5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : l'austérité tue une écolière de 12 ans

6 juin 2014

Santé austérité décès Grèce santé publique

L'austérité tue.


240 mots   5390       Comments

Âgée de seulement 12 ans, Anastasia Starokoltseva est décédée mardi dans son école à Athènes, parce que sa mère ne pouvait pas payer les coûteux antiépileptiques dont sa fille avait besoin.

La mère d'Anastasia n'a pas pu payer non plus pour les funérailles de sa fille : elle n'avait pas l'argent pour l'enterrer.
Ecole

Une vie perdue pour une crise d'épilepsie, au 21ème siècle, en Europe.

Une petite fille bannie du système national de santé du pays (comme un tiers de la population).

L'indifférence jusqu'à l'anesthésie. Cela s'appelle un crime.

C'est une affaire qui a provoqué choc et colère. Et beaucoup de chagrin. Son école primaire du quartier d'Athènes de Sepolia a été plongé dans le deuil.

Les enseignants et les camarades de classe de la petite Anastasia, dévastés, ont lancé un appel pour aider à réunir l'argent pour lui fournir un enterrement.

"Nous regrettons d'annoncer qu'Anastasia Starokoltseva, une élève de la classe de sixième, est morte d'un arrêt cardio-respiratoire", disait la triste annonce de l'école, qui a fermé comme une marque de respect.

Finalement, la municipalité locale a réuni les fonds nécessaires et Anastasia a été enterrée jeudi.

Anastasia a payé le coût de l'austérité avec sa vie.


Cet article est une traduction/adaptation de l'article d'Alexandra Tzavella paru dans le journal Eleftherotypia du 5 juin.