La der­nière bataille de Grèce conti­nue dans le vil­lage de Ierissos

(dernière mise à jour le 17/05/2013 - 18:13)

Classé dans :

Source(s) :

Vous devez être abonné pour voir les sources de cet article.


Dans le cadre de l’enquête sur l’incendie cri­mi­nel des ins­tal­la­tions de l’entreprise cana­dienne dans la forêt de (a lire ici), la pour­suit ses inves­ti­ga­tions et a arrêté deux per­sonnes à 3h du matin dans le vil­lage de . Le com­mu­ni­qué de la pré­cise que l’opération s’est dérou­lée « en confor­mité avec les dis­po­si­tions du Code de pro­cé­dure pénale », ce que plu­sieurs témoi­gnages d’habitants et de l’avocat d’un des sus­pects semblent démen­tir. Nouvel épi­sode dans la der­nière bataille de Grèce entre les forces de l’ordre et la popu­la­tion locale.  

Dans la nuit de mardi à mer­credi, les forces de l’ordre sont inter­ve­nues à Ierissos pour arrê­ter deux res­sor­tis­sants qui avaient «  refusé de se confor­mer aux demandes répé­tées de la police d’avoir accès à leurs domi­cile  », selon le com­mu­ni­qué de la police. L’intervention s’est dérou­lée vers 3h du matin et a été pilo­tée par la direc­tion de la sécu­rité de Thessalonique, aidée des forces spé­ciales (EKAM — les uni­tés anti-terroristes) et de magis­trats. Les forces de l’ordre ont enfon­cées les portes du domi­cile des deux per­sonnes qu’ils sus­pectent d’avoir par­ti­cipé à l’attaque contre les ins­tal­la­tions de .

Les pho­tos de l’entrée des domi­ciles des deux per­sonnes arrê­tées (source : antigoldgreece) :

Des témoins de la scène affirment que les deux per­sonnes arrê­tées n’ont pas refusé l’accès à leur domi­cile. L’avocat d’un des deux « sus­pects » a d’ailleurs lui aussi contre­dit la ver­sion de la police : «  C’est une déci­sion poli­tique. Mon client n’a jamais été convo­qué. Nous nous étions ren­dus dis­po­nibles  ». Les deux sus­pects ont pour­tant été emme­nés vers une des­ti­na­tion inconnue.

Ce matin, le poste de police de Ierrissos a été atta­qué, en réac­tion à ces deux arres­ta­tions : des rési­dents se sont intro­duits dans le bâti­ment de la police locale, ont jeté dehors et brûlé tout ce qui s’y trou­vait (pho­tos seleo.gr):

Sur twit­ter, les uti­li­sa­teurs com­parent cet évé­ne­ment aux pra­tiques gou­ver­ne­men­tales de la Grèce lors de la dic­ta­ture de 1967 — 1974 : inter­ven­tion dans des mai­sons au milieu de la nuit.

Le ministre de l’ordre public Nikos Dendias a com­paré le vil­lage de Ierissos à un «  vil­lage gau­lois  ». On pour­rait donc en déduire qu’il admet que la police soit une force d’occupation. Selon l’AFP, « M. Dentias a expli­qué sur Skaï que l’heure de l’arrestation avait jus­te­ment été choi­sie pour évi­ter des troubles dans le vil­lage, où de vio­lents affron­te­ments avaient opposé en mars police et habi­tants lors d’une pré­cé­dente inter­ven­tion poli­cière. Il a sou­li­gné que les deux sus­pects étaient pour­sui­vis pour de graves crimes, dont consti­tu­tion d’une orga­ni­sa­tion cri­mi­nelle, ten­ta­tive d’homicide et usage d’explosifs ».

Sur Mega TV, le ministre N. Dendias a déclaré : «  Si le man­dat avait été exé­cuté dans l’après-midi cela aurait été un car­nage.  »

Dans l’urgence, les forces de l’ordre auraient d’ailleurs oublié un MP5 dans le poste de police de Ierissos (photo seleo.gr) :

L'oubli des forces de l'ordre

 

Les rési­dents, une fois de plus, ont décidé de se dépla­cer au tri­bu­nal de Polygyros pour mani­fes­ter contre les évé­ne­ments de la nuit :

Interviewée sur une chaîne de télé­vi­sion, la femme d’un des habi­tants arrê­tés dans la nuit a déclaré :

-«  6 poli­ciers cagou­lés ont fait irrup­tion dans la mai­son sans rien dire, ont emmené mon mari en pyjama. Les enfants étaient ter­ri­fiés  ».

Ce billet sera mis à jour selon les infos à venir dans la journée.


Abonnez-vous pour 9€ par mois (*)

  • Accès à tout le site
  • Accès aux commentaires
  • Navigation sans pub
  • Notre reconnaissance éternelle :)
Rejoignez-nous
(*) Votre abonnement n'est pas renouvelé automatiquement.

Articles liés

Pas encore abonné à Okeanews ?
Profitez de tous les services pour 9€/mois !