5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La révolution démocratique de Zoé Konstantopoulou à la Vouli

8 février 2015

Politique Grèce parlement Syriza Zoe Konstantopoulou

Reconstitution de la commission sur les réparations de guerre allemandes, participation des représentants d’organisations sociales à l’élaboration des projets de lois, renforcement du contrôle parlementaire, fin de la dégénérescence du processus législatif, réouverture des dossiers judiciaires oubliés et soutien des revendications grecques : le Parlement en pleine révolution démocratique.


525 mots   3651       Comments

Le parlement sans clotûre le 28 janvier 2015 au soir (photo @MakisSinodinos)

Le parlement sans clotûre le 28 janvier 2015 au soir (photo @MakisSinodinos)

Zoé Konstantopoulou, député Syriza, a entamé son mandat de Présidente du Parlement avec beaucoup de dynamisme, annonçant des changements significatifs lors de son premier discours concernant le mode de fonctionnement du Parlement, afin que celui-ci regagne sa crédibilité perdue et soit démocratisé.

La plus jeune Présidente du Parlement, qui a également été élue avec la plus grande majorité de l'histoire grecque (235 voix) a souligné que « Ceux qui n’ont pas de rapport avec le travail parlementaire devront quitter le bâtiment », ce qui fait référence à des noms importants de la scène politique grecque qui, d’ailleurs, n’ont pas été élus au dernier scrutin.

En résumé, les positions de la nouvelle Présidente du Parlement :

  • Encourager et élargir la participation du peuple en renforçant la procédure de consultation et la participation des représentants d’organisations sociales à l’élaboration des projets de lois. De nouveaux modes de participation permettront à la société de légiférer suite aux changements apportés au Règlement du Parlement;
  • Renforcer le contrôle parlementaire exercé par les députés et les citoyens. Le premier ministre et les ministres répondront aux questions qui leur sont posées (on se souviendra du nombre particulièrement restreint d’apparitions de l’ancien premier ministre, M. Samaras, qui doivent à peine se compter sur les doigt d'une main…);
  • Mettre fin à la dégénérescence du processus législatif qu’ont provoqué les abus de la procédure d’urgence et l’intégration d’amendements sans rapport avec l’objet des projets de lois (décision très importante pour la lisibilité des textes de loi qui, jusqu'à maintenant, pouvaient rassembler des articles sans aucun rapport avec la loi elle même);
  • Ceux qui n’ont pas de rapport avec le travail parlementaire (c'est-à-dire, les anciens premiers ministres et présidents du Parlement qui y ont un bureau) quitteront le bâtiment;
  • Tous les dossiers transmis par la Justice et qui croupissent dans des tiroirs seront récupérés et examinés. De nouveaux organes seront créés à cet effet;
  • La commission sur les réparations de guerre allemandes sera immédiatement reconstituée pour revendiquer efficacement la réparation des catastrophes, le remboursement du prêt d’Occupation, le dédommagement des victimes et la restitution des trésors archéologiques volés;
  • Le Parlement hellénique contribuera, par le biais de la diplomatie parlementaire, au soutien des revendications grecques concernant l’annulation de la majeure partie de la dette et l’intégration d’une clause de croissance et de garanties d’endiguement de la crise humanitaire.

Zoe Konstantopoulou confirme sa volonté de rendre le parlement plus démocratique, contrairement à ce qui a pu se passer ces dernières années et notamment en septembre 2013, quand le parlement vide avait voté "à l'unanimité" toute une liste d'articles de lois, malgré les protestations d'une certaine ... Zoe Konstantopoulou.

La vidéo de l'époque (sous titrée en anglais) :