5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Marche vers Athènes : ils sont en Grèce !

16 mars 2012

Société Solidarité Athènes France Grèce indignés Nous Sommes Tous Grecs

1143 mots   480       Comments

Marche vers Athènes

Marche vers Athènes - 27 décembre 2011 - Italie

Marche vers Athènes : une marche avait déjà eut lieu de juillet à novembre, de Madrid à Bruxelles. Cette fois, les marcheurs sont partis de Nice en novembre, ont traversé l'Italie et sont arrivés en Grèce, à Igoumenista, hier. Ils devraient arriver à Athènes courant avril. Cette traversée des pays en crise est une manière de "manifester notre soutien envers tous les peuples en lutte et créer une convergeance de leurs enjeux au niveau international".

 

Le message - en français - des marcheurs :

Pourquoi marchons-nous ?

Dans le contexte de la mise sous tutelle de la Grèce puis de l’Italie, nous souhaitons manifester notre soutien envers tous les peuples en lutte et créer une convergeance de leurs enjeux au niveau international. A travers la mise en place d’assemblées populaires, notre objectif premier est de libérer la parole pour se réapproprier le politique par la rencontre, l’échange, le témoignage et le questionnement, amenant une réflexion individuelle et collective afin que des alternatives à l’impasse du système capitaliste soit proposées. Nous oeuvrons à la construction d’une démocratie directe, fondée sur le principe de l’horizontalité, pour contrer le pouvoir décisionnel de la prétendue démocratie représentative régie par la spéculation financière mondialisée. Cela passe nécessairement par une nouvelle perception du temps et de l’espace, à travers la réappropriation de l’espace public comme lieu commun de vie, de dialogue permanent, de créativité artistique et de liberté d’expression,autogéré dans le respect de l’environnement : lecampement des marcheurs en est un prototype.

Notre démarche est pacifique mais ferme et déterminée. Nous pronons la désobéissance civile, fondée non plus sur la question de ce qui est légal ou illégal, mais sur ce qui nous semlble légitime et illégitime. Nous lançons un appel à rejoindre la marche qui atteindra Rome le 15 janvier et Athènes le 15 avril pour deux manifestations internationales. Nous y tiendrons successivement deux Agoras mondiales d’une semaine où nous présenterons le travail collectif effectué en chemin, rassemblé dans un “Livre du peuple” nourrit par la parole des populations locales des villes traversées, puis synthètisée pour une analyse et une expansion de niveau global.

La carte de la marche :

Carte de la " Marche vers Athènes "

Carte de la " Marche vers Athènes "

Le 08 janvier 2011, la marche a rejoint Rome :

La  Marche  Internationale vers Athènes est arrivée aujourd´hui à Rome après avoir parcouru à pied plus de 800 kilomètres.

Vers 11h du matin, les marcheurs sont arrivés aux abords de la capitale et leur apparition sur la place centrale de piazza del Poppolo est prévue aux environs de 15h.  Le groupe est composé d'une quarantaine de personnes de différentes nationalités qui dispose aussi d'une voiture de soutien et d'une centaine de pétitions collectées lors des différentes assemblées par lequel il est passé.

La Marche vers Athènes cette après midi à son arrivée à la piazza del Poppolo

La Marche vers Athènes cette après midi à son arrivée à la piazza del Poppolo

À partir d'aujourd'hui et jusqu'au mercredi 18, les marcheurs et l'organisation de l'Agora Roma organiseront ensemble des assemblées thématiques dans différents quartiers de la capitale. Ces prochains jours, une arrivée massive de sympathisants au mouvement des Indigné-e-s est attendue depuis l´Espagne, la France, la Hollande, l'Allemagne et le Royaume Uni pour participer à l'Agora, au pas suivant de la dignité, et à la continuité des réunions internationales qui ont déjà eu lieu à Paris et Bruxelles.
Un appel à une mobilisation dans les rues sous le thème du "Carnaval du Système" a été lancé pour le 15, selon les organisateurs, l'objectif est de réaliser une marche festive et ironique pour revendiquer la fin de la dictature financière, la reconnaissance des assemblées constituante, et montrer le caractère non violent du mouvement.

Le 16 mars 2012 : les marcheurs sont arrivés à Igoumenitsa. La Grèce enfin !

Comrade Bobó and the Old Man
Petite traduction des premières impressions des marcheurs (vous pouvez suivre l'ensemble de cette aventure humaine par ici) :

(...)

Les agents de police près de la place nous observent, mais ne s'approchent pas. Nous avons mis en place nos tentes pour voir ce qu'ils vont faire. L'un d'eux s'approche. C'est un jeune homme dans la vingtaine. Il ne dit pas que nous ne pouvons pas camper, il ne demande pas de documents. Il nous demande combien de temps nous prévoyons de rester, et une fois qu'il a compris qui nous sommes, nous dit : «Je suis l'un d'entre vous."

Après la police, vient le maire. Il est également l'un d'entre nous. Il nous a fait don d'un dictionnaire anglais-grec. Après le maire vient un représentant de l'église, celle de l'Est. Ils sont avec nous. Ils nous apportent de quoi déjeuner. Et après un certain temps, des petits groupes de gens du coin se rapprochent. Ils expriment leur admiration. Ils nous apportent des fruits et des jus de fruits, et ils attendent avec impatience l'assemblée de ce soir.

Enfin, le propriétaire d'un hôtel à proximité vient nous rendre visite. Il a promis de nous apporter un dîner typique grec, et il a invité tout le monde pour célébrer notre arrivée.

(...) il semble vraiment que nous sommes 99%.

Edit du 17/03/2011, voir ici :

(...)

Une chose pour laquelle les gens semblent être d'accord est que cette crise économique ne tombe pas du ciel. La Grèce est un cas de test, qui fait partie d'un grand projet. Si les banques arrivent à leurs fins ici, alors ils obtiendront ce qu'ils veulent en Italie, en Espagne et au Portugal.

D'autre part, si la révolte des gens se fait, et s'ils réussissent à rétablir une véritable démocratie, alors la révolution pourrait se répandre.

Comme le camarade Max dit dans l'assemblée, «Plus d'une fois, la Grèce a vaincu le plus puissant empire du monde. Elle peut le faire à nouveau. "

Après l'assemblée, comme promis, nous avons été invités à profiter d'un plat typique de soupe aux haricots grec avec du vin rouge sucré dans un hôtel local. Lorsque nous avons terminé et dans l'ambiance, le gestionnaire a poussé les tables sur le côté et a exhorté chacun à se lever.

"Ici en Grèce, on danse!"

Et c'est ce que nous avons fait.

(...)

C'est la Grèce : cet accueil de l'autre, ce regard sur son prochain. Cette gentillesse. L'accueil, la musique et la danse.

Plus encore je suis grec. Nous sommes tous grecs.