Okeanews change : cliquez ici pour en savoir plus et nous aidez à poursuivre !

Skouries : une forêt ancienne devient la dernière bataille de Grèce


5 avril 2013  
dernière mise à jour le 9/09/2014 à 12h46


keep-calm-and-save-skouries-480x560Par Theodora Oikonomides et Zoe Mavroudi, publié en anglais chez usilive.org (traduction Okeanos)

Skouries est la plus importante histoire grecque dont vous pourriez entendre parler. Il s'agit d'une ancienne forêt dans le nord de la Grèce, où une entreprise canadienne mammouth de l'exploitation aurifère revendique sa place.

Mines d'or, préoccupations environnementales, répression de l'Etat, violence de la police et un mouvement anti-mine local solide et organisé ont fait de Skouries un véritable champ de bataille dans la politique grecque, un champ de bataille qui n'a pourtant reçu que très peu de couverture internationale, clairement éclipsé par l'escalade de la crise grecque.

La société grecque Hellas Gold et son principal actionnaire, le canadien Eldorado Gold collaborent à l'établissement d'une mine d'or et de cuivre dans l'ancienne forêt de Skouries, dans la région nord de la Chalcidique, mais les résidents de 16 villages de la région sont fortement opposés au projet et ont tenu plusieurs manifestations contre le projet au cours de l'année passée, dont beaucoup ont tourné à la violence. La police anti-émeute a fait un usage excessif de gaz lacrymogènes à l'intérieur même de la forêt et dans les villages, tandis que les résidents ont accusé la police de détenir des personnes sur de fausses accusations, en les maltraitant physiquement et en procédant même à des prélèvement d'échantillons d'ADN contre leur gré.

"Halkidiki est un trou noir dans la géographie de la Grèce. C'est un endroit dans ce pays où la Constitution a été transformée en un chiffon, où l'état de droit s'est effondré, où les droits humains sont bafoués au quotidien", a déclaré Dina Daskalopoulou, journaliste au journal des rédacteurs, le seul quotidien grec organisé en coopérative et détenu par son personnel. Daskalopoulou parlait dans une interview sur la radio Radiobubble.gr , communauté de journalistes citoyens et indépendants qui a couvert de près l'histoire de Skouries et a couvert les manifestations de l'année passée.

Daskalopoulou a donné un compte rendu inquiétant de ce qui pourrait très bien être la meilleure suppression d'un mouvement en Grèce organisée par l'État . Elle a indiqué que les maisons des habitants étaient surveillées par la Sécurité d'Etat, les téléphones sur écoute et les détentions devenues la norme, souvent en prenant pour cible des résidents handicapés et des étudiants du secondaire. "Je pense que l'État a un plan global à l'égard de la population locale. Il a lancé toute une opération pour les terroriser. En choisissant ce qu'il croit pouvoir plus facilement briser leur entrain. "

Skouries contre les mines d'or. Photo de Maria Kadoglou

Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi ce petit coin de la Grèce est tellement chargé de tensions. Premièrement, Skouries est une région ayant une longue histoire de l'exploitation minière qui remonte à Alexandre le Grand. Plus récemment, dans les années 1980, une tentative de la compagnie canadienne TVX Gold d'établir une mine dans la région est tombée à l'eau après que les scientifiques de certaines des plus grandes institutions de la Grèce comme l'Université Aristote de Thessalonique et de la Chambre technique de Grèce ont averti les habitants que cet investissement conduirait à un désastre écologique sans précédent en polluant la zone de 317 kilomètres carrés (31.000 ha) des sols, de la mer, de l'air et de l'eau et allaient rendre leurs villages inhabitables.

Aujourd'hui, près de trente ans plus tard, Hellas Gold et Eldorado ont un plan qui suscite des préoccupations similaires. Ils veulent établir une mine à ciel ouvert au milieu de la forêt de Skouries sur la montagne Kakavos, qui se trouve être la principale source d'eau douce de toute la région. Selon les propres estimations de la société, la mine à ciel ouvert va générer 3.000 tonnes de poussières toxiques par heure. Des galeries seront creusées à 700 mètres de profondeur, amenant la mine en dessous du niveau de la mer, de sorte que même l'eau qui n'est pas contaminé par des métaux lourds et d'autres substances toxiques provenant de la mine seraient sûrement contaminée par l'eau de mer. En outre, un tunnel de 9 km de long qui vise à relier deux sites miniers coupera en deux une ligne de faille géologique qui a provoqué un tremblement de terre dévastateur dans la région en 1932. Enfin, une usine de traitement du minerai sera construite dans la montagne où l'or sera séparé des autres substances. La société affirme cela sera fait sans l'aide du cyanure, mais cette méthode n'a pas été montrée comme étant efficace sur le minerai de Skouries. Cela soulève des inquiétudes supplémentaires sur l'utilisation éventuelle de cyanure dans la forêt.

L'opération actuelle a cherché à remplacer ces préoccupations avec peu d'effet et les préoccupations environnementales n'en sont qu'une partie. Une des raisons est que les circonstances dans lesquelles l'exploitation minière ont été établies sont discutables.

Quelques jours seulement après que l'homme d'affaire Fotis Bobolas a créé Hellas Gold en 2003 avec un capital de départ de seulement 60.000€, l'État grec a acheté les droits d'exploitation de TVX pour 11 Millions d'euros et a immédiatement vendu à Bobolas pour 11 millions d'euros, ne gagnant rien dans l'opération. En quelques mois, Hellas Gold a été acheté à 95% par European Goldfields, une autre société canadienne qui fut à son tour absorbée lors d'une OPA amicale par Eldorado Gold.

