5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un rapport de l'UE indique que "plus d'austérité est nécessaire en Grèce" [Reuters]

13 mars 2012

Economie Société austérité Europe FMI Grèce Mordorandum troïka

849 mots   417       Comments

Cette info couvait déjà depuis quelques jours. Désormais, c'est plus ou moins officiel, de nouvelles mesures seront nécessaires pour que "la spirale de la dette s'inverse".

Reuters le révèle en exclusivité dans cet article, traduit rapidement pour l'occasion :

(Reuters) - La Grèce devra réduire une nouvelle fois  les dépenses publiques de 5,5% du PIB en 2013 et 2014 pour répondre aux objectifs convenus qui sous-tendent le deuxième plan de sauvetage, déclare un rapport de la Commission européenne.

Le rapport de l'Union Européenne décrit l'avancement des réformes grecques nécessaires pour la libération de la nouvelle tranche d'aide de la zone euro à Athènes et recommande que le premier versement soit effectué dès que possible.

(...)

"Toutefois, les projections actuelles montrent de grandes lacunes fiscales pour 2013-14,« le rapport de la Commission, ajoute que le manque à gagner pour les deux années s'élève à 5,5%.

"Par conséquent, des réductions substantielles des dépenses supplémentaires devront être annoncées et adoptées par la Grèce dans les mois à venir, en particulier lorsque la Grèce mettra à jour son budget à moyen terme en mai 2012,» dit le rapport.

La Grèce devrait organiser des élections parlementaires en Avril. L'austérité est déjà ressenti comme une vive douleur, avec un chômage élevé qui comprend plus de jeunes sans emploi que de jeunes qui travaillent.

Le rapport dit que dans la préparation pour les nouvelles coupes budgétaires, le gouvernement a examiné des programmes de dépenses publiques, en se concentrant sur l'épargne dans les transferts sociaux, la défense et la restructuration de l'administration centrale et locale.

Il y aurait de nouvelles suppressions d'emplois dans le secteur public, conformément à une règle de redondance et du recrutement d'un seul fonctionnaire pour 5 départs. Athènes doit continuer à réduire les dépenses pharmaceutiques et les dépenses de fonctionnement des hôpitaux ainsi que celles des prestations sociales.

"L'aide financière internationale ne peut être poursuivie que si la mise en œuvre des politiques s'améliore," dit le rapport de la Commission.

"La détermination des autorités grecques de s'en tenir à des politiques convenues seront testées dans les prochains mois alors que les mesures de réduction du déficit pour combler l'écart important de 2013-14 devront être identifiés," dit le rapport.

Les nouvelles mesures sont nécessaires pour que la Grèce continue à recevoir une aide financière de la zone euro et du Fonds monétaire international en vertu du second plan de sauvetage valant 130 milliards d'euros qui permettra à d'Athènes de se financer jusqu'en 2014.

Mais pour obtenir des tranches ultérieures du financement, la Grèce doit dégager un excédent primaire de 1,8% en 2013 et 4,5% en 2014.

"Les politiques actuelles ne sont pas suffisantes pour ramener les comptes publics à ces objectifs. Le gouvernement devra identifier ce montant (5,5% du PIB) des mesures en Juin 2012 et les adopter dans les budgets 2013 et 2014 pour atteindre les objectifs», indique le rapport.

(Reporting Par Jan Strupczewski. Modification par Jeremy Gaunt.)

Mordorandum, N-ème épisode ? Le schéma cyclique reprend : plus d'austérité, moins de droit sociaux, moins de PIB, plus d'austérité, etc, etc, etc. Et dans la balance, la méfiance de l'UE et du FMI envers la classe politique grecque sur la mise en oeuvre des mesures qui ne sembleraient pas être assez rapide. Quitte à déclarer ouvertement que des élections ne seraient pas bienvenues.

Beaucoup se demandent comment la population va réagir lors de la fête nationale du 25 mars prochain. A la vue des derniers jets de yaourt d'un retraité vers Venizelos et des nouvelles (nouvelles, nouvelles) mesures d'austérité qui s'annoncent en préparation, je pense que nous avons déjà la réponse.

La guerre contre les peuples continue.


Edit du 14/03/2012 -  lu sur la revue de presse hellénique de l'ambassade de France en Grèce :

Plusieurs journaux relèvent que, selon un rapport de la Commission européenne sur le nouveau mémorandum, le gouvernement doit avoir arrêté d’ici juin des mesures à hauteur de 11,7mds€ pour la période 2013-2014. Le rapport se réfère à des licenciements au sein de la fonction publique et à de nouvelles réductions des retraites, de primes sociales, des dépenses pour la santé et la défense. Sur le chapitre des privatisations, le but serait de collecter 45 mds€ d’ici 2020. En outre, selon le rapport, le gouvernement doit annoncer courant mars les mesures qui devront être adoptées en juin. Parmi ces mesures figure le nouveau projet de loi fiscale. Selon les recommandations de la Commission et du FMI, celui-ci comprendra, entre autres, la suppression des exonérations fiscales, la suppression de la franchise d’impôt (actuellement réduite à 5.000€), la réduction de la part patronale des contributions sociales, un coefficient unique de 20% pour l’imposition des revenus provenant de loyers, un coefficient unique pour la TVA dans toute la Grèce, l’unification des impôts sur l’immobilier, etc.