Mine d'or de Skouries : de l'intimidation à la terreur

6 mars 2013

Environnement Chalcidique Eldorado Gold Grèce Mine d'Or police Skouries

1303 mots   390       Comments

Les intimidations de la police se poursuivent à Skouries, en Chalcidique, où la population proteste toujours contre la mine d'or. Une autre manifestation contre les mines a eu lieu le 4 Mars à Alexandroúpolis, en Thrace, une autre région du nord de la Grèce menacée par l'extraction du minerai. Une manifestation commune des mouvements contre les mines en Chalcidique, à Kilkis et en Thrace semble se préparer à Thessalonique le 9 Mars. Retour sur les évènements des dernières semaines qui montrent que dans cette région, l'intimidation a laissé sa place à la terreur.

Cet article est basé sur celui de Theodora Oikonomides que vous pouvez lire en anglais chez RadioBubble.

Détentions illégales de mineurs en Chalcidique

Le non respect des droits l'hommes se poursuit dans le nord-est de la Chalcidique depuis l'incendie criminel qui a eu lieu à la compagnie d'exploitation de l'or le 17 Février 2013. Il y a eu des dizaines d'arrestations aléatoires dans la population locale par la police, sans résultat jusqu'à présent et, surtout, sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre un seul des détenus. Le dernier cas de détention - et le plus choquant - est celui d'une étudiante de 15 ans de l'école secondaire de Ierissos, qui a été convoquée hier au QG régional de la police à Polygyros pour un interrogatoire. Tout le village de Ierissos a protesté, les cloches de l'église ont sonné et les écoliers ont manifesté devant le poste de police local avec leurs familles. La décision de la police a été condamnée par le Comité de coordination des associations locales de Stagire-Akanthos  ainsi que par les avocats , qui dénonçaient notamment le fait que les «témoins» ou les «détenus» convoqués par la police n'avaient pas accès à l'assistance juridique durant leur interrogatoire et que la police les ont forcé à donner un échantillon d'ADN, ce qui est illégal puisque d'aucun acte d'accusation n'était prononcé.

Au total, 13 jeunes de Ierissos ont été convoqués au siège de la police de Polygyros hier, dont 2 sont âgés de moins de 18 ans. Le détail le plus remarquable, dans le cas de la jeune fille de 15 ans, est le fait que sa convocation au poste de police ait été envoyée, non pas chez elle, mais à son école. Suite aux protestations des avocats, la jeune fille de 15 ans a été libérée et va recevoir aujourd'hui une "invitation" écrite de la police, qui préciserait qu'elle devra être accompagnée par ses parents et un avocat. L'autre mineur qui a été détenu a aussi été libéré. Les témoins rapportent cependant que 3 autres détenus sont arrivé hier au QG de la police de Polygyros.

Ce n'est pas la première détention d'un lycéen de Ierissos. Un autre étudiant de 18 ans a été arrêté le 27 Février et relâché sans inculpation. Il a expliqué à la journaliste Dina Daskalopoulou  que la police l'a forcé à remettre un échantillon d'ADN, en le menaçant de ne pas le libérer s'il refusait,  mais aussi en le menaçant de le malmener si nécessaire. Les policiers lui ont ensuite fait signer une déclaration disant qu'il avait donnée l'échantillon d'ADN de son plein gré. 

Déjà 2 semaines de non droit

Retour sur les deux dernières semaines de non droit en Chalcidique :

  • 17 Février: plus de 30 arrestations, principalement dans les villages de Ierissos et Megali Panagia.Tous les détenus ont été libérés sans inculpation pendant quelques heures.
  • 18 Février: Arrestation et procès en flagrant délit de Lazaros Toskas, un résident de Megali Panagia et membre éminent de la section locale de SYRIZA, suite à des accusations par les gardes de la sécurité privée du chantier. Il était accusé d'être "l'instigateur moral" de l'incendie. Les gardes n'ont pu fournir aucune preuve de leurs accusations et Toskas a été libéré. Il a déposé une contre-plainte pour diffamation. Les mandats d'arrêt délivrés contre deux autres militants pour les mêmes motifs n'ont jamais été exécutés, mais n'ont pas été invalidés.
  • 20 Février: "Enlèvement" de 2 résidents de Ierissos par la police. Les deux hommes ont été emmenés au QG de la police de Polygyros et détenus en secret, sans inculpation, pendant 5 heures. La police a indiqué aux parents, amis et avocats n'avoir aucune information sur leur sort jusqu'à ce que la mère de l'un des détenus aperçoive son fils à travers une fenêtre. Les deux détenus ont été libérés sans inculpation et ont l'intention de déposer une plainte contre la police.
  • 23 Février: détention pendant 14 heures d'une femme de Ouranoupoli. Elle a été arrêtée vers 6h du matin et transférée au QG de la police dans la capitale régionale de Polygyros et n'a été libérée qu'après 20 heures. Son mari a été arrêté plus tard dans la journée, ainsi qu'un ami qui avait rejoint une foule de manifestants à l'extérieur du QG de la police de Polygyros. Leur ami a été attiré à l'intérieur par la police. La police a en outre effectué une recherche dans la maison du couple, en présence d'un procureur qui n'avait pas de mandat. Tous les trois ont été relâchés sans inculpation.
  • 26 Février: la police prend de force un échantillon d'ADN d'un homme qu'ils interrogeaient au QG de la police de Polygyros.
  • 27 Février: détention d'un étudiant de 19 ans de l'école secondaire de Ierissos. L'école a été fermée en signe de protestation. L'étudiant a été libéré sans inculpation.
  • 28 Février: 4 étudiants de Ierissos ont été arrêtés à Thessalonique par la sécurité nationale. Les deux jeunes filles du groupe ont été relâchées peu de temps après avoir été détenues, mais les deux garçons ont été détenus pendant plusieurs heures. Le père d'un des garçons a dénoncé les mauvais traitements et la torture de son fils en détention. Les garçons ont finalement été libérés sans inculpation.
  • 01-02 Mars: Les résidents de Ierissos et à Nea Roda ont signalé 24 arrestations. Tous les détenus ont été libérés sans inculpation.

Manifestation pour les mines d'or : une mise en scène

En parallèle, une manifestation des partisans de l'exploitation minière, de la plupart des employés de Hellas Gold et de sa société mère, AKTOR a eu lieu dans le village de Megali Panagia le samedi 2 Mars. Le député de la Nouvelle Démocratie Adonis Georgiadis, qui a parlé au rassemblement, a affirmé qu'il y avait 6000 personnes, ce qui est impossible si on consulte la vidéo réalisée en direct par le site d'information seleo.gr. Le fait que la manifestation ait été entièrement chorégraphiée est clairement évident puisque la vidéo montre des intervenant qui demandent aux participants de combler les trous dans la foule afin de la faire paraître plus grande. 

Les résidents de la région, mais aussi du village de Stavros, en dehors de la zone d'exploitation minière, ont également déclaré avoir reçu durant la semaine des appels téléphoniques de la compagnie minière et du syndicat des mineurs les incitant à participer à la manifestation. 

Il faut également noter qu'au moins deux sites d'information ont utilisé des images de la manifestation contre les mines, qui s'est tenue à Megali Panagia le dimanche 24 février,  pour illustrer la manifestation en faveur de l'exploitation minière.

Pour plus d'informations sur Skouries, en français, cliquez ici.