Grèce : la police frappe aussi les journalistes et les photographes



5 avril 2012 - 201 mots  
91     dernière mise à jour le 25/08/2012   Comments

C'est la deuxième soirée consécutive de violences envers des journalistes ou photographes. Hier déjà, la police a blessé une jeune journaliste, Rena Maniou, pendant la commémoration de la mort de Dimitris Christoulas, voir la vidéo :

La station de métro de la place Syntagma était fermée aujourd'hui dès 17h.

Ce soir, nouvelle commémoration, nouvelles agressions de la police envers des journalistes. Les ordres sont clairs : personne ne s'approche du parlement. La police antiémeute n'a permis à personne de venir à proximité du Parlement grec et a commencé à pousser, à donner des coup de pied et des coups de poing aux manifestants, ainsi qu'aux journalistes et aux reporters photo couvrant la journée de commémoration, voir cette vidéo :

Parmi les journalistes blessé, Marios Lolos, président de l'association des Photo-Reporters grecs, a été frappé à la tête par un policier anti-émeute, et a indiqué qu'il porterait plainte :

Marios Lolos, blessé par la police anti-émeute

Marios Lolos, blessé par la police anti-émeute (photo newsit)

Il semble bien que la dictature économique impose aussi sa dictature policière.

La junte est bien de retour en Grèce...

   toolbox + -

Commentaires

La rédaction vérifie tous les commentaires avant publication (modération à priori) : il se peut que votre commentaire n'apparaisse pas immédiatement (parfois, la rédaction se repose). L'équipe Okeanews respecte toutes les opinions, mais se réserve le droit de ne pas publier les commentaires offensifs... Les commentaires racistes, sexistes, xénophobes, homophobes, etc, ainsi que les publicités sont bien sûr supprimés.