La révolution des patates !



5 mars 2012 - 836 mots  
112     dernière mise à jour le 21/12/2013   Comments

Patates ou pommes de terre, ce tubercule est indispensable à l'alimentation grecque : il est partout. Pourtant, l'histoire de la patate grecque a commencé de façon amusante par son introduction en Grèce par Ioannis Kapodistrias, diplomate grec du début du 19ème siècle.

Ioannis Kapodistrias

Ioannis Kapodistrias (source Wikipédia)

La manière dont Kapodistrias a introduit la culture de la pomme de terre en Grèce est une anecdote toujours célèbre aujourd'hui. Ayant commandé une cargaison de pommes de terre, il a ordonné qu'elles soient offertes à toute personne intéressée. Toutefois, les pommes de terre ont été accueillies avec une totale indifférence par la population et l'ensemble du système semblaient être un échec.

Kapodistrias connaissant bien les attitudes contemporaines grecques, a ordonné que tout le stock de pommes de terre soit déchargé en public sur les quais de Nauplie, et placé sous un dispositif de sécurité important. Bientôt, des rumeurs ont circulé : pour que les pommes de terre soient si bien gardées, elles devaient être de grande importance. Les gens se sont mis à regarder le turbecule avec un nouvel intérêt et ont commencé à vouloir le voler. Les ordres donnés aux gardes avaient été de fermer les yeux sur de tels comportements, et bientôt les pommes de terre ont toutes été «volées» et le plan de Kapodistrias avait réussi.

Aujourd'hui, une révolution des patates est en marche. Devant le prix des pommes de terres grecques, qui subissent la concurrence française notamment, nombreux sont ceux qui ne consomment pas celles qui sont produites en Grèce. Avec la crise et la réduction forte du pouvoir d'achat grec, le tubercule a lui aussi du mal à se retrouver dans certaines assiettes.

Il y a quelques mois déjà, un producteur avait décidé de distribuer la totalité de sa production à la population d'Athènes en souffrance. Un don qui a fait des émules puisque d'autres donations ont suivis et ont permis de faire des distributions hebdomadaire sur la place Syntagma.

Où est la révolution ?

Désormais, des producteurs se rassemblent et proposent de supprimer les intermédiaires, pour rendre le tubercule accessible à la majorité de la population. Les agriculteurs disent qu'il en coûte environ 20 cents pour produire un kilo de pommes de terre, mais que les grossistes  les achètent pour 10-12 cents pour les vendre dans les supermarchés, qui les vendent pour environ 60-70 cents le kilogramme. Confronté à une perte, de nombreux producteurs disent qu'ils ont même été incapables de mettre leurs produits sur le marché.

Ilias Tsolakidis, 54, (source : washingtonpost) qui fait partie d'un groupe de bénévoles dans le nord de la Grèce, a, dit-il, contacté un agriculteur de pommes de terre dans le nord de la Grèce la semaine dernière et a mis en ligne une publicité sur Internet offrant la possibilité de commander directement auprès du producteur au prix coûtant. Il a été submergé par les réponses : le mercredi, les 24 tonnes de pommes de terre de l'offre avaient été vendues, pour 534 familles.

La récolte est ainsi vendue au prix coûtant de 20 cents le kilogramme. Lefteris Kostopoulos, l'agriculteur qui a mis ses patates en vente samedi, n'a pas fait de profit sur la transaction. Mais, dit-il, "au moins, il a réussi à vendre plus de la moitié des produits qu'il avait stockés dans son entrepôt".

A Salonique ce matin (photos @teacherdude), voilà comment se passait la distribution des patates (en grec patatès) :

La révolution des patates, Salonique
La révolution des patates, Salonique (photo @teacherdude)

 

La révolution des patates, Salonique
La révolution des patates, Salonique (photo @teacherdude)

 

La révolution des patates

La révolution des patates, Salonique (photo @teacherdude)

Il semble que cette solution révolutionnaire ne plaise pourtant pas au parti communiste, le KKE. Le parti a peut-être des difficultés à voir les transporteurs et autres intermédiaires syndiqués se voir réduire leurs marges ?

Peu importe, car si le mouvement des AMAP n'est pas en place en Grèce, la situation dramatique du pays laisse un espoir d'une organisation populaire accélérée permettant à chacun de vivre sans doute plus dignement. En tout cas, les producteurs pourraient ne pas perdre d'argent tout en permettant à plus de familles de manger à moindre frais. Voilà une idée qui en tout cas va plaire au mouvement "Mangez grec !". Et peu importe les pertes de la grande distribution, qui rappelons le, est très souvent impliquée dans des scandales, voir ici.

Aux dernières nouvelles, les bénévoles du groupe d'action Pieria annoncent que de nouveaux produits seront proposés directement depuis les producteurs, tels que l'huile, le riz, les haricots et les pâtes. (source www.alterthess.gr)

Révolution alimentaire ?

Et si une autre société, plus humaine, plus à l'écoute des autres, était, par survie, en train de se mettre en place ?

Commentaires

La rédaction vérifie tous les commentaires avant publication (modération à priori) : il se peut que votre commentaire n'apparaisse pas immédiatement (parfois, la rédaction se repose). L'équipe Okeanews respecte toutes les opinions, mais se réserve le droit de ne pas publier les commentaires offensifs... Les commentaires racistes, sexistes, xénophobes, homophobes, etc, ainsi que les publicités sont bien sûr supprimés.