5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Crise humanitaire sans précèdent en Grèce : cela suffit !

5 février 2012

Economie Politique Société Grèce

1743 mots   434       Comments

Antiparos - les drapeaux flottent - photo OkeaNews 2010

Aujourd'hui, je souhaite partager ce discours de Sonia Mitralia qui montre a quel point la crise humanitaire actuelle en Grèce au profit des banksters est un non sens et un danger pour la démocratie et les droits de l'homme. Ce discours est en ligne ici. Comme Panagiotis Grigoriou sur son blog (dernier article ici), j'invite nos futurs dirigeants Français à se prononcer sur ce sujet ainsi que sur leur volonté de ne pas suivre le même chemin dans les mois et années à venir. Car ce drame grec doit s'arrêter :  il n'est pas humainement acceptable de voir s'écrouler un pays et sa population pour des problématiques uniquement financières. Les droits de l'homme ne sont pas des droits sur lesquels nos dirigeants peuvent s'asseoir tranquillement en s'inquiétant uniquement du futur des plus riches. Il n'est pas -plus- acceptable de prôner une politique qui ressemble a celle qui, utilisée dans les pays du tiers monde, a eut les résultats que l'on connait. Cela doit cesser !!!

Comme l'a précisé - avec colère - Nigel Farage dans sa dernière intervention au parlement Européen :

- "La Grèce n'est pas une filiale d'une entreprise en danger qui doit appeler au secours la maison mère. La Grèce est une nation avec une âme. Une nation avec une fierté. La Grèce a inventé la démocratie. Ils souffrent.(...) Vous  [Herman Van Rompuy] êtes en train de mettre en place la misère dans ce pays. (...) Et souvenez-vous, ces gens sont sous le poids de l'humiliation et du désespoir. Et des personnes désespérées font des choses désespérées. (...) Et comme le sait Mr Barroso, le Portugal est le prochain." :

Petit rappel de l'appel de Mikis Theodorakis :

« Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecques, irlandaises, portugaises et espagnoles sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme.»

Nous y sommes. Des nations sont sacrifiées. Des citoyens sont accusés de tous les torts du monde. Et l'on commence à percevoir également dans le discours des membres de l'UMP en France des prémices de la théorie du choc : ce "choc positif" (Mr Baroin sur France Inter le lundi 30/01/2012 sur les nouvelles propositions Sarkoziennes (Merkoziennes?)) qui justifierait des nouvelles mesures qui ressemblent à s'y méprendre à celles imposées aux grecs dès l'arrivée de la troïka, notamment sur l'augmentation de la TVA.

Mais laissons la parole à  Sonia Mitralia, membre du Comité grec contre la dette et du CADTM international. Ce discours a été prononcé devant la Commission Sociale de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe qui s’est tenue le 24 janvier 2012 à Strasbourg sur le thème : « Les mesures d’austérité - un danger pour la démocratie et les droits sociaux" :

Presque deux ans après le début du traitement de choc imposé par la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le Fonds monétaire international à la Grèce, son bilan est catastrophique, révoltant et inhumain.

Tout d’abord, même les inspirateurs de ces politiques admettent maintenant ouvertement non seulement leur échec patent, mais aussi que leurs recettes étaient dès le début totalement erronées, irréalistes, inefficaces et même contre-productives. En voici une illustration qui concerne non pas une question secondaire mais le cœur du problème, la dette publique grecque elle-même. Selon tous les responsables du désastre grec, si leurs politiques (d’austérité plus que draconienne) s’avéraient efficaces à 100%, ce qui est d’ailleurs totalement illusoire, la dette publique grecque serait ramenée en 2020 à 120% de PIB national, c’est-à-dire au taux qui était le sien … en 2009 quand tout ce jeu de massacre a commencé ! En somme, ce qu’ils nous disent maintenant cyniquement, c’est qu’ils ont détruit toute une société européenne… absolument pour rien !

Mais, comme si tout cela ne suffisait pas, ils persistent à imposer aux Grecs – mais aussi pratiquement à tout le monde - exactement les mêmes politiques qu’eux-mêmes admettent qu’elles ont échoué. C’est ainsi qu’on est désormais en Grèce au septième « Mémorandum » d’austérité et de destruction de services publics, après que les six premiers ont fait preuve d’une totale inefficacité ! On assiste au Portugal, en Irlande, en Italie, en Espagne et un peu partout en Europe à l’application de ces mêmes plans d’austérité draconienne qui aboutissent partout au même résultat, c’est-à-dire enfoncer les économies et les populations dans une récession et un marasme toujours plus profonds.

