cas, le président donne trois jours au leader du parti ayant le plus de votes pour former un gouvernement de coalition avec un ou plusieurs autres partis. Si cela échoue, le chef du deuxième parti reçoit le même mandat, également avec un délai de trois jours. Après cela, le mandat va au la troisième plus grand parti.

Si aucun des trois est capable de former un gouvernement de coalition, le président appelle les dirigeants de tous les partis représentés au Parlement pour tenter une coalition entre les partis. Mais si cela échoue aussi, le président et les chefs de parti sont chargés de bricoler un gouvernement intérimaire qui mènera le pays à de nouvelles élections.

Si les chefs de parti ne peut même pas s'entendre sur un Premier ministre par intérim (ce qui s'est passé une fois auparavant, en 1989), le président nomme soit le juge en chef de la Cour suprême, de la Cour suprême, ou de la Cour des comptes, pour prendre les rênes et mener le pays à des élections.

«dans le cadre de la Troisième République hellénique, le seul exemple d'un tel gouvernement a été que dirigés par le Président de la Cour suprême, M. Grivas, qui a succédé au gouvernement de coalition formé par la Nouvelle Démocratie et le parti de la coalition de gauche (gouvernement Tzanetakis), et a été suivie par le gouvernement entre les partis (Ikoumeniki) de Zolotas. "

Autres faits intéressants

La loi grecque a une période d'interdiction pour les sondages d'opinion publique à partir de deux semaines avant l'élection. Les derniers sondages ont été libérés le Avril 20.

Le vote est obligatoire en Grèce, conformément à la Constitution, même si les sanctions ne sont plus imposées à ceux qui s'abstiennent.

6 Mai 2012 – 18:00

Premier sondage de sortie des urnes à 19h, second à 20h. Première projection à partir des résultats réels à 21h30, deuxième à 23h. Les résultats définitifs seront connus vers 2h du matin.

6 Mai 2012 – 18:45

Premiers résultats dans 15 minutes.

6 Mai 2012 – 19:00

Premières indications : au moins 7 partis au parlement.

Nouvelle Démocratie : 17-20%
PASOK : 14% - 17%
SYRIZA : 15,5 - 18,5%
KKE : 7.5% - 10.5%
Gauche démocratique : 4,5-6,5
Grecs indépendants : 10% - 12%
LAOS : 2% - 4%
CHRISTY AVGI : 6% - 8%

ND, PASOK et SYRIZA sont donc en mesure de prendre la première place. L'aube dorée ferait donc bien son entrée au parlement. La suite au 2ème sondage, vers 20h.

6 Mai 2012 – 20:45

Les résultats locaux tombent. Syriza serait en tête à Athènes et au Pirée.

Premier constat : les scores cumulés PASOK + ND sont historiquement bas. Ce qui montre déjà un fort mécontentement de la population grecque envers les politiques issues des mémorandum.

Le deuxième constat, plus grave, confirme bien l'entrée d'un parti issu d'un groupuscule néo-nazi au parlement, qui est d'ailleurs le premier parti à commenter actuellement les résultats :

Michaloliakos, le président de l'Aube dorée (traduction rapide des principaux messages cités) :

- "Je félicite tous les grecs nationalistes qui ont voté pour nous. J'accuse formellement les médias grecs qui étaient contre nous. J'accuse toutes les TV qui ne sont que des tv porno de ne pas nous avoir invité. Tous ces médias ont invité des partis qui nous ont pris la moitié de nos votants. En même temps, je félicite tous les jeunes qui portent nos t-shirts. Je veux vous dire que nous continuerons à nous battre pour une Grèce sans mémorandum, pour une Grèce qui n'est pas esclave, pour une Grèce indépendante et fière, pour une Grèce sans cette haute criminalité venue de l'immigration illégale. Je vous assure que nous continuerons ce combat à l'intérieur et hors du parlement. Vous pouvez avoir peur, nous arrivons".

Désormais, l'Aube dorée aura une tribune médiatique tandis que ses "adhérents" poursuivront leurs exactions contre des immigrés et ceux qui les défendent...

