Contrats de défense : nouveau scandale à 62 millions impliquant des entreprises allemandes


Le nouveau scandale révélé par le nouveau sous ministre de la défense


8 février 2015 - 316 mots  
8146     dernière mise à jour le 8/02/2015   Comments

Le sous marin grec "Papanikolis" de type 214. Photo :"S-120 Papanikolis 1" par GDK. Licensed under CC BY-SA 3.0 via <a href="http://commons.wikimedia.org/wiki/File:S-120_Papanikolis_1.jpg#mediaviewer/File:S-120_Papanikolis_1.jpg">Wikimedia Commons </a>

Le sous marin grec "Papanikolis" de type 214. Photo :"S-120 Papanikolis 1" par GDK. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Un nouveau scandale de pots de vin d'un montant total de 62 millions d'euros a été dévoilé par le ministre adjoint de la Défense Nikos Toskas. L'affaire concernerait deux sociétés allemandes, 12 Allemands et un nombre indéterminé de fonctionnaires grecs du ministère de la défense. Parlant à la radio Sto Kokkino vendredi, Toskas a révélé l’existence d'un document qui est l'objet d'une enquête de la direction politique et militaire du pays.

Selon un article du site d'infos dédié à la défense Onalert.gr qui a obtenu le document, le scandale impliquerait les entreprises allemandes ATLAS Electronic GmbH et Rheinmetall Defence Electronic GmbH.

Dans les trois pages du document mise en ligne par onalert.gr, il n'y a aucune référence ni à un contrat d'armement spécifique pour lequel des pots de vin ont été prétendument payés, ni à aucune période précise. Cependant, der TagesSpiegel avait publié dans un article daté de novembre 2014 que les pots de vin versés par les entreprises allemandes à deux Grecs sont estimés entre au moins 35 millions d'euros et jusqu'à 60 millions d'euros, et que l'affaire concerne la commande de 4 sous-marins de classe 214 (Ferrostaal / HDW Werft) et d'un système de défense ASRAD développé par Rheinmetall.

Une action en justice de l'État grec avait déjà commencé en septembre 2014 sous le gouvernement Nouvelle Démocratie / PASOK.

Dès sa prise de fonction, le nouveau ministre de la défense Panos Kammenos avait annoncé vouloir rouvrir tous les dossiers concernant les contrats de défense qui font l'objet d'un nombre incalculable de suspicions de corruption de hauts fonctionnaires grecs par les entreprises spécialisées dans la défense et l'armement.

Source : keeptalkinggreece.com