5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Malgré la pression, Tsipras ne recule pas

8 février 2015

Politique Alexis Tsipras Eurogroupe Gouvernement Grèce parlement Syriza Vouli

Avec une semaine très difficile qui se profile pour la Grèce et au milieu de la pression croissante des créanciers, le Premier ministre Alexis Tsipras a présenté dimanche le programme de son gouvernement au Parlement, s’engageant à mettre en œuvre ses promesses pré-électorale.


789 mots   4253       Comments

Alexis Tsipras à la Vouli, le 8 février 2015

Alexis Tsipras à la Vouli, le 8 février 2015

"Nous n'avons qu'un seul engagement - servir les intérêts du peuple, le bien de la société", a-t-il dit, ajoutant que c'était la "décision irrévocable" de son gouvernement de mettre en œuvre les promesses de campagne "dans leur intégralité".

Le premier ministre a dit que le gouvernement ne chercherait pas une extension du plan de sauvetage de la Grèce, notant que cela serait équivalent à une "extension d'erreurs et de catastrophes", et a réitéré les demandes grecques pour une phase de transition (bridge) jusqu'à ce qu'un "accord mutuellement acceptable" soit atteint avec les créanciers. "Nous n'avons pas l'intention de menacer la stabilité en Europe", a-t-il précisé, ajoutant toutefois qu'il ne négociera pas la souveraineté du pays. "Notre pays ne reçoit plus d'ordres par e-mail", a-t-il lancé.

Tsipras a déclaré que son gouvernement a besoin d'espace pour une discussion sur la restructuration de la dette de la Grèce et un nouvel accord, ajoutant que l'augmentation de l'austérité ne ferait qu'exacerber le problème.

Il s'est engagé à remplacer l'impôt foncier unifié (ENFIA) par une nouvelle taxe sur les grandes propriétés et à remettre en place le seuil d'exonération des revenus à son niveau d'avant crise, soit 12000€ (contre 5000€ aujourd'hui, soit un revenu imposable dès 416,66€/mois).

Il a également promis d'introduire un système fiscal équitable et de sévir contre l'évasion fiscale et la corruption. Les conventions collectives seront également restaurées. Tsipras a également confirmé que salaire minimum retrouvera son niveau d'avant crise -751 euros- progressivement jusqu'en 2016.

Un 13ème mois de retraite sera également versé pour les retraités qui gagnent moins de 700 euros par mois.

Sa priorité reste la lutte contre la "crise humanitaire", disant que "La Grèce ne peut pas être un pays civilisé si des milliers ont faim". Il promet l'électricité et la nourriture gratuite pour les ménages qui ont été victimes des "mesures barbares" de ces dernières années.

Dans la fonction publique, Tsipras demande la ré-embauche immédiate des femmes de ménage du ministère des Finances, des gardes scolaires et du personnel administratif des universités, notant que cela n'alourdira pas le budget puisque ces ré-embauches remplaceront des embauches prévues pour 2015.

Le premier ministre a également promis de rouvrir ERT, le radiodiffuseur public brusquement arrêté en Juin 2013 par l'ancien gouvernement de Samaras, et va lancer une enquête parlementaire pour déterminer comment la Grèce est entrée dans le mémorandum. Concernant les privatisations, il dit que le gouvernement n'est pas contre l'investissement privé, mais rejette les "ventes massives", ajoutant que les services publics ne seraient pas en vente.

Gros dossier également et source probable de désaccords avec l'Allemagne, Tsipras a dit que c'était un "devoir historique" pour la Grèce de demander des réparations de guerre à l'Allemagne. Manolis Glezos devrait prendre en charge la commission dédiée à ce sujet.

Tsipras a également évoqué la création d'un portefeuille spécial pour superviser la lutte contre la corruption et l'évasion fiscale, avec comme priorité la vérification des listes à disposition (liste Lagarde, etc).

Le premier ministre a annoncé des coupes dans les budgets des ministères : rationalisation de l'administration publique, annulation des privilèges des ministres et des députés, vente d'un des trois avions du gouvernement, vente d'une partie des véhicules de fonctions des députés et révision des droits aux voitures de fonctions pour les députés.

Tsipras a également directement visé les élites grecques en déclarant que le triangle des puissants (banques / médias / politique) sera brisé. Il annonce de profonds changements dans les médias et proposera de nouvelles procédures pour les permis de radiodiffusion et souhaite "vérifier comment les médias obtiennent des prêts", annonçant que les médias privés devront obtenir des licences appropriées et payer leurs fréquences, ce qui n'est toujours pas le cas en Grèce.

Le discours de Tsipras marque le lancement de trois jours de débats qui doivent aboutir à un vote de confiance pour son gouvernement. La coalition est certaine de remporter le vote, avec 162 sièges sur les 300 que comptent la Vouli.

Mais la partie qui s'annonce avec les créanciers du pays sera beaucoup plus difficile. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis devra faire face à ses homologues de la zone euro à Bruxelles pour un sommet d'urgence ce mercredi. Tsipras rencontrera ses homologues européens le lendemain lors d'un sommet des dirigeants à Bruxelles.


Le discours complet du Premier Ministre Alexis Tsipras :