La révolution des patates !

Par , le 5 mars 2012 à 13h50 - 836 mots - 9 commentaires
(dernière mise à jour le 21/12/2013 à 12h02)

Patates ou pommes de terre, ce tubercule est indispensable à l'alimentation grecque : il est partout. Pourtant, l'histoire de la patate grecque a commencé de façon amusante par son introduction en Grèce par Ioannis Kapodistrias, diplomate grec du début du 19ème siècle.

Ioannis Kapodistrias

Ioannis Kapodistrias (source Wikipédia)

La manière dont Kapodistrias a introduit la culture de la pomme de terre en Grèce est une anecdote toujours célèbre aujourd'hui. Ayant commandé une cargaison de pommes de terre, il a ordonné qu'elles soient offertes à toute personne intéressée. Toutefois, les pommes de terre ont été accueillies avec une totale indifférence par la population et l'ensemble du système semblaient être un échec.(...)

La suite de cet article est réservé à nos abonnés.

Abonnez-vous pour  5€   (*)

  • 1 mois d'accès
  • Accès à tout le site et aux archives ( 1236 articles publiés à ce jour )
  • Participer aux commentaires
  • Navigation sans pub
Rejoignez-nous
(*) Prix TTC. Votre abonnement n'est pas renouvelé automatiquement.

9 commentaires

  1. sans parler des embryons de monnaies complémentaires (pe le S.A.NO. à syros, sur le modèle des SELs), qui commencent à fonctionner très bien au niveau des services.

    mais c'est chouette, cette révolution des patates. au marinopoulos, les patates françaises sont 0,43 euro, les patates grecques 0,79 euro. cherchez l'erreur. il se dit, ici, que les intermédiaires grecs, et en particulier les transporteurs routiers grèce-grèce (profession fermée. l'ouverture des professions fermées est au programme des mesures d'autérité, mais je sais que c'est un sujet hyper sensible (on casse des monopoles) et donc aucune idée si c'est déjà appliqué ou non) se sucrent tellement au passage (surtout pour aller jusqu'à une île...) que c'est moins cher de faire arriver des produits non grecs par avion, containers, que sais-je, les moyens usuels, plutôt que transporter la même chose de salonique à athènes...

  2. Initiative remarquable. Mais c'est toujours le même problème: imaginons que ce circuit se développe un peu, au détriment de la grande distribution et des transporteurs; qui en fera le premier les frais ? Les salariés de ceux-ci... qui seront bien sûr aiguillonnés pour asticoter (ou pire) leurs "concurrents". La division du travail implique celle des travailleurs. Sauf si ceux-ci se saisissent de l'outil de production dans son ensemble.
    Pessimiste mais rêveur quand même (y a des jours comme ça)

  3. Selon ce site, la gouvernement loue des terres pour ... 99 ans

    Comment savoir ce que vaudra un terrain en bord de mer dans 50 ans?

    C'est un scandale, le bien public est bradé pour une bouchée de pain, pour payer une dette irremboursable

    [lien supprimé]

    1. Je ne comprend pas l’article en grec, par contre je crois me rappelais que cette "location" sur 99 ans s'appelle bail emphytéotique. Chose qui existe en Grèce bien avant cette crise.
      (j'y ai eu vaguement affaire en 2004 sur l'île grecque de Kastellorizo.)

      "Le bail emphytéotique avait été à l’origine conçu pour la mise en valeur et l’entretien de grands espaces ruraux, mais il a vu son cadre d’application s’étendre à toutes sortes de biens immobiliers et s’applique donc aujourd’hui aux immeubles à usage industriel ou commercial, au même titre qu’aux immeubles agricoles ou d’habitation."

      source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bail_emphyt%C3%A9otique

      C'est tt de même affligeant cette grande braderie, nous sommes en pleine 4eme dimension!!

  4. En Suisse, les coffres-forts sont pleins et les patates pourrissent...

    "Les réserves de patates débordent - les contingents arrivent

    La branche suisse de la patate tire la sonnette d'alarme: quelque 100'000 tonnes de pommes de terre de la récolte 2011 s'amoncelaient encore dans des entrepôts à la fin du mois de février dernier. La production contingentée doit être introduite cette année.

    La récolte 2011 dépasse de 30% la moyenne des cinq dernières années, a précisé lundi Ernst König, gérant de l'interprofession de la pomme de terre swisspatat. Il confirmait à l'ats une information parue dans le "Blick am Abend".

    Au total, 500'000 tonnes de patates ont été récoltées l'an passé. Pour soutenir les prix, 60'000 tonnes ont déjà été retirées du marché et transformées en fourrage. Les agriculteurs ont perçu des indemnités de 11 à 15 francs par cent kilos de surplus, provenant d'un fonds alimenté par la branche (producteurs, commerçants et industrie de transformation).

    Excédents en 2009 et 2011

    Après avoir dû éponger les excédents de 2009 et 2011, les caisses du fonds sont à sec. C'est pourquoi la production doit impérativement être ajustée à la demande, souligne Ernst König. Une production contingentée - au sein de la branche et non par l'Etat - permettrait cette harmonisation. Elle existe déjà dans la transformation industrielle et pour d'autres types de culture.

    Dans ce système, les acheteurs déterminent en début d'année le volume qu'ils sont prêts à acquérir aux conditions fixées par la branche. Tout ce que les agriculteurs produiront en plus, ils le feront à leur propres risques. Une première réunion des acteurs de la branche sur ce sujet a eu lieu vendredi. Il s'agit maintenant d'en affiner les mécanismes."

    Romandie News - http://www.romandie.com/news/n/Les_reserves_de_patates_debordent___les_contingents_arrivent88120320122212.asp

    (ats / 12.03.2012 22h12)

  5. Ne remboursez pas la dette, créez votre propre monnaie ... et dites au revoir a la tyrannie des banques centrales.

  6. Cette crise est totalement artificielle. C'est un château de carte orchestré par les médias et le gouvernement. En cas force majeur l'autorité publique ne peut empêcher le peuple de recouvrir sa liberté et ne plus passer par le racket des intermédiaires.

  7. Ce brave Kapodistrias n'a donc fait que copier la méthode de M. Parmentier en 1786 (-:

  8. J'espère qu'il y a pas que ça comme initiative pour sauver la Grèce quand même... Si les agriculteurs vendent leurs PDT au prix coutant, ça veut quand même dire qu'il a travaillé pour pas un rond, ça n'a strictement rien à voir avec une AMAP, ou avec une quelconque forme de circuit court qui est censé rémunérer l'agriculteur a un juste prix.

Comments are closed.