5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce et France, comparaison du barème fiscal 2012

6 mars 2012

Economie Enquête Mythe Politique Société fiscalité France Grèce impots mythe

437 mots   1852       Comments

Quelques tableaux et graphiques valent parfois mieux qu'un long discours. Cela fait quelques semaines déjà que je souhaite offrir à  nos lecteurs une comparaison du barème fiscal entre la France et la Grèce. J'aime bien torde le cou de certaines idées bien répandues (les grecs ne payent pas d'impôts, ils ne sont que des fichus fraudeurs etc).

Aujourd'hui donc, petite comparaison de la feuille d'impôt française et grecque.

Les barèmes utilisés pour les graphiques sont ceux disponibles officiellement dans les différentes administrations françaises et grecques :

Bareme Fiscal France 2012

Bareme Fiscal France 2012

Bareme Fiscal Grece 2012

Bareme Fiscal Grece 2012 (source UbiFrance)

On voit déjà que ces tableaux donnent une idée bien  précise de la réalité : on paye plus en Grèce qu'en France. Mais poursuivons l'"étude".

Le résultat des calculs OkeaNews, sur une projection de salaires de 5000€ à 100 000€ par an :

Comparaison du montant des impôts dur le salaire annuel (France VS Grèce)

Comparaison du montant des impôts dur le salaire annuel (France VS Grèce)

 

Comparaison du taux d'imposition du salaire annuel (France VS Grèce)

Comparaison du taux d'imposition du salaire annuel (France VS Grèce)

Résultat : quelque soit le niveau de salaire, le contribuable grec paiera toujours plus que le contribuable français. Et il paiera plus tôt. En regardant un peu plus dans le détail, on peut voir que le contribuable grec paye au moins autant que le contribuable français de la tranche suivante (un grec qui gagne 20 000€ par an paye plus d'impôts qu'un français qui gagne 25 000€, et cela s'applique quelque soit le niveau de salaire).

Concernant le taux d'imposition, la différence est encore plus frappante : 5% dès 10 000€ de salaire annuel pour la Grèce. Encore une fois, le taux d'imposition, pour les classes défavorisées, est bien supérieur à celui de la France. Et en regardant les classes moyennes et le début de la classe aisée, la différence est encore plus importante : taux minimal à 20% dès 35000€ pour la Grèce alors qu'il faut attendre un salaire annuel de 60 000€ en France pour atteindre ce taux. Paradis fiscal la Grèce ?

J'invite donc tout ceux qui pensent encore que la Grèce est un territoire idéal pour éviter de payer des impôts à venir y vivre. J'en profite pour rappeler qu'en cas de perte d'emploi, l'allocation sera de moins de 400€ et que le salaire minimal est autour de 500€ actuellement (j'entends fréquemment parler de 445€ / mois aujourd'hui...).

Un mythe en moins. What's next ?