5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Hypocrites

14 janvier 2015

Opinion Antonis Samaras droite Liberté de la Presse meurtre Paris satire
Participants
Sophia Wexler

Le blogueur grec Pitsirikos réagit au bal des hypocrites de la marche républicaine.


585 mots   1373       Comments

Charlie-Hebdo-2

Une troupe désolée de politiciens et dirigeants européens – lesquels, dans la réalité, ne sont rien de plus que des marionnettes du marché – ont exprimé leur soutien au peuple français, après l’attaque meurtrière dans les bureaux du journal satirique Charlie Hebdo et ont participé à une marche silencieuse qui a eu lieu à Paris.

Certains des dirigeants politiques qui ont participé à la marche représentaient des gouvernements qui sont responsables des assassinats et des tortures de journalistes et de citoyens. Le premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu était également présent, et alors qu’il est responsable de la mort de milliers d’enfants en Palestine, il s’est ému du meurtre des caricaturistes français.

Charlie-Hebdo-1-330x440L’hypocrisie ne manque pas chez les politiciens, pas davantage qu’elle ne manque à beaucoup de citoyens. Le mot « hypocrisie » a été le mot qui a été le plus repris dans les médias sociaux au cours de la marche à Paris.

Le manifestant français sur la photo déclare sur sa pancarte qu’il participe à la marche mais qu’il est conscient de la confusion et de l’hypocrisie de la situation.

Antonis Samaras était lui aussi présent. Un coup il parle du mur de l’Evros et des immigrés clandestins, un coup il se la joue compatissant. A vomir.

Il est impressionnant de constater que la personne la plus honnête de toutes était le fondateur du Front National, Jean Marie Le Pen. Il a dit : « Je suis désolé mais moi je ne suis pas Charlie ».

Le Pen a déclaré que la mort de ses compatriotes l’avait ému mais qu’il n’allait tout de même pas défendre l’esprit anarcho trotskiste de Charlie Hebdo, d’autant plus que ce journal avait demandé la dissolution du Front National.

Il serait juste que tous ces dirigeants politiques qui ne supporteraient pas même une minute l’esprit des dessinateurs de Charlie Hebdo soient aussi honnêtes que Le Pen.

A vrai dire, la grande satire est anarchique. Si la satire n’est pas anarchique, ce n’est pas de la satire.

C’est pour cette raison que nous n’avons jamais eu de satire d’importance venant de personnes de centre droit, de droite ou d’extrême droite.

La satire est toujours opposée au pouvoir. Les petites plaisanteries sur les chanteurs, les mannequins ou les présentateurs télé ne sont pas de la satire. La satire vise haut. En plus du pouvoir, elle vise également la substance. Toujours.

Bien-sûr, nous vivons dans un monde où même les anarchistes ne supportent pas la satire anarchique.

La liberté d’expression est minée par les sociétés elles-mêmes.

Quand le discours de l’autre ne s’accorde pas au notre, nous avons un problème.

Dans les sociétés occidentales nombreux sont ceux qui veulent se débarrasser de ceux qui ont une opinion différente.

Nombreux sont ceux qui veulent se débarrasser de certains parce qu’ils n’aiment pas ce qu’ils écrivent.

Les auteurs de l’attaque dans les bureaux du journal satirique l’ont fait.

Ils se sont débarrassés de ceux dont ils n’aimaient pas les écrits.

C’est ce que font également les gouvernements.

Et les gouvernements ont bien davantage de moyens pour le faire que les auteurs de l’attaque dans les bureaux de Charlie Hebdo.

Comprenne qui veut.