5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le message de la Grèce face au péril fasciste en Europe [Mark Mazower]

1 février 2015

Fascisme Politique centre démocratie droite Europe Fascisme gauche Grèce Mazower Nord Podemos Sud Syriza UE

La victoire de Syriza en Grèce est un appel à la solidarité, dans une Union européenne qui a oublié les circonstances de sa fondation.


753 mots   3235       Comments

mazowerDans le Financial Times, l’universitaire britannique Mark Mazower, spécialiste de la Grèce et de l’histoire du fascisme, propose une analyse de la victoire du parti de gauche Syriza en Grèce, dans une Europe menacée par l’avènement des partis d’extrême droite. Un commentaire en forme de mise en garde.

Le contexte actuel en Europe n’est pas sans rappeler la période de l’entre-deux-guerres, explique-t-il, rappelant que c’est l’érosion du centre politique, "l’ambivalence de la gauche face au parlementarisme" et le durcissement de la droite européenne qui avaient alors mené à l’explosion des systèmes démocratiques du continent et au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Pour Mazower, "ce n’est qu’après 1945 que les partis, de tous les côtés, ont commencé à s’accommoder progressivement des vertus de la modération politique ; une pénible restauration du centre politique qui a été la condition nécessaire à la reconstruction de la démocratie".

Bien que la situation soit différente aujourd’hui, l’historien estime que l’extrême droite, bien qu'elle ait assimilé le discours démocratique, constitue une menace bien plus funeste pour l’UE que les programmes initiés par la gauche européenne :

"Bien que critiques vis-à-vis de la direction prise par l’UE, des partis tels que Syriza en Grèce et Podemos en Espagne restent résolument européistes. Ce n’est pas le cas des forces de droite. Aube dorée, un parti ouvertement nazi, a maintenu son score aux législatives grecques et reste le 3e parti du pays, et ce alors que la plupart de ses cadres sont en prison."

Soulignant les bons résultats électoraux d’autres partis fascisants sur le continent aux dernières élections européennes – Front National en France et Parti populaire au Danemark – Mark Mazower estime que "la bataille pour la défense de la monnaie unique est en train de raviver un langage d’extrême droite bâti sur la pureté nationale, le racisme et la souveraineté".

Face à ce phénomène, l'auteur s'attache à expliciter le message porté par la victoire de Syriza en Grèce : il ne s'agit pas d'une "répudiation de l’Europe, mais une redéfinition de celle-ci. La logique morale qui sous-tend le résultat du scrutin part d’un simple postulat : l’ampleur du traumatisme économique subi par la Grèce est en train de détruire sa société. Cette perception [des ravages] de l’austérité a transcendé classes sociales et générations, mondes rural et urbain. Il est aisé de comprendre pourquoi les individus adoptent une telle position dans l’Europe de la dette – tandis que celle-ci paraît manifestement incompréhensible à l’Europe créancière du Nord."

Or, poursuit l’historien, les créanciers seraient mal avisés de se borner à exclure les Grecs, car cette initiative pourrait selon lui générer un effet domino dévastateur pour l’Europe, "la laissant à peu près dans l’état où celle-ci se trouvait lorsqu’a débuté l’ensemble du processus d’intégration, il y a plus d’un demi-siècle". Une situation qui s’avérerait bien plus périlleuse aujourd'hui, souligne Mazower, car "à l’époque, les gens avaient une conscience bien plus aigüe des conséquences du fascisme, alors que nous semblons avoir oublié ce péril aujourd’hui."

Si l'on peut comprendre le vote grec comme un appel à la solidarité, alors il s'agit là de l'affirmation d'une "vertu aujourd’hui occultée par une majeure partie du continent. Les électeurs allemands et finlandais peuvent penser qu'ils ont fait preuve de suffisamment de solidarité vis-à-vis des Grecs. Or stricto sensu, ils n’ont fait que se montrer solidaires de leurs propres institutions financières – lesquelles auraient été les principales perdantes si la Grèce n’avait pas été placée sous tutelle."

Mazower souligne que les nations endettées proposent une autre "vision morale", à savoir que "la rigueur n’est pas une politique. Et si l’on veut que la finance contribue à aider l’Europe plutôt que de la ruiner, il faudra restaurer une certaine notion d’intérêt général."

Sans cette prise de conscience, les conséquences potentielles sont évidentes, selon Mazower : "la poursuite de l’effritement du centre politique, l'avènement de l’extrême-droite, voire la désintégration de l’Union européenne".

Source : www.ft.com