Catastroika en tournée en France



19 mars 2013 - 645 mots  
133     dernière mise à jour le 5/06/2013   Comments

Le documentaire sur les privatisations de Aris Chatzistefanou et Katerina Kitidi fait une petite tournée en France, organisée par les initiatives des travailleurs grecs de lyon Paris, Paris et Grenoble et par les CAC de Strasbourg et Toulouse ainsi que par le collectif "Solidarité franco-grecque pour la Santé". Aris Chatzistefanou, le co-réalisateur du film, sera présent afin de participer à un débat sur les effets économiques et sociaux de cette crise.

Affiche Catastroika

Catastroika revient les méthodes utilisées pour altérer le fonctionnement des services publics et ainsi procéder aux privatisations : le documentaire montre que dans les domaines de l'eau, de l’énergie ou des transports, les privatisations vont rarement dans l'intérêt des citoyens. Souvent suivies d'une hausse des prix et d'une baisse de la qualité des services proposés, les privatisations privilégient les actionnaires et la rentabilité.

Le documentaire dévoile les résultats à venir de l'actuelle revente des actifs publics grecs, exigée pour faire face à l'énorme dette souveraine du pays . En ce qui concerne les exemples de Londres, Paris, Berlin, Moscou et Rome, Catastroika prédit ce qui va arriver si le modèle imposé dans ce domaine est importé dans un pays sous la tutelle financière internationale.

Slavoj Zizek, Naomi Klein, Luis Sepulveda, Ken Loach et Greg Palast parlent à la fois des mesures d'austérité, du gouvernement grec ainsi que de l'attaque contre la démocratie sur l'Europe, après la propagation générale de la crise financière. Des universitaires et des spécialistes comme Dani Rodrik, Alex Callinicos, Ben Fine, Costas Douzinas, Dean Baker et Aditya Chakrabortty présentent des aspects inconnus de ces programmes de privatisation en Grèce et à l'étranger.

Peu avant la sortie du film, OkeaNews avait réalisé une interview de Katerina Kitidi que vous pouvez lire ou relire par ici. Extrait :

La campagne de privatisation a débuté avec des appels d'offres lancés par le gouvernement. Que pensez-vous de ces privatisations ?

La vente des biens publics qui a lieu en Grèce a été tentée à plusieurs reprises dans des circonstances similaires. Les mêmes personnes, qui ont entrepris la vente des services publics dans les pays latino-américains, ont maintenant déplacé leurs sièges dans les pays de la périphérie européenne - et les plus compétents d'entre eux ont voyagés à Athènes au cours des derniers mois.

La procédure suit toujours exactement les mêmes étapes : au début, le gouvernement, en collaboration avec les médias de masse, lance une attaque vigoureuse contre les fonctionnaires, qui sont présentés comme les responsables de tous les déboires financiers du pays. Le mythe d'un secteur public sur-dimensionné est souvent basé sur la manipulation de données par des organisations qui ont soutenu et soutiennent encore le gouvernement. Parallèlement, les organismes publics spécifiques sont délibérément laissés à leur sort et non pris en charge et les citoyens sont exaspérés en raison de leur inefficacité. Le processus est complété par la vente des organisations publiques les plus rentables, pour une fraction de leur valeur réelle.

Le documentaire est disponible par là.

Les dates de la tournée française de Catastroika :

Lyon : Vendredi 22/03 à 18h, Université Lyon 2, campus Berges du Rhône, 4 bis rue de l’Université

(Entrée libre. Une collecte de soutien pour payer les frais de déplacement du réalisateur sera organisée.)

19/03: Strasbourg – 20h30, Maison des associations, 1a Place des Orphelins

20/03: Toulouse – 20h15, Cinéma Utopia, Impasse du château, 31170 Tournefeuille

21/03: Grenoble – 20h15, Cinéma Le Club – 9 Bis Rue du Phalanstère

22/03: Lyon – 18h, Université Lyon 2, campus Berges du Rhône, 4 bis rue de l’Université

23/03: Paris – 18h00, Espace Maurice Nilès, 11, rue du 8 Mai 1945, Bobigny (+Solidarité avec les dispensaires sociaux)

   toolbox + -

Commentaires

La rédaction vérifie tous les commentaires avant publication (modération à priori) : il se peut que votre commentaire n'apparaisse pas immédiatement (parfois, la rédaction se repose). L'équipe Okeanews respecte toutes les opinions, mais se réserve le droit de ne pas publier les commentaires offensifs... Les commentaires racistes, sexistes, xénophobes, homophobes, etc, ainsi que les publicités sont bien sûr supprimés.