 

6 Mai 2012 – 21:00

2ème estimation :

ND 19~20.5,
SYRIZA 15.5~17,
PASOK 13~14,
Grecs indépendants 10~11,
KKE 8~9.5,
Aube dorée 6.5~7.5,
Gauche démocratique 5.5~6.5,
LAOS 2.7~3.3,
Verts 2.7~3.3

ND et le PASOK pourraient avoir juste le nombre de voix suffisant pour former un gouvernement.

Un député ND : "Personnes de ND n'a voté l'Aube dorée".

Samaras (leader ND) a déjà appellé déjà à une coalition alors qu'il avait garanti durant la campagne que ND serait seul pour gouverner. Le ping pong de ND n'a donc pas de limites.

Syriza : "Nous sommes le premier pays à refuser officiellement l'austérité. D'autres vont suivrent."

6 Mai 2012 – 21:20

Xrysh Avgh vient de fermer la route devant le bureau de Salonnique. Il y a des feux d'artifice et une forte présence policière.

6 Mai 2012 – 21:25

Lu sur twitter : "Historique en Grèce : pour la première fois, le taux de chômage est supérieur au résultat du premier parti".

6 Mai 2012 – 21:30

Baisse du résultat de ND et hausse de celui de KKE. Syriza, après être passé 3ème, repasse 2ème. Rien n'est encore joué et cela risque de durer une bonne partie de la soirée.

Prévision officielle en % / nombre de sièges :

ND : 19.9% / 109 (59 + 50),
syriza 16.3% / 50,
pasok 13.63% / 42,
ind grks 10.5% / 32,
kke 8.46% / 26,
xrysav 7.04% / 22,
demleft 6% / 19

La première conclusion est bien évidemment que les urnes ont parlé et que les partis historiques ont été fortement désavoués (-29% pour le PASOK depuis 2009 !). Avec 40% d'abstention, on peut déjà se poser plusieurs questions : quelle est la part de ceux dont l'abstention est volontaire de ceux qui n'ont pas pu voter (en recherche d'un avenir meilleur ailleurs, manque de moyen etc).

Le deuxième constat est que l'austérité apporte des adorateurs d'Hitler dans un parlement d'un pays de l'Union Européenne. A méditer pour la suite de la politique de la troïka...

Nous verrons tout cela dans les jours qui viennent, le thriller grec risque de durer.

Bonne soirée et à demain pour les résultats définitifs et les premiers commentaires officiels.

Les résultats avec 97.74% des votes comptabilisés en nombre de siège :

7 Mai 2012 – 10:00

Les résultats avec 97.74% des votes comptabilisés en nombre de siège :

Nouvelle Démocratie 108 (58 + 50 de bonus car 1er),
SYRIZA (Gauche radicale) 52,
PASOK 41,
Grecs indépendants 33,
KKE (communistes) 26,
Aube dorée 21,
Gauche démocratique 19.

7 Mai 2012 – 10:30

Les résultats avec 99.19% des votes comptabilisés (% - nb de sièges):
ND 18.87% - 108 sièges (58+50),
Syriza 16.76% - 52 sièges,
Pasok 13.19% - 41 sièges,
Grecs indépendants 10.60% - 33 sièges,
KKE 8.47% - 26 sièges,
Aube dorée 6.97% - 21 sièges,
Gauche démocratique 6.10% - 19 sièges.

7 Mai 2012 – 11:30

A. Samaras, le leader de Nouvelle Démocratie, va rencontrer le président aujourd'hui. Il a déjà annoncé qu'il ouvrirait toutes les discussions avec les partis élus afin de tenter de former une coalition, sauf avec l'Aube dorée.

A noter : 35% abstention + 19% dans des partis non représentés au parlement (car < 3%) = 54%. La majorité des grecs est-elle vraiment représentée au parlement ?

7 Mai 2012 – 12:00

A lire chez TheGuardian concernant l'entrée de l'Aube dorée au parlement.

Morceaux choisis et traduits :

Les partisans de l'Aube dorée à Thessalonique fêtent le résultat. Photographie: Grigoris Siamidis / Reuters

(...) Se référant aux immigrants, le slogan de la campagne de l'Aube dorée dans les annonces TV était: «Nous allons débarrasser ce pays de la puanteur."

(...)