Ces transactions couplées de la police et de l'oppression étatique pour assurer la poursuite des préparatifs pour commencer l'exploitation minière dans la région n'ont servi qu'à renforcer la colère locale et l'organisation du mouvement de protestation.

Il y a un an, en Mars 2012, les choses ont atteint un point culminant lorsque la société minière a envoyé ses ouvriers dans la montagne pour démanteler un camp de protestation établi par les militants anti-mines sur le site minier. Les manifestations qui ont suivi ont été violemment réprimées par la police anti-émeute. La situation n'a cessé de se détériorer jusqu'en février dernier, quand un groupe de 40 à 50 personnes de la région ont mené une attaque incendiaire sur le chantier principal de la société à Skouries, brûlant chaque équipement qu'ils y ont trouvé avant de partir.

Les autorités ont lancé une série de rafles après l'incendie criminel - une pratique policière courante en Grèce - et ont depuis arrêté 154 personnes tout en menant un raid de la police dans le village de Ierissos, un village de 3.000 habitants au centre du mouvement de protestation. Daskalopoulou a indiqué à Radiobubble.gr que les cloches des églises sonnent fréquemment pour alerter les villageois des détentions ou de la présence de la police.

Dans un cas, une jeune mère de deux enfants a été détenue pendant 16 heures sans avocat ni appel téléphonique à sa famille et sans accusation. Elle a été interrogée par la police en charge du "dossier" qui lui a demandé si elle pensait que son mari l'avait trompée. Une jeune fille de 15 ans à été appelée par la Sécurité d'Etat sur son téléphone portable pour une faire une «déposition». La police a fréquemment demandé des échantillons d'ADN aux personnes qui étaient simplement appelées à témoigner. "Dans certains cas, la police a prélevé des échantillons d'ADN par la force et a contraint le détenu à signer une déclaration disant qu'il leur avait donné de son plein gré", a déclaré Daskalopoulou.

Dans un cas très troublant, quatre jeunes, âgés de 19 à 22 ans, ont reçu la visite dans les premières heures du matin des agents de la sécurité de l'Etat qui leur ont demandé de les suivre au poste de police pour un problème non spécifié. A la station de police, ils ont été séparés. Daskalopoulou a interviewé l'un d'entre eux récemment, le fils d'un policier, qui a dit qu'il avait été laissé sans un verre d'eau pendant des heures et interrogé sur ses convictions politiques et sa participation à des manifestations. Il a ensuite été giflé et battu. "Chaque demi-heure, ils arrêtaient de le battre et l'obligeaient à regarder le mur, afin qu'il puisse mieux penser et leur dire où il était ce soir-là" ajoute Daskalopoulou. "Et puis ils revenaient et cela a duré entre six et sept heures. A la fin, une dizaine d'entre eux ont surgit dans la salle et ont exigé qu'il donne son ADN. " Le jeune a ensuite été contraint de signer qu'il avait donné son ADN volontairement. Un policier lui a dit plus tard: "Viens maintenant, ton village est assiégé. Pour atténuer ton cas et celui de ton village, donne nous quelques noms. " Quand il a refusé, il a été menacé d'être utilisé dans un jeu de « ping-pong ».

"Ping-pong signifiait qu'ils allaient le balancer dans la pièce tout en l'appelant anarchiste et vaurien. Ce gamin a 19 ans. "

Mais la violence n'a pas seulement été utilisée comme une tactique d'intimidation à huis clos dans les postes de police. Le 7 mars 2013, des policiers anti-émeute ont défilé dans Ierissos et détenu 5 personnes. Les recherches ont été menées avec l'unité anti-terrorisme qui était armée. "Ils ont douché les gens du village avec des produits chimiques pendant des heures. Les gaz lacrymogènes sont même entrés dans l'école. Trois enfants ont eu une attaque de panique, d'autres des problèmes respiratoires. L'ambulance a essayé d'y aller mais ne pouvait pas. Même un bébé de dix mois a dû être transporté à l'hôpital", a déclaré Daskalopoulou.

Une manifestation d'étudiants pour commémorer l'attaque du mois dernier dans l'école a eu lieu la semaine dernière dans la région. Cette manifestation, qui s'est déroulée dans le calme et a rejoint les manifestations contre les mines à Thessalonique, peu après les attentats,  a réuni 20 000 personnes et a été le premier mouvement de protestation retransmis en Grèce, ce qui montre que le mouvement est loin d'être en déclin.

Au contraire, la région est devenue une scène dans le contexte des larges divisions politiques en Grèce, une sorte de symbole de la nécessité de résister au contrôle des monopoles des puissants sur l'État ainsi qu'aux ventes des actifs grecs et des ressources naturelles.

Daskalopoulou a affirmé qu'une récente manifestation de soutien à la mine a été mise en scène et elle l'a décrit comme ayant été presque comique, un événement extravagant qui a rassemblé des politiciens de la droite et des représentants d'organisations marginales. Selon Daskalopoulou, des manifestations organisées par les habitants eux-mêmes sont suivies par des syndicalistes ainsi que par des politiciens de gauche du principal parti d'opposition Syriza. Au même moment, dans une conférence de presse qui s'est tenue en Grèce la semaine dernière, Eldorado Gold a signalé qu'elle reconsidérerait ses plans avec une allusion d'un climat d'investissement instable en raison des réactions en cours.

"Si l'Etat a décidé de transformer la Chalcidique en un laboratoire de la violence et de la répression pour l'exporter vers le reste du pays, les gens de la Chalcidique ont décidé d'en faire un laboratoire pour la liberté et la lutte. Et cette lutte est quelque chose qui doit tous nous unir." a déclaré Daskalopoulou.

Pour écouter l'entrevue de Daskalopoulou en anglais par  Theodora Oikonomides sur Radiobubble.gr cliquez sur ce lien .

 



Commentaires