En réalité, des expressions telles que « austérité draconienne » sont absolument insuffisantes pour décrire ce qui est en train de se passer en Grèce. Les salaires et les retraites sont amputés de 50% ou même, dans certains cas, de 70%. La malnutrition fait des ravages parmi les enfants de l’école primaire, la faim fait son apparition surtout dans les grandes villes du pays dont le centre est désormais occupé par des dizaines des milliers des SDF misérables, affamés et en haillons. Le chômage atteint désormais 20% de la population et 45% des jeunes (49,5% pour les jeunes femmes). Les services publics sont liquidés ou privatisés avec comme conséquence que les lits d’hôpitaux sont réduits (par décision gouvernementale) de 40%, qu’il faut payer très cher même pour accoucher [note Okeanos : il fgaut compter autour de 5000€. Une amie enceinte me l'a confirmé et va accoucher ... chez elle, par le biais d'une association], qu’il n’y a plus dans les hôpitaux publics des pansements ou des médicaments de base comme des aspirines. L’Etat grec n’est toujours pas capable, en janvier 2012 !, de fournir aux élèves les livres de l’année scolaire commencée en septembre passé. Des dizaines de milliers de citoyens grecs handicapés, infirmes ou souffrants des maladies rares se voient condamnés à une mort certaine et à brève échéance après que l’Etat grec leur a coupé les subsides et les médicaments. Le nombre de tentatives de suicide s’accroît à une vitesse hallucinante, comme d’ailleurs celui des séropositifs et des toxicomanes abandonnés désormais à leur sort par les autorités. Des millions de femmes grecques se voient maintenant chargées des tâches normalement assumées par l’Etat à travers ses services publics quand ceux-ci n’étaient pas encore démantelés ou privatisés par les politiques d’austérité. La conséquence en est un véritable calvaire pour ces femmes grecques : non seulement elles sont les premières à être licenciées et sont contraintes d’assumer les tâches des services publics en travaillant de plus en plus gratuitement à la maison, mais elles sont aussi directement visées par la réapparition de l’oppression patriarcale qui sert d’alibi idéologique au retour forcé des femmes au foyer familial.

On pourrait continuer presque à l’infini cette description de la déchéance de la population grecque. Mais, même en se limitant à ce qu’on vient de dire, on constate qu’on se trouve devant une situation sociale qui correspond parfaitement à la définition de l’état de nécessité ou de danger reconnu depuis longtemps par le droit international. Et ce même droit international oblige expressément les Etats à donner la priorité à la satisfaction des besoins élémentaires de ses citoyens et non pas au remboursement de ses dettes.

Comme le souligne la Commission du droit international de l’ONU à propos de l’état de nécessité : « On ne peut attendre d’un État qu’il ferme ses écoles et ses universités et ses tribunaux, qu’il abandonne les services publics de telle sorte qu’il livre sa communauté au chaos et à l’anarchie simplement pour ainsi disposer de l’argent pour rembourser ses créanciers étrangers ou nationaux. Il y a des limites à ce qu’on peut raisonnablement attendre d’un État, de la même façon que pour un individu. »

Notre position, partagée par des millions de Grecs, est claire et nette et se résume au respect du droit international. Les Grecs ne doivent pas payer une dette qui n’est pas la leur pour plusieurs raisons.

Primo, parce que l’ONU et les conventions internationales -signées par leur pays mais aussi par les pays de leurs créanciers- intiment à l’Etat grec de satisfaire en toute priorité non pas ses créanciers mais plutôt ses obligations envers ses nationaux et les étrangers qui se trouvent sous sa juridiction.

Secundo, parce que cette dette publique grecque, ou au moins une part très importante, semble réunir tout les attributs d’une dette odieuse, et en tout cas illégitime, que le droit international intime de ne pas rembourser. C’est d’ailleurs pourquoi il faudrait tout faire non pas pour empêcher (comme l’Etat grec le fait maintenant) mais plutôt pour faciliter la tache de la Campagne grecque pour l’audit citoyen de cette dette afin d’identifier sa part illégitime.

Notre conclusion est catégorique : la tragédie grecque n’est ni fatale ni insoluble. La solution existe et la répudiation, l’annulation et le non paiement de la dette publique grecque en font partie en tant que premier pas dans la bonne direction. C’est-à-dire, vers le salut de tout un peuple européen menacé par une catastrophe humanitaire sans précédent en temps de paix