5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un membre de l'Aube Dorée :« Ils voulaient Pavlos Fyssas mort – il y aura d’autres meurtres »

25 septembre 2013

Fascisme Aube Dorée Grèce police

A visage couvert, un membre de l'Aube Dorée balance tout : les étroites relations entre l'Aube Dorée, la police, et l'armée, l'organisation interne et la planification des actes criminels, assassinats y compris


743 mots   1364       Comments

Les révélations choquantes d’un aubedorien devant la caméra d’Alpha au sujet du meurtre de Pavlos Fyssas, de la relation rémunératrice de G.Roupakia avec l’Aube Dorée et du mode de fonctionnement et d’action de l’Aube Dorée. Selon ce qu'il le rapporte lui-même, Pavlos Fyssas était une cible, et ils voulaient sa mort.
90b3c5b50653dadb65c96a32f75d8af0_L
« Ça les dérangeait que Pavlos Fyssas ait écrit quelques chansons qui dénonçaient et parlaient de l’Aube Dorée, et sans vulgarité. » déclare-t-il. « Roupakias l’avait dit que cet homme, tôt ou tard, ne serait plus vivant ». Il affirme que Roupakias était un mercenaire et qu’ils l’avaient envoyé là. « Il était payé pour faire ce travail, pour être l’homme de main, pour être au-devant. » Rapporte-t-il.

"Il y en avait beaucoup qui voulaient faire partie de la classe des mercenaires. Chaque section locale possède entre 1 et 10 mercenaires, qui prennent en charge le « sale boulot ». Quand une action de ce genre était prévue, le secrétaire général de la section locale donnait le signal à Giannis Lagos, qui donnait les ordres."

L’aubedorien désigne comme au-dessus de Patelis ( celui qui a organisé les sections locales), Perikles de Perama, faisant probablement allusion à Periklis Moulianakis.

Selon l’aubedorien, Roupakias est rentré dans la section locale des 5 membres par l'intermédiaire de connaissances. « Il voulait toujours se mettre en avant », rapporte-t-il . « Il disait : moi je suis un aubedorien, moi je soutiens toutes les actions et moi je finis ce que commence l’Aube Dorée » Donc, il savait ce qu’il faisait à chaque fois.

« Les motards de la DIAS regardaient, sauf que quand les auteurs du meurtre ont fui en courant, Fyssas a montré Roupakia, qui n’a pas eu le temps de monter dans sa voiture. S’il n’y avait pas eu la police il serait parti. La police attendait dans le coin. Elle ne s’est pas approchée. 5 policiers ne s’approchent jamais quand il y a une foule de 30 personnes. Et ça, l’Aube Dorée le sait » dit l’aubedorien, ajoutant que « ils ont avoué aux membres qu’ils étaient derrière le meurtre de Fyssas. Ils disent qu’avec ce meurtre, l’A.D va augmenter. Ils étaient tous contents de cet assassinat, parce qu’ils ont de la haine à l’intérieur. Ils vont traquer les gauchistes. Il va y avoir d’autres meurtres. » Pour la formation des bataillons d’assaut, il déclare : « L’Aube Dorée fait des promesses, elle dit qu’elle peut aider les gens, mais en réalité elle veut récolter des électeurs et elle prépare une armée qui après sa formation militaire sera à l’avant-garde de tout, elle couvrira le souffle des « Grands » et elle brisera les « différences ».

C’est ça le bataillon d’assaut. Chaque bataillon est composé de 6 à 20 personnes.

L’entrainement avait lieu à Mandra et à Malakasa dans des lieux qui n’avaient pas l’air de camps d'entrainement, là où s’entrainent les forces spéciales de l’armée. Les « grands » avaient accès aux camps de l’armée. C’est là que s’entrainaient les membres, anciens militaires, actuels membres de l’Aube Dorée. Ils les frappaient dans les côtes, dans les jambes, à la tête pour qu’ils apprennent à supporter la douleur, pour qu’ils soient prêts au combat. Ils utilisaient des armes à feu et tiraient à balles réelles. Ils ont des armes illégales. L’Aube Dorée est armée et quand elle le décidera, on déplorera des victimes."

Pour les « subordonnés » et la couverture policière il affirme : « Les réunions des « grands » sont comme les réunions des francs maçons. Des réunions secrètes. Parmi eux il y a des policiers en activité, membres de l’Aube Dorée. Les sections locales et les « grands » ont le soutien de la police. C’est pour ça que dans les descentes de police, rien n’est trouvé de compromettant. Ils sont au courant. Ils savent ce qu’il va arriver avant que ça n’arrive. L’Aube Dorée est couverte par la police. Grâce à la police, ils trouvent tout. Le parti a accès aux déclarations des témoins. Il a accès à tout. Et dans l’armée, et dans la police. »