Javad Aslan, porte-parole de la communauté immigrée pakistanaise en Grèce, a exhorté les autres partis politiques à travailler ensemble pour isoler l'Aube dorée.

"C'est dangereux pour tous ceux qui vivent en Grèce," Aslan dit. "Ce résultat [est] incroyable pour moi. Il est très grave, très dangereux. Je ne peux pas croire qu'un parti politique puisse venir avec des couteaux et des barres contre nous, blesser des gens et les enoyer à l'hôpital."

«Personne ne devrait avoir peur de moi si ils sont de bons citoyens grecs. Si ce sont des traîtres -. Je ne sais pas," a déclaré Michaloliakos, le Président de l'Aube dorée.

Michaloliakos a aussi repris l'expression de César : "Veni, vidi, vici".

7 Mai 2012 – 12:30

Les petites phrases du jour de Theodoros Pangalos :

- "Laissons Syriza former son propre gouvernement et appliquer sa propre politique. J'attends cela avec beaucoup d'intérêt."

- "Il est clair que le PASOK n'existe plus en tant que force politique".

Logique pour quelqu'un qui quitte le navire après des décennies de "bons et loyaux" services.

7 Mai 2012 – 13:30

Lu sur Le Monde :

Alexis Tsipras[Syriza] a su s'entourer d'intellectuels et de grandes figures comme Manolis Glezos, le héros grec qui décrocha le drapeau nazi de l'Acropole en 1941. Triste ironie du sort, l'infatigable militant de 89 ans reviendra au Parlement comme député du Syriza, au moment où un parti néonazi, Aube dorée, y fait son entrée, avec près de 7 % des suffrages.

7 Mai 2012 – 13:45

Le programme de la journée pour Samaras (Leader Nouvelle démocratie) :
- 15h : rencontre avec le président (ancien resistant, comment va-t-il prendre l'arrivée de néo-nazis au parlement ?)
- 16h : rencontre avec Tsipras (Leader SYRIZA) ;
- 17h : rencontre avec Venizelos (Leader PASOK).

7 Mai 2012 – 14:00

L'intervention du leader de l'Aube dorée hier soir. Son "équipe" commence par demander (ordonner) aux journalistes de se lever et de montrer du respect. Je vous laisse suivre son intervention. Elle fait froid dans le dos :
http://youtu.be/E4AXJx3IzdY

7 Mai 2012 – 20:00

Samaras vient de subir le refus de tous les autres partis.

Tsipras (Syriza) a déjà décliné l'offre (la réunion a duré une vingaine de minutes cet après-midi).

Venizelos (PASOK) semble être prêt à un gouvernement de coalition mais sous certaines conditions.

Kammenos (Grecs indépendants) n'a même pas voulu discuter.

Kouvelis (Gauche démocratique) rejette toute coalition avec ND et le PASOK :

"Un gouvernement ND-PASOK ne serait pas en harmonie avec les attentes des gens. Il doit y avoir un gouvernement d'une acceptation plus large qui sécurise le fait de rester dans la zone euro et qui veille à un accord de désengagement du Mémorandum. "

Samaras va-t-il conserver son mandat ces 2 prochains jours ou va-t-il le redonner au président qui le transmettra directement à Tsipras (Syriza) pour tenter la même opération de rassemblement ?

Le message à retenir est qu’une grande majorité de grecs a voté contre l’austérité, qu’elle soit avec l'Europe (SYRIZA/DIMAR/ANEL : 33,5%)  ou sans (KKE/Aube dorée : 15,5%) alors que l’austérité rassemble 32,1% (PASOK/ND). (sans compter les partis minoritaires)

Le grand vainqueur de ces élections semble bien être le Syriza (possibilité de rassemblement + naissance d'une vraie force politique différente des parti historiques) !

7 Mai 2012 – 20:45

Nouvelle Démocratie n'a donc pas réussi à former de coalition.

Dès demain, Syriza tentera donc de former une coalition. En cas de succès, la Grèce pourrait bien changer profondément de politique !

Cela semble impossible puisqu'un membre de Syriza vient d'évoquer à l'instant qu'une coalition n'est pas envisageable avec ND ou le PASOK.

La suite